Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 08:23

Où le «Grand Mensonge» nazi se perpétue


par Daniel Pipes
New York Sun
1er mai 2007

VO: http://www.danielpipes.org/article/4472

«Si la propagande arabe anti-israélienne et anti-juive ressemble fortement à celle du Troisième Reich, c’est pour une bonne raison», écrit Joel Fishman, du Jerusalem Center for Public Affairs dans «The Big Lie and the Media War against Israel» (Le grand mensonge et la guerre médiatique contre Israël), un travail de recherche historique perspicace et éclairant.

Fishmann commence par exposer les aspects aberrants de la situation actuelle voulant qu’Israël soit perçu comme un agresseur dangereux alors qu’il défend ses citoyens contre le terrorisme, la guerre conventionnelle et des armes de destruction massive. Par exemple, un sondage de 2003 montre que les Européens considéraient Israël comme «la pire menace» pesant sur la paix mondiale. Comment cette inversion démentielle de la réalité – le seul pays entièrement libre et démocratique du Moyen-Orient considéré comme la principale menace mondiale – a-t-elle pu s’imposer?

Pour répondre, Fishman revisite la Première Guerre mondiale, ce qui n’a rien d’étonnant, car les analystes de l’après guerre froide reconnaissent toujours davantage à quel point l’Europe reste sous l’influence de ce désastre – que ce soit par sa nouvelle politique d’apaisement ou par son attitude ewnvers sa propre culture. À l’époque, le gouvernement britannique fut le premier à tirer parti des progrès des mass medias et de la publicité, visant ainsi tant la population civile de l’ennemi que la sienne, dans l’espoir d’en modeler la pensée.

Les populations des Puissances centrales ont alors reçu des messages destinés à saper leur soutien à leur gouvernement, alors que celles des pays de l’Entente entendaient des nouvelles d’atrocités, dont certaines étaient fausses. Les autorités britanniques prétendirent notamment que l’Allemagne impériale possédait une «usine à cadavres» (Kadaververwerkungsanstalt), où les dépouilles des soldats ennemis étaient transformés en savons et autres produits. Après la guerre, lorsque les Britanniques apprirent la vérité, ces mensonges leur laissèrent ce que Fishman appelle un arrière-goût «de scepticisme et de trahison ainsi qu’une tendance à un nihilisme d’après-guerre».

Cette campagne de désinformation britannique a eu deux incidences désastreuses sur la Deuxième Guerre mondiale. Premièrement, elle a rendu le public des Alliés méfiant vis-à-vis des atrocités commises par les Allemands contre les Juifs, lesquelles ressemblaient beaucoup aux horreurs imaginaires propagées par les Britanniques, de sorte que les récits en provenance des territoires occupés par les nazis étaient régulièrement ignorés (cela explique pourquoi Dwight D. Eisenhower organisa des visites des camps de concentration immédiatement après leur libération, afin de constater et de documenter leur existence bien réelle).

Deuxièmement, Hitler a relevé avec admiration la tactique britannique à cet égard dans son livre, Mein Kampf (1925): «D’abord, les affirmations de la propagande [britannique] étaient si choquantes que les gens les jugèrent insensées; puis, elles leur portèrent sur les nerfs; et finalement, les gens y crurent.» Une décennie plus tard, son admiration était concrétisée par le «Grand Mensonge» nazi qui mettait la réalité sens dessus-dessous, faisant des Juifs les persécuteurs et des Allemands les victimes. Une lourde machine propagandiste martela ensuite ces mensonges dans les esprits des germanophones, avec grand succès.

La défaite de l’Allemagne discrédita temporairement ces méthodes d’inversion de la réalité. Mais certains nazis rescapés transportèrent leur anciennes ambitions antisémites dans des pays actuellement en guerre avec Israël et qui tentent de tuer sa population juive. Des milliers de nazis trouvèrent refuge en Égypte et un nombre plus modeste d’entre eux s’installèrent dans des pays arabophones, notamment la Syrie.

Fishman se penche plus particulièrement sur le cas de Johann von Leers (1902-1965), membre du Parti nazi de la première heure, protégé de Goebbels, complice de Heinrich Himmler sa vie durant et partisan manifeste d’une politique génocidaire à l’égard des Juifs [l’image ci-contre est l’un de ses tracts]. Son article de 1942 «Judaism and Islam as Opposites» (Le Judaïsme et l’Islam – deux opposés) louait le «service éternel» rendu par les Musulmans en maintenant les Juifs dans «un état d’oppression et d’anxiété». Von Leers s’échappa d’Allemagne après 1945 et refit surface une dizaine d’années plus tard en Égypte, où il se convertit à l’Islam et devint un conseiller politique du département de l’information de Nasser. Là, explique Fishman, il «parraina la publication d’une édition arabe des Protocoles des sages de Sion, ranima la calomnie des meurtres rituels, mit sur pied des émissions antisémites dans plusieurs langages, cultiva le néonazisme aux quatre coins du monde et entretint une correspondance chaleureuse avec la première génération de négationnistes de la Shoah».

Ce travail de base se révéla précieux après la victoire historique d’Israël dans la guerre des Six Jours, en 1967, qui constitua une défaite humiliante tant pour l’Union soviétique que pour ses alliés arabes. La campagne de propagande arabo-soviétique qui s’ensuivit niait le droit d’Israël de se défendre et inversait la réalité en l’accusant continuellement d’être l’agresseur. Et, comme Hitler l’avait analysé dans Mein Kampf, ces accusations éhontées ont été d’abord déclarées insensées, puis finalement acceptées et crues.

En d’autres termes, la démence politique actuelle est directement liée à celle d’autrefois. Quelques antisionistes de notre temps se montreront-ils capables d’avaler leur honte et de réaliser que leur pensée n’est qu’une résurgence, actualisée, des tromperies génocidaires adoptées par Hitler, Goebbels et Himmler? Sauront-ils, alors, délaisser ces convictions?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

taubenblatt .g 01/04/2015 15:45

tres interessant (t.g)

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis