Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 07:58
Les tirs de joie à Beyrouth saluent la décision du gouvernement, mais relance la défiance
Liban : un dangereux retour à la case départ

Le gouvernement revient sur ses décisions contestées par le Hezbollah

jeudi 15 mai 2008 - 00h05, par Chawki Freïha - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Après le coup de force mené ces derniers jours par le Hezbollah, le gouvernement libanais vient d’annoncer l’annulation des deux décisions prises la semaine dernière, exploitées par le Hezbollah pour lancer l’assaut contre la majorité.

Après une longue réunion du gouvernement, ce soir, le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement, Ghazi Al-Aridi, a annoncé que « le conseil des ministres, sur proposition du commandant en chef de l’armée Michel Sleiman remise au ministre de la Défense et vice-premier ministre, Elias Murr, a décidé de revenir sur ses deux décisions prises la semaine dernière concernant la mutation du chef de la sécurité de l’aéroport, et le démantèlement du réseau téléphonique du parti de Dieu ». Selon Al-Aridi, « il s’agit d’un geste de bonne volonté pour éviter le chaos et colmater les divisions ». Le ministre a cependant refusé de considérer cette décision comme « une reculade, mais au contraire, il s’agit d’une avancée sur la voie de la pacification ».

Cette décision devrait faciliter la mission de la délégation arabe, qui a rencontré aujourd’hui l’ensemble des dirigeants libanais, et l’aider à aboutir à une solution durable à la crise politique. Selon les plus optimistes, l’opposition devrait lever le blocage de l’aéroport de Beyrouth ainsi que le port, ouvrir les routes et retirer les combattants. Mais en attendant, des tirs de joie ont retenti cette nuit dans la banlieue sud de la capitale libanaise, pour saluer la reculade du gouvernement. Mais ces tirs, au moment où la question des armes du Hezbollah est sérieusement posée, sonnent comme une « nouvelle défiance lancée à l’égard de la majorité et de la communauté internationale », qui ne cessent d’appeler à l’application des résolutions 1559 et 1701 portant sur le désarmement des milices.

De ce fait, les optimistes sont très peu nombreux. Car il ne s’agit pas d’une première reculade du gouvernement devant la pression de l’opposition. A juste titre, les pessimistes estiment, avec regret, que « le pays est revenu aujourd’hui à la case départ ». « Le plus grave est que le retrait des décisions du gouvernement ne soit un précédent », considèrent-ils. « Car, rien n’empêche dans l’avenir le recourt aux armes pour obtenir l’abrogation d’une décision qui ne convient pas l’opposition, quelque soit cette opposition ». Selon plusieurs observateurs, la délégation arabe pourrait annoncer la reprise du dialogue national à Doha, capitale du Qatar. Or, cet émirat proche de la Syrie et de l’Iran, chercherait à supplanter l’Arabie en revendiquant les très probables accords de Doha qui remplaceraient les accords de Taëf. C’est à quoi œuvrent le Hezbollah et la Syrie depuis l’éclatement de la crise de confiance avec l’assassinat de Rafic Hariri en 2005. Ils cherchent à modifier la Constitution issue de Taëf et remplacer la notion de « moitié-moitié » (entre musulmans et chrétiens) par celle des « trois tiers » (entre Sunnites, Chiites et chrétiens). Pour y parvenir, le Hezbollah a retourné ses armes contre ses partenaires libanais et les a terrorisés pour leur imposer ce nouveau partage du pouvoir, une étape sur l’instauration de la République islamique au Liban, une mission confiée par le Guide de la Révolution islamique en Iran à son représentant légal au Liban, Hassan Nasrallah.

Cependant, en dépit du cafouillage gouvernemental, la semaine de trouble écoulée a le mérite d’avoir dévoilé la véritable nature hégémonique du Hezbollah, ses ambitions et son projet, au prix de près de 100 morts et de 200 blessés, et de dégâts économiques et financiers considérables, évalués à 40 millions de dollars de perte par jour depuis une semaine. Ces pertes s’ajoutent aux effets économiques désastreux du blocage du pays par l’opposition, depuis décembre 2006. Mais pour le Hezbollah, le Liban n’est qu’un théâtre de confrontation où doivent être combattus et vaincus les Etats-Unis, Israël et les sionistes. De ce fait, le parti de Hassan Nasrallah ne se soucie guère de l’économie libanaise, encore moins des vies humaines. Il possède en effet sa propre économie parallèle et souterraine, dotée d’un milliard de dollars versés annuellement par l’Iran depuis 1983 (de 600 millions par an dans les années 1990, l’enveloppe consacrée par l’Iran au Hezbollah dépasserait le milliard de dollars par an depuis 2000). Pire encore, le parti use du précepte religieux iranien pour endoctriner et embrigader la population chiite, prête à tout sacrifier pour les beaux yeux de Sayyed Hassan Nasrallah.

Le Liban, qui n’a pas fini de compter ses morts, doit désormais se préparer au prochain round. Car, rien n’est réglé fondamentalement, tant que la majorité et l’opposition ont des visions diamétralement opposées, et tant que la dernière semaine a laissé des blessures profondes qu’il faudrait des années pour les colmater.

Chawki Freïha - Beyrouth

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis