Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 20:03

LES PALESTINIENS, PEUPLE ASSASSIN OU ANIME PAR LA REVANCHE ?

 
http://www.israelinfos.net/archives/anpo080310.htm

Maître Bertrand RAMAS-MUHLBACH


Ce jeudi 6 mars 2008, huit étudiants talmudistes de la yéshiva Merkaz Harav de Jérusalem (centre d’étude fondé en 1924 par le rav Kook), ont été assassinés par un palestinien de Jérusalem Est qui connaissait bien les lieux pour y avoir travaillé dans le passé comme chauffeur livreur.

Comme d’accoutumée, ce meurtre collectif a été salué par des manifestations de joie chez les palestiniens de la bande de Gaza et du Liban car «l’acte de justice» n’est qu’une réponse à l’intervention de Tsahal dans la bande de Gaza (soldée par la mort de nombreux terroristes lançant des roquettes qassam sur le territoire israélien).

En d’autres termes, les palestiniens s’arrogent le droit d’envoyer des roquettes qassam sur le territoire israélien, de qualifier ces agressions d’actes de résistance pour éviter d’avoir à se regarder comme des assassins, et, dans le même temps d’interdire aux israéliens de les en empêcher. Plus grave, les palestiniens estiment normal d’assassiner des enfants âgés d’à peine 15 ans lorsque Tsahal parvient à éliminer quelques jihadistes en guerre contre l’Etat Israël.

La satisfaction non dissimulée des palestiniens à l’occasion de cet attentat, pourrait être interprétée comme une revendication collective de ces meurtres un peu comme s’ils en endossaient ensemble la responsabilité. Il semblerait toutefois que le peuple palestinien ne soit animé que par un esprit de revanche.

La Charte du Hamas qui appelle au meurtre de personnes juives, en encourage la systématisation et en récompense l’accomplissement, laisserait légitimement penser que les palestiniens sont collectivement un peuple d’assassins puisqu’ils ont, individuellement et démocratiquement, choisi ce mode de pensée et de fonctionnement social. Néanmoins, il ressort des manifestations récentes anti-israéliennes de la population arabe israélienne, que les actes barbares des palestiniens participent largement d’une volonté de procéder comme leurs grands parents ont vécu les évènements de 1948.

D’ailleurs cet esprit de rancune et de rancoeur est en train de s’autoalimenter dans le secteur arabe israélien où les intéressés, loin d’éprouver un sentiment national israélien, ne cachent plus leur proximité à l’égard des palestiniens et commencent progressivement à en associer leur devenir.

Le 28 janvier 2008, les députés arabes israéliens Ahmed Tibi (Ra'am-Ta'al) et Jamal Zahalka (Balad) se sont rendus en Jordanie pour participer aux obsèques du chef terroriste Georges Habache, fondateur du Front populaire de Libération de la Palestine, pendant que la Commission de Contrôle des Arabes Israéliens envisageait d'organiser une cérémonie officielle à la « mémoire » du chef terroriste et une session pour évoquer son « œuvre ».

Le 5 mars 2008, une manifestation a été organisée à Oum al Fahm pour protester contre le siège de la bande de Gaza à l’occasion de laquelle le Sheikh Raed Salah, responsable du mouvement islamique en Israël, n’a pas manqué de préciser les intentions du secteur arabe israélien : «malgré cette ambiance de rassemblement festif, nos coeurs sont lourds et le resteront jusqu’à l’établissement de l’Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale».

Lors de cet évènement, le député Jamal arabe Zahalka, a déclaré que «ceux qui sont responsables de crimes de guerre contre le peuple palestinien doivent être traînés en justice devant un tribunal international…Tuer des civils, les affamer, leur interdire l’accès aux soins médicaux, sont de réels crimes de guerre et les coupables sont responsables devant le droit international». Dans le même temps, des milliers d’arabes israéliens brandissaient des drapeaux palestiniens en scandant «arrêtez le massacre».

Le député Effi Eitam (Ihoud Leoumi - Mafdal) a vivement critiqué la présence des députés arabes à la Knesset à cette manifestation en les qualifiant de traîtres, ce à quoi les députés arabes ont répondu que le député Eitam était "fou, raciste et fasciste" et «que sa place était en prison».

En réalité, et pour éviter que ne se crée une fracture au sein de la société israélienne, sûrement conviendrait-il d’appliquer la loi fondamentale sur la Knesset pour démettre les députés arabes de leur fonction, les priver de leur statut et faire en sorte que le peuple d’Israël n’ait pas à rémunérer la publicité de leurs convictions politiques

En effet, la loi fondamentale sur la Knesset du 12 février 1958 prévient les actes déloyaux des députés de la Knesset avec l’article 15 qui oblige les députés à prêter serment d’allégeance à l'Etat d'Israël, l’article 16 qui prive les députés de leurs prérogatives attachées au statut s’ils n’ont pas effectué cette déclaration ou encore l'article 16 A qui exige des députés qu'ils se libèrent d’une autre citoyenneté et leur interdit de déclarer allégeance à l'Etat d'Israël s’ils ne se sont pas libéré de cette autre citoyenneté (article 16 A loi 12 février 1958).

L’Etat d’Israël serait bien inspiré de sanctionner la violation de leur serment d’allégeance par les députés arabes de la Knesset pour éviter d’être à nouveau confronté aux problèmes récemment rencontrés avec l’ex député Azmi Bishara.

Pour ce qu’il en est de la population arabe israélienne qui n’entend plus s’associer au devenir de l’Etat d’Israël, il conviendrait de se souvenir de Vladimir Jabotinsky qui avait bien analysé dans son texte la « Muraille d'acier » (publié en novembre 1923), l’amplification de la résistance arabe au sionisme et le « refus par les populations arabes de vendre leur patrie pour une ligne de chemin de fer ». Ce membre de l’Organisation Sioniste Mondiale avait même prédit que « La Palestine n'en demeurerait pas moins, aux yeux des Arabes palestiniens, le centre et la base de leur existence nationale indépendante ».

Aujourd’hui, certaines personnes arabes israéliennes caressent l’espoir de prendre la terre tout en conservant « les chemins de fer » construits par le peuple d’Israël. Heureusement, il n’est pas nécessaire de recourir à l’action violente contre ces éléments car la loi internationale suffit pour que l’Etat d’Israël fasse respecter sa souveraineté. La Convention sur la réduction des cas d’apatrides (AG Nations Unies n°989) prévoit dans son article 8 la possibilité de priver un individu de sa nationalité en cas de manquement déloyal à l’Etat, de préjudices graves aux intérêts essentiels de l’Etat, ou en cas d’allégeance déclaré à un autre Etat. L’application de cette disposition permettra, si besoin est, d’expulser les citoyens infidèles du territoire israélien.

En fin de compte, les lois nationale et internationale fournissent tous les instruments pour faire définitivement d’Israël un Etat juif, par les Juifs et pour les juifs ; il serait vraiment dommage de s’en priver.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis