Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 22:25
Si vous êtes vraiment de gauche, votez Sarkozy ! Alain Boyer
Imprimer    Envoyer à un ami 

Libre opinion parue dans Le Figaro du 27 avril 2007

 

Max Weber et Raymond Aron ont in­sisté sur deux atti­tudes possibles : la morale de la conviction, qui ne s'intéresse pas aux effets de l'ac­tion mais seulement à ses intentions, et la morale de la responsabilité, qui cherche à anticiper les conséquences d'une action avant d'arbitrer, parfois dans la douleur, en sa faveur. Cette morale n'a rien à voir avec le « réalisme » amoral. Mais elle tient qu'il est immoral de poser au moraliste intègre sans s'interroger sur le bilan prévisible de ses actes. On peut opposer, comme le philosophe « républicain » Philip Pettit, le fait de vouloir « honorer » une valeur et celui de chercher à la « promouvoir ». Seule cette atti­tude-ci est responsable.


Prenons les valeurs républicaines, liberté, égalité, fraternité, et laïcité. Les penseurs de gauche ont fait remarquer aux libéraux qu'elles ne pouvaient demeurer formelles : la liberté du renard libre dans le poulailler libre n'est pas défendable. Il faut promouvoir des libertés juridiques et réelles, des pouvoirs effectifs d'agir selon son « plan de vie », comme disait le philosophe (libéral de gauche) John Rawls.


L'égalité des chances ne doit pas être seulement formelle, mais réelle. Cela peut signifier, temporairement, des « actions positives » en faveur des individus injustement privés de pouvoirs d'agir, à cause de leur « appartenance » à un groupe à tort déconsidéré.
La fraternité ne doit pas être seulement verbale, mais impliquer une réelle solidarité. Les individus qui, par leur chance, leurs efforts et leurs talents ont acquis plus de liberté et de ressources que d'autres, moins chanceux, contribuent ainsi par leur action innovatrice, leurs prises de risques et, bien sûr, leurs contributions fiscales (raisonnables) à améliorer, en fin de compte, le sort des plus défavorisés.


L'Etat doit, par le Droit, jouer un rôle essentiel dans la mise en pratique des droits de l'homme de 1789, « la liberté, la sûreté, la propriété et le droit de résister à l'oppression ».

Mais il est absurde que son action trop paternaliste aboutisse à tuer la liberté d'entreprendre et celle de choisir, fondements de la seule économie qui fonctionne, l'économie de marché. Aux excès paternalistes et fiscaux de l'Etat-Providence, Rawls préférait l'idée d'une « démocratie de proprié­taires » (comme Léon Gambetta et Charles de Gaulle), par où la participation de chacun à l'­appropriation des moyens de production (grâce à l'actionnariat, la co-propriété) rendrait possible l'amélioration du sort et de la dignité des « plus mal lotis », alors qu'une politique égalitariste radicale conduirait à la pauvreté de tous.


Sans incitations, qui prendrait des risques ? Si une mesure qui « honore » la justice sociale, des 35 heures au refus de la baisse des prélèvements ou au protectionnisme, s'avère contre-productive du point de vue de la promotion réelle de cette même valeur, il faut y renoncer.


Aujourd'hui, vu l'état du pays, il faut avoir le courage de pro­poser certaines réformes dites « libérales », incitatives, et ­né­gociées avec ceux qui, comme la CFDT, acceptent de ne plus considérer la politique en démocratie comme une guerre, un conflit à somme nulle, mais comme une délibération commune suivie de compromis.


Quiconque veut promouvoir les valeurs sociales devra en passer à l'heure qu'il est par des réformes dites « libérales », condition sine qua non de la sauvegarde des retraites et de la Sécurité Sociale. La justice doit prendre en compte les générations futures. Les hommes et les femmes politiques de progrès sont ceux qui ont cessé de prendre les électeurs pour des idiots économiques - cessant de faire comme s'il suffisait de « faire payer les riches », de s'endetter et de moins travailler - et se donnent les moyens de promouvoir réellement la liberté, l'égalité et la solidarité.


Quant aux émotifs qui méprisent les « calculs » et la « rentabi­lité », rappelons cette phrase de l'économiste marxiste, Charles Bettelheim, citée naguère par Michel Rocard : « Quand on cesse de compter, c'est la peine des hommes que l'on cesse de compter ». Même si l'on peut en critiquer certains aspects, seul le programme économique de Nicolas Sar­kozy, comme l'était celui, très proche, de François Bayrou, semble en mesure de promouvoir, à long terme, les valeurs du progrès social, de la protection et de la liberté. La démarche d'hommes de gauche comme Christian Blanc et Éric Besson n'est donc pas une trahison de leurs valeurs.


Français, encore un effort pour promouvoir les valeurs de gauche !

 

Alain Boyer *  

 

© Le Figaro

 

Professeur de philosophie politique, université de Paris-IV (Sorbonne)

 

[Texte aimablement signalé par Spirit.]

 

Mis en ligne le 30 avril 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis