Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 14:22

La photo de Gilad : on a évité le pire

Francine Girond


Photo Jacques-Yves Bohbot*

Vendredi 19 octobre 2007, à midi, la Mairie de Paris inaugurait la pose des photos des trois soldats aux mains du Hamas et du Hezbollah depuis plus d’un an : Oudi GOLDWASSER, Eldad REGEV et notre compatriote Gilad SHALIT.

D’accord, les médias français qualifiaient régulièrement Gilad Shalit, enlevé le 25 juin 2006 sur le territoire israélien, de soldat «israélien» jusqu’au 27 septembre 2007, où, suite aux actions menées par Gilles-William Goldnadel, président de l’Alliance France-Israël, association représentée vendredi à la cérémonie, le Secrétaire général de Radio France confirmait officiellement dans une lettre que ses journalistes ne manqueraient pas désormais de toujours préciser que Gilad est franco-israélien…

Mais ça aurait pu être pire…

D’accord, cela faisait déjà trois mois que les Conseillers Martine Weill-Raynal et Jack-Yves Bohbot, tous deux présents, avaient demandé ce minimum de visibilité, de solidarité, lors de la séance du Conseil de Paris du 16 juillet…

Mais ça aurait pu être pire…

OK, Bertrand Delanoë, qui devait présider l’inauguration, n’était pas présent et c’est son adjoint Pierre Shapira qui a assuré l’interim…

Mais ça aurait pu être pire…

Admettons, aucun élu parisien n'avait été invité comme le pôle de communication de la Mairie de Paris le fait habituellement ; une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées, avec un pic à soixante dix pour écouter le discours émouvant Noam Shalit, le père de Gilad ; pas de caméras de télévision…

Mais ça aurait pu être pire…

C’est sûr, alors que Nicolas Sarkozy avait déclaré qu’il ne faisait «pas de différence entre Gilad Shalit et Ingrid Betancourt» puisque tous deux étaient français, lorsqu’il avait reçu les familles de ces trois jeunes militaires, le 9 juillet dernier, ce n’est pas sur la façade de l’Hôtel-de-Ville, au côté de celui d’Ingrid Betancourt, que le portait de Gilad a été placé - Pierre Shapira expliquant qu’il fallait trouver un autre lieu parce que «le parvis de l’Hôtel-de-Ville n’était pas sécurisé…»

Mais ça aurait pu être pire…

D’accord, ce n’est pas non plus place de la République, au côté du portait de l’opposante birmane, Aung San Sun Kyi, tout récemment installé que l’on peut voir l’image du regard de Gilad, Square Itsak Rabin, dans le douzième arrondissement de Paris, impossible à localiser sur le site Mappy…

Mais ça aurait pu être pire…

Soit, alors que tout le monde croyait qu’être attrapé par la force, privé de liberté, soustrait à tous les droits induits par la Troisième Convention de Genève, attendre pendant plus d’une longue année d’être échangé contre plusieurs centaines de terroristes, par d’autre terroristes geôliers, cela s’appelait « être pris en otage », sous les photos du square du fin fond du douzième, il y avait inscrit : « retenu »…

Mais ça aurait pu être pire…

C’est vrai, il y avait, ce jour-là, encore des grèves…

Mais ça…

Francine Girond © Primo-Europe, 22 octobre 2007

* http://www.jackyvesbohbot.fr:80/mon_weblog/2007/10/pour-la-mairie-.html

 

http://www.primo-europe.org/index.php

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis