Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 08:58

La représentante en chef de la Commission des Droits de l’homme s’assoit au tout premier rang pour écouter Ahmedinedjad à Téhéran, Anne Bayefsky

 


Tehran, Iran, Sep. 03, 2007 - UN High Commissioner for Human Rights Louise Arbour attends what was billed as a human rights conference in Tehran.

Tehran, Iran, Sep. 03, 2007 - UN High Commissioner for Human Rights Louise Arbour, (orange scarf) listens closely from the front row to Iranian President Mahmoud Ahmadinejad in Tehran.

The Day After the UN High Commissioner
for Human Rights Goes to Tehran


Tehran, Iran, Sep. 05, 2007 – Four more men were hanged in public in the southern province of Fars on Wednesday, bringing the total number of people executed in Iran in one day to at least 21. The mass executions were carried out a day after the United Nations High Commissioner for Human Rights Louise Arbour visited Tehran.

Le Haut Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Louise Arbour, s’est rendue en Iran cette semaine pour prendre place au premier rang et écouter attentivement le négateur de l’Holocauste (-NDT : les Juifs préfèrent le terme de Shoah, un holocauste étant un sacrifice expiatoire-) et président iranien Mahmoud Ahmadinedjad. L’occasion s’affichait (était maquillée) comme une réunion sur le thème des Droits de l’Homme du Mouvement des non-alignés (MNA), actuellement présidé par Cuba.


Pendant qu’Arbour se faisait snober par les forces conjointes de tous les bouchers antisémites et anti-démocratiques de la planète, les Iraniens étaient préparés en vue de nouvelles pendaisons publiques (imminentes). L’IRNA (L’Agence de Presse de la République Islamique) a rapporté qu’Arbour avait « exprimé son plaisir (joie) de se trouver (invitée) à l’assemblée du MNA et –qu’elle avait- qualifié les relations avec le cabinet de la délégation de l’Iran à l’ONU, situé à Genève de « très bonnes ». De façon totalement inhabituelle, le Bureau du Haut Commissaire pour les droits de l’Homme à l’ONU a, jusqu’à présent, omis (négligé) de diffuser de tels propos officiels sur son propre site internet.


[ CONTINUED ... ]


A peine un jour après qu’Arbour ait quitté l’Iran, le Gouvernement pouvait se sentir suffisamment fort de son nouveau label d’approbation émanant de l’ONU pour pouvoir tranquillement exécuter 21 prisonniers. Les gens sont exécutés en Iran pour des accusations aussi vagues que d’être déclaré « ennemi de Dieu » (pour hostilité à Dieu) ou « trop corrompu pour continuer de vivre sur cette terre ».


L’Iran n’avait nul besoin de craindre une quelconque réaction de la part de l’ONU, juste après (dans l’après-coup de) l’évènement précédent. Arbour est tenue, par les sources émanant de la presse iranienne, pour avoir déclaré aux participants : «  La nouvelle approche consiste à considérer que les problèmes relatifs aux droits de l’Homme doivent être abordés de manière compréhensive et non-sélective et (que) le Conseil aux droits de l’Homme de l’ONU est prêt à présenter (fournir) une assistance technique et de conseil à l’Iran ». « Non-sélective » est une façon codifiée à l’ONU pour signifier le refus de nommer clairement les Etats qui violent sciemment les droits de l’Homme, s’abstenant ainsi de prendre quelque mesure que ce soit pour les arrêter. « Assistance technique » est l’autre codification en vogue à l’ONU pour venir en aide aux Etats et leur éviter toute critique en arguant (prétendant) que le problème résulte d’un vice de procédure (purement conjoncturel). Il était déjà évident depuis un certain temps que le nouveau Conseil aux droits de l’Homme de l’ONU est rompu à éliminer toute critique contre un pays particulier (cette clause ne s’applique évidemment pas à Israël). Cette fois, apparemment, Arbour en personne confirme(persiste et signe).

A quoi Arbour pouvait-elle bien prêter une oreille aussi attentive dans les couloirs de cette conférence de Téhéran ? Ahmedinedjad y alla bien de son couplet favori à propos de l’illégitimité de l’existence d’Israël, fulminant contre « l’occupation par le Régime Sioniste » depuis le jour de sa création « il y a 60 ans ». Puis il en vint à blâmer les Etats-Unis pour une litanie de maux (que cet Etat répandrait sur terre -dont il se rend coupable-). Se référant aux Etats-Unis, les agences de presse iraniennes rapportent par le menu ce ue son discours comprenait : « Ils savent pertinemment désormais que la Révolution islamique a la volonté de préparer le terrain pour la réalisation du « grand événement » promis (annoncé) (la réapparition de l’Imam de l’Age nouveau –de la fin des temps-) ; … Nous sommes contre la règle (imposée) par les Individualités injustes… L’Iran révolutionnaire vise à instaurer un gouvernement global fondée sur une culture islamique authentique, ainsi qu’à obtenir (gagner) une position plus élevée partout dans le monde. »

 


L’intérêt tout-à-fait abstrait qu’Arbour voue au respect des droits de l’homme en Iran aurait dû être piqué au vif par l’analyse conceptuelle d’Ahmedinedjad concernant la protection internationale des droits de l’homme. Elle défiait l’idée très universelle de normes concernant les droits de l’homme qui soient extensibles à tous les êtres humains pour lui substituer celle d’une diversité culturelle à géométrie variable. 


L’importation (l'introduction) réelle de la “diversité culturelle », selon le point de vue iranien et du MNA, s'est développée durant la conférence par le truchement (lors du discours) du Ministre iranien des Affaires étrangères, Manuchehr Mottaki. Il faisait objection à la critique appliquée aux droits de l’Homme comme étant « un instrument servant à faire pression sur les pays indépendants ». Il appela les participants à « modifier » la Déclaration universelle des droits de l’Homme du seul fait que le « monde islamique » n’était pas représenté lorsqu’elle fut établie.


Afin de mener à bien la proposition du MNA intitulée « Droits de l’Homme et Diversité Culturelle », l’ensemble des participants adopta à l’unanimité une déclaration finale qui réfutait la notion de droits protecteurs – «  réaffirmant (que) les membres de l’ONU… devront s’abstenir de toute tentative cherchant à provoquer une mise en danger de l’union nationale et de l’intégrité territoriale d’un Etat ».


Tout ceci rend (amène à trouver) extrêmement surprenant que le Haut Commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme ait seulement pensé qu’elle pouvait se poser où que ce soit (qu'elle puisse avoir sa place) en Iran, se trouvant isolée au premier rang, lors de cette offensive en règle contre la raison d’être même de la fonction (instance) qu’elle représente.


Les Iraniens avaient de quoi être ravis par la visite d’Arbour – pavoisant à l’idée que l’ONU ait « pris part à la conférence au plus haut niveau ». Ils ont clairement interprété sa présence comme un soutien à leur vision selon laquelle les droits de l’Homme sont parfaitement relatifs, ou, comme le délégué du Ministère des Affaires étrangères l’a signifié, la présence des participants « a démontré la résolution internationale à promouvoir les droits de l’Homme dans le cadre de la diversité culturelle existant au sein de la communauté internationale. »


Les derniers exemples illustrant la diversité culturelle en Iran incluent la lapidation à mort d’un homme pour adultère présumé, au mois de juillet ou la pendaison de victimes récentes d’exécutions de masse, dont les crânes ont été exposés dans des squares publics.


La visite d’Arbour intervient à un moment où la suppression des libertés en Iran se montre particulièrement violente et où le nombre d’opposants au Régime emprisonnés et pendus en public n’a cessé de croître de façon dramatique. Elle prend également place en dépit du refus de la part de l’Iran de coopérer avec nombre des propres enquêteurs de l’ONU chargés des droits de l’Homme, qui ont vainement cherché à entrer dans le pays depuis de nombreuses années.

L’annonce de cette visite a été peu éventée. Selon le Conseil National de la Résistance iranienne, dès qu’elle est arrivée en Iran, les membres de familles de prisonniers politiques et celles des condamnés à mort ont tenté de la contacter, certains se précipitant à Téhéran pour obtenir une chance quelconque de voir la représentante des droits de l’Homme à l’ONU et ont fait part de leurs appels (supplications) personnels. Mais à peine après une heure passée à attendre à l’extérieur du bâtiment de l’ONU dans l’espoir de la rencontrer, ils ont été attaqués (dispersés) par les Forces de Sécurité de l’Etat (FSE). Le Conseil de la Résistance l’a pressée de condamner les exécutions et tant d’autres formes de torture ayant cours en Iran, alors que d’autres ONG lui recommandait chaudement d’élever les plus vives protestations face à de nouvelles violations des droits de l’Homme. Arbour a, bien entendu, rencontré le Prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi et, d’après Radio Free Europe, d’autres militantes des droits des femmes. Mais aucune déclaration publique n'est jamais parvenue de son cabinet, ni aucune indication que sa participation à l’assemblée du MNA était autre chose qu’une présence de pure forme (se situait au-delà des généralités).

Le Conseil de la Résistance a alerté du fait que « Les prisonniers politiques et leurs familles craignaient que si leur plainte n’était pas communiquée par la représentante de l’ONU aux droits de l’Homme, durant sa visite à Téhéran, les Mollahs criminels le prendront pour un blanc-seing les autorisant à poursuivre leurs exactions barbares et leurs exécutions… [Ils] tireront avantage du séjour d’Arbour… pour accroître la torture et les exécutions en Iran ». Par les exécutions de masse qui n'ont pas manqué de suivre immédiatement son départ, (on peut dire que) leurs pires craintes ont pu se réaliser.

 

Le très mauvais service rendu par le voyage du Haut Commissaire Arbour à Téhéran est gigantesque (dans ses conséquences). Un très mauvais service rendu aux familles de ceux qui ont déjà été exécutés depuis, de ceux qui ont été torturés et aux condamnés à mort dont l’exécution viendra bientôt. Un très mauvais service rendu aux véritables avocats de la cause des droits de l’Homme qui tentent de conserver leur crédibilité face à la répétition des violations. Et un très mauvais service à l’encontre des principes, qui ont été foulés au pied en présence de la plus haute personnalité chargée de veiller sur eux.



Cet article a d’abord été publié sur le :  
National Review Online.

 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Voir aussi l'article de Sébastien Castellion pour la Mena : Les onuseries dangereuses. Un extrait :<br /> <br /> « Au cours des deux dernières semaines, l’ONU a montré deux exemples de cette perversion absolue de ses principes fondateurs – tous deux dans le domaine des Droits de l’Homme, pour lesquels l’ONU entretient, à Genève, une bureaucratie abondante et bien rémunérée.<br /> <br /> Le dimanche 3 septembre dernier, la plus haute autorité de cette bureaucratie, la canadienne Louise Arbour, Haut-commissaire aux Droits de l’Homme de son état, s’est rendue à Téhéran pour assister à une conférence sur les Droits de l’Homme, hébergée par l’Iran et organisée par le groupe dit « mouvement des pays non alignés » (PNA). Une organisation actuellement présidée par Cuba, fermement hostile aux démocraties occidentales, et où la plupart des régimes les plus sanguinaires de la planète aiment à se retrouver pour définir des positions communes sur les questions du jour.<br /> <br /> En tant qu’hôte de la conférence, le président iranien Ahmadinejad prononça le discours introductif – son discours courant, dans lequel il affirma, comme d’habitude, qu’Israël devait disparaître et annonça que l’Iran voulait « préparer le terrain pour la réalisation du grand événement promis » (la venue de l’imam caché) et aspirait à un « gouvernement mondial » - un gouvernement qui, on peut le supposer, ne prévoit pas de donner la moindre responsabilité à une femelle infidèle comme Mme Arbour.»`<br /> <br /> http://www.menapress.com/article.php?sid=1845
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis