Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 22:36

http://www.mediarabe.info/spip.php?article1312

Retour sur l’assassinat de Maghnieh à Damas

 
Ne faisant plus confiance à la Syrie, le Hezbollah aurait interrogé des Syriens au Liban

vendredi 7 mars 2008 - 11h16, par Chawki Freïha

Logo MédiArabe.Info

La suspicion entre le Hezbollah, les Palestiniens de service, la Syrie et l’Iran n’est plus au rendez-vous depuis l’assassinat mystérieux du chef militaire du Hezbollah, Imad Maghnieh, à Damas. L’hebdomadaire "Al Shiraa" s’étale sur l’évolution des relations triangulaires entre Damas, Téhéran et le parti chiite au Liban, et explique le silence iranien quant à l’élimination de son homme de confiance.

 

L’hebdomadaire libanais « Al Shiraa » revient, dans son dernier numéro, sur l’assassinat du chef militaire du Hezbollah, Imad Maghnieh, tué dans une explosion à Damas (12 février). « Al Shiraa » s’interroge sur ses assassins et met la lumière sur les convocations et interrogatoires croisés menés par les Syriens à Damas et par le Hezbollah à Beyrouth.

L’hebdomadaire révèle en effet que deux semaines après l’assassinat de Maghnieh, « des unités du Hezbollah ont perquisitionné des immeubles de la banlieue sud de Beyrouth et ont arrêté les concierges de nationalité syrienne, qui y sont employés ». Ces gardiens d’immeubles, soupçonnés de travailler pour les Services syriens, ont été conduits dans les locaux du parti chiite, les yeux bandés. Ils ont été interrogés avant d’être libérés, et leurs familles ont été menacées de mort si elles divulguaient ces arrestations. Deux jours après ces perquisitions, ajoute l’hebdomadaire, la veuve de Maghnieh, Saada Badreddine, a accusé la Syrie d’avoir assassiné son mari. Le Hezbollah a également arrêté des dizaines de Palestiniens des camps de réfugiés de Beyrouth, pour les interroger sur d’éventuelles fuites concernant les déplacements de Maghnieh.

A Damas, les enquêteurs syriens ont convoqué les responsables du Hamas et du Jihad islamique que Maghnieh venait de rencontrer le soir de son assassinat. Seul Ahmed Jibril du FPLP-CG n’a pas été inquiété. Damas lui accorde toute sa confiance, étant un pur produit de ses Services. Khaled Mechaal (Hamas) et Abdallah Chalah (Jihad islamique) ont été interrogés pour identifier l’origine de la fuite concernant la présence de Maghnieh à Damas ce soir là. Car, à part ces dirigeants palestiniens, seuls le président Bachar Al-Assad, son frère Maher et leur beau-frère Assaf Chawkate connaissaient Maghnieh et son emploi de temps. Ainsi, souligne « Al Shiraa », si le Mossad israélien a pu tuer Maghnieh, il l’aurait fait par l’intermédiaire ou grâce à l’une de ces cinq personnes (Bachar, Maher, Assef, Mechaal et Chalah).

L’hebdomadaire souligne cependant que les Syriens n’informent ni le Hezbollah ni les Iraniens de l’état d’avancement de leur enquête, de même que le Hezbollah ne fait plus confiance à Damas et refuse de l’associer à son enquête menée à Beyrouth. Citant des sources palestiniennes, « Al Shiraa » souligne que « l’explosif utilisé dans l’assassinat de Maghnieh correspond parfaitement aux deux charges utilisées dans l’assassinat de George Haoui, ancien secrétaire général du Parti communiste libanais, et Samir Kassir, le journaliste du quotidien “An-Nahar” ». Ces deux opposants à la Syrie ont péri dans l’explosion des sièges de leur voiture. Ce qui signifie, conclue l’hebdomadaire, que « Maghnieh n’aurait pu être assassiné sans l’implication, la participation ou l’autorisation de certains services syriens », avec des forts soupçons qui pèsent sur Chawkate.

En tout état de cause, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Al-Moallem, avait promis une enquête efficace et rapide. or, rien n’a encore filtré, à part les insinuations syriennes sur une implication saoudienne dans le meurtre de Maghnieh. Ce retard vise, selon « Al Shiraa », à exploiter la situation contre Riyad. Si les saoudiens décident de ne pas participer au sommet arabe de Damas, le 29 mars, ou s’ils adoptent des positions hostiles à la Syrie durant le sommet, les accusations seront prêtes à être divulguées pour mettre en difficulté le régime des Saoud. Au contraire, si Riyad cède et se soumet à la volonté de Damas et si le chantage syrien réussit à berner une nouvelle fois les Arabes, comme ce fut depuis les années 1970, d’autres boucs émissaires seront désignés dans l’assassinat de Maghnieh.

Enfin, « Al Shiraa » tente d’expliquer le silence de Téhéran quant à cet événement. Pourtant, Maghnieh était l’homme les plus précieux pour les Iraniens et le coordinateur de leurs activités subversives extérieures. L’hebdomadaire souligne à cet égard que l’assassinat de Maghnieh pourrait servir l’Iran pour mieux asservir la Syrie. Car, toute amélioration des relations entre Damas et les capitales arabes est bénéfique pour la République islamique. Mais aussi, toute dégradation de ces relations poussera davantage la Syrie dans les bras de l’Iran. Dans tout les cas de figure, Téhéran semble prêt à digérer l’assassinat de son bras armé extérieur, au nom de ses intérêts stratégiques.

Traduction et synthèse de Chawki Freïha.

 

Lire l'article original : Al Shiraa

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis