Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 14:48

Quand les idiots utiles du Monde traitent les efforts "laborieux" de la Communauté Internationale de "calculs imbéciles". Ou la Charité mal ordonnée (au choix!) tire sur l'ambulance ou/et se moque de l'ONU-pital... (Marc Brzustowski)

I
l y a de quoi se faire des cheveux pour la conservation des prébendes de la ligne éditoriale du "Monde". L'Académicien Pierre Nora n'hésita pas, dès 1976, à démontrer la grande partialité et les dérives insidieuses de ce journal à grand tirage dans la construction d"analyses" plus qu'orientées du conflit israélo-arabe. Il y a donc longtemps que les experts altermondains ont quitté le champ de l'investigation pour se révolter contre les faits et, au besoin, faire mentir la réalité, en désignant "l'ennemi" par des mantras censés faire opinion. L'aubaine historique leur était toute offerte par la situation asymétrique résultant du conflit de juin 1967, où, faisant fuir les tuteurs arabes de "territoires" ("disputés", selon une lecture rigoureuse de la résolution 242 de l 'ONU) Tsahal se retrouvait de facto, occupant le vide administratif laissé par les Jordaniens et les Egyptiens. Là-dessus, la légende du gentil Palestinien, sorte de bon sauvage de rechange, pouvait commencer de fleurir. Cette "école idéologico-journalistique" a été, depuis lors, la matrice à préformater "la victime d'hier en bourreau d'aujourd'hui" et le Sioniste en Nazi, dans une France qui, grâce à De Gaulle, se relevait difficilement des heures interlopes de la Collaboration et de l'épuration.

De ce point de vue, on pourrait considérer que le Journal "Le Monde" n'a été qu'un père adultérin de Dieudonné et de l'importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues françaises. Au fil des ans, il a accouché aux forceps un imaginaire de substitution prêt à l'emploi pour ces "damnés" du "modèle français". Il lui suffisait de dénier toute légitimité à l'Etat Hébreu, symbole "cancérigène" de l'exploitation et du goût du sang atavique dans les écrits démagogiques d'Edgar Nahum Morin, Sallenave et Naïr, de Dominique Vidal, Xavier Ternisien (jouant, un temps, le modérateur d'"Oumma.com") et tant d'autres découvreurs d'armée de réserve, dont la verdeur brunâtre agace dès le plus jeune âge les dents des altermondialistes patentés.

Que se passe t-il donc sous les balcons effarés du Boulevard Auguste Blanqui?

Depuis 6 mois, Israël avait cessé d'intervenir dans la Bande de Gaza, malgré des tirs de qassams incessants, qui viennent de surpasser un pic jamais atteint depuis 7 ans, l'obligeant à nouveau à protéger ses citoyens. Jusqu'à ce jour où la coupe est devenue pleine, la retenue israélienne se contorsionnait sous les bombes en attendant que passe l'orage des roquettes...

Réunis en janvier 2007 à la Mecque par leurs protecteurs saoudiens, égyptiens, jordaniens, etc., les frères Palestiniens ont donc tout loisir d'exprimer leur "fraternité" et leur désir sincère de réconciliation "nationale". Il ne leur restait qu'à trouver des arrangements entre eux, de façon à sortir de l'impasse dans laquelle les a mises les élections palestiniennes, actées par les Palestiniens eux-mêmes (réputés pour leur faculté à manquer des rendez-vous historiques- Abba Ebban) et nul autre metteur en scène ou marionnettiste. L'émissaire égyptien Souleiman, chef de la sécurité au-delà du Sinaï est 5 fois revenu à la rescousse pour tenter de "calmer le jeu", après tel ou tel crime de sang, kidnapping, batailles rangées, etc.

C'est sous nos yeux et sur les têtes des Israéliens vivant à proximité, que, selon les propos mêmes des proches d'Abbas, le Hamas a décidé unilatéralement de lancer sa tentative de "coup d'Etat" (sic.) et de réduire la bande de Gaza à une situation de "Mini-Somalie" (re-sic), en fusillant et achevant d'une balle dans la tête tout ce qui ressemblait à un garde de l'Autorité Palestinienne. Explicitement, le Fatah ou ce qu'il en reste appelle aujourd'hui la communauté internationale à son secours pour le sortir des griffes d'un Hamas qui le dévore de l'intérieur. C'est d'autant plus le cas de le dire, que le Ministre en question, chargé du partage de la sécurité entre factions, a dû démissionné il y a quelques jours, face à l'avidité de ses protecteurs djihadistes, cherchant par ce biais, à parfaire leur contrôle implacable valant pour disparition de l'AP.

Le Hamas a réitéré des centaines de fois sa volonté de ne jamais reconnaître Israël et de ne se sentir tenu par aucune espèce d'accord préalable ou seulement à des fins purement alimentaires, si et seulement si ces manoeuvres rhétoriques et dilatoires lui permettait de remettre la main sur le pactole de la manne financière internationale, dont il se voit privé pour cause d'extrémisme impénitent. Il y a à peine deux jours, un commando du Hamas détournait un convoi d'armes américaines envoyées par le Général Keith Dayton et destinées au Fatah pour la protection d'Abbas. Le Hamas menace de s'en servir contre les récipiendaires malheureux de ce cadeau grâcieux aux relents de poison. Cette soif de reconvertir l'argent frais du contribuable européen ou américain en armes pour le Djihad terroriste, en flagrante contradiction avec toutes les règles internationales et de toute intention de cohabitation en vigueur (comme l'illustre la situation dramatique des villes et villages israéliens à ce jour, mais aussi bien l'état de la rue gazaouite), est pourtant officieusement étanchée par un triplement de l'aide aux Palestiniens durant l'année 2006 (si l'on en croit le journal de la gauche israélienne "Haaretz").

Le Hamas prend l'initiative d'attenter directement à la vie de Mahmoud Abbas en truffant de mines son parcours, supprime à coup de voiturs piégées durant des mois ses proches collaborateurs en matière de sécurité, et tire impunément en pleine rue sur les enfants de ces hiérarques, menace Dahlan de mort, etc. Il instaure des programmes TV d'incitation au martyre destinés aux enfants, mettant en scène le personnage de "Farfour", alias Mickey islamikaze. Des membres des milices ou des familles des deux côtés sont enlevés, exécutés à bout portant, une cinquantaine en moins de trois jours et plus de trois cent, si l'on prolonge la période pour prendre simplement conscience de l'étendue de ce calcul macabre (l'étymologie du terme "imbécile" est un euphémisme, parce que cela ne fait pas qu'écloper, cela tue en série).

Mais, pour les fins analystes du "Monde", la raison de ces massacres internes et fratricides n'est due qu'au refus de la communauté internationale de reconnaître le bien-fondé du "projet de cohabitation" des successeurs de Yacine, Rantissi, Azzedine Al Qassam, etc. Lequel s'illustre encore parfaitement par l'affiche-symbole de ce groupement djihadiste, traçant la voie vers Jérusalem sur les crânes des Juifs (et de tous ceux soupçonnés d'être, par corruption ou par molesse, leurs complices) tués pour parvenir à cette fin ouvertement génocidaire. Le refus seulement officiel de cautionner ce projet de marche vers la mort à coups de bombes humaines et de roquettes d'abord artisanales, puis syriennes, chinoises ou russes, est donc attribué à "l'imbécilité" honoris causa de la Communauté internationale, qui, depuis Oslo consistait à tâcher de faire vivre ensemble, même séparés, Israéliens et Palestiniens.

Ce faisant, "Le Monde" fait peu de cas de la "cause humanitaire" des Palestiniens voués à l'intimidation perpétuelle et à la radicalisation talibane ou à la disparition. Il ne craint pas de s'afficher comme l'ultime caution intellectuelle, rempart objectif du Djihadisme institué "démocratiquement" par Haniyeh, Meshaal, Assad et Khameinei. Leurs branches armées sont, tout le monde le sait, aujourd'hui entraînées à Téhéran via l'aéroport de Damas et leurs vitrines légales à l'UNRWA servent à faire larmoyer sur l'avenir des Palestiniens qu'ils destinent à un bien funeste sort, à grands cris de "Viva la muerte"! et de chargeurs de kalashnikovs vidés en l'air, comme pour rassembler le troupeau de futurs candidats désignés volontaires à l'équarissage public, le ventre couronné d'explosifs.
Regrettant que le monde réel qui n'est pas fait à leur image ait hésité à alimenter sa propre incitation à l'auto-destruction, le Journal parisien n'est plus que la carte de visite invitant dans ses salons le néo-totalitarisme islamique fondé sur le sacrifice humain.

S'il est des "calculs imbéciles", ils ne sont jamais aussi évidents que par la bouche ou par les plumes des "Idiots utiles" et pourvoyeurs de fonds du nouvel islamo-fascisme. A ce jour, tordant les faits en tous (non-)sens, ils n'ont plus que le ton de l'invective ou de l'insulte à l'intelligence élémentaire pour se parer encore de leur toge de derniers défenseurs d'une "juste cause" qui implose sous leurs yeux écarquillés :

- d'un côté, ceux qui subsistent encore du "camp nationaliste" : se réfugiant tout d'abord sous la protection soviétique et de la Stasi (sans laquelle le massacre de Munich 1972 n'était pas techniquement possible) avant 1989, il a, de tous temps été originellement infecté par la tentation islamiste : depuis le Grand Mufti de Jérusalem en passant par les appels à la Shahada d'1 millions de martyrs pour "Al Qods" du fondateur des "Brigades d'Al Aqsa", le bienfaiteur de la petite enfance, Yasser Arafat. On espérait avoir trouvé un "modérateur" en la personne du néanmoins révisionniste qui ne s'est jamais démenti, Abou Mazen, alias Mahmoud Abbas... le voilà sous les coups des brutus islamistes, sans que Le Monde n'écrase la moindre larme de crocodile sur cet ultime "espoir de paix" à deux doigts de se faire écorché vif à un lampadaire...

- de l'autre le fondamentalisme du Djihad Global contre les Juifs et les Croisés, dans sa version-mère palestinienne, qui peut aussi bien terroriser en premier lieu les enfants de maternelle des Territoires et au-delà que menacer de faire sauter des ponts dans une périphérie de New York ou d'ailleurs. C'est l'alliée et l'hébergeur gazaouite d'Al Qaeda (fondé à lorigine par un Palestinien dissident Azzam, avec les envoyés duquel le Hamas co-réalise l'enlèvement de Guliad Shalit en pleine période de "trève"), placé sous tutorat de Téhéran et de Damas. Il proclame à tue-tête depuis le retrait israélien d'août 2005 que Sderot, Ashkelon, Ashdod, etc. appartiennent à la "Palestine éternelle" et menace à très moyen terme le pouvoir du Raïs égyptien, chez lui, au Caire, de faire la jonction avec les Frères Musulmans pour le noyer sous une marée verte.

Ce même Hamas, qui en décrédibilisant aux yeux du monde la "juste cause" palestinienne, menace aujourd'hui directement d'OPA le fond de commerce intellectuel de ces messieurs du "Monde", installé sur les grands boulevards parisiens en défenseurs éternels de la veuve et de l'orphelin... Le "calcul imbécile", n'était-ce pas, in fine, cette surenchère permanente dans les trafics d'idées toutes faîtes, toujours au détriment du "méchant", le Juif ou/et Israélien et à l'unique profit du gentil, objet de toutes les bonnes compassions de la part d'une palestinophilie parfaitement idôlatre?

L'adieu à l'acnée juvénile pour les re-faiseurs de "Monde" (cruel lorsqu'irresponsable)?



Gaza : calculs imbéciles ou propos stupides ?

18 mai 2007 - par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=7199

Dans son numéro, daté du 18 mai, Le Monde consacre son éditorial aux évènements de Gaza, sous le titre « Calculs imbéciles ». Ce n’est pas le sujet qui suscite des réserves, car, ainsi que nous l’avons, ici même (v. 29 janvier 2007) souligné, alors que la guerre civile entre les « frères ennemis » palestiniens débutait, « la communauté internationale ne peut rester indifférente....à l’égard des événements sanglants de la Bande de Gaza... ».

Non, ce qui choque, c’est le titre qui, dans la conclusion de l’éditorial, recouvre les « calculs » imputés à Israël (et aux Etats-Unis, bien évidemment).

 

Selon les stratèges du grand quotidien du soir, « le règlement de la question palestinienne est jugé plus problématique et plus coûteux que sa simple gestion, globalement maîtrisée d’un point de vue militaire par Israël et absurdement financée par les pays arabes et européens ».

 

Cette constatation vient après le reproche fait de continuer à boycotter les islamistes palestiniens, en ne tenant pas compte de l’accord de La Mecque, ayant « débouché laborieusement » (sic) sur un gouvernement d’union (re-sic) avec le Fatah et la « relance de l’initiative arabe ».

 

S’il est vrai qu’Israël n’a aucune sympathie particulière pour le Hamas, il est peut-être excessif de soutenir q’Israël (et les Etats-Unis) « souhaitent ouvertement que le Fatah élimine le Hamas », car, et c’est bien la preuve de la faiblesse de l’Autorité (sic) palestinienne, Mahmoud Abbas souffle, en quelque sorte, le chaud et le froid, en ne maîtrisant pas tous les membres du Fatah, dont il est pourtant le chef.

 

Ce qu’attestent certaines actions terroristes attribuées à la branche armée de ce mouvement.

 

Toujours est-il que les journalistes du Monde continuent à parer de tous les bienfaits l’accord de La Mecque et la « relance de l’initiative arabe ».

 

On ne répètera jamais assez - ce que nous faisons d’ailleurs régulièrement, ici même - que ledit accord n’a été qu’un leurre, comme le prouvent, sur le plan des rapports entre Palestiniens, les tueries qui ont pris de l’ampleur ces derniers jours.

 

Mais, surtout, s’agissant de la solution du conflit avec Israël, le Hamas, qui, rappelons-le, dirige le (fantomatique) gouvernement d’union (sic) nationale n’a en rien modifié son attitude.

 

Rappelons que dans cet accord, le représentant du Hamas admettait, en principe, le respect des accords passés par l’OLP, sans pour autant y adhérer, ce qui explique le refus, réitéré, à plusieurs reprises, par la suite, par le premier ministre palestinien de reconnaître l’Etat d’Israël.

 

Il faut être sourd et aveugle pour ne pas comprendre que la base de toute négociation avec la partie palestinienne suppose une reconnaissance expresse du droit à l’existence de l’Etat d’Israël.

 

On ne discute pas avec quelqu’un qui accepte, seulement, de remettre votre assassinat à plus tard.

 

La recrudescence des lancements de Qassam en territoire israélien, très vraisemblablement initiés par le Hamas, témoigne, si besoin était, de la persistance des intentions agressives de ce mouvement.

 

Ses dirigeants mènent, de fait, un double combat : l’un contre le Fatah, pour occuper seul l’échiquier politique palestinien et l’autre contre Israël.

 

Ces deux combats sont d’ailleurs étroitement liés, le Hamas pouvant reprocher à Mahmoud Abbas de ne pas se prononcer ouvertement contre Israël.

 

On attend avec impatience - et inquiétude - les conseils que les politologues du boulevard Auguste Blanqui ne vont pas manquer de prodiguer au nouveau ministre des affaires étrangères français, ou plutôt à celui qui entend bien diriger la politique de la France, donc, également, sa politique étrangère, à savoir le président Sarkozy.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis