Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 07:05
Gil Mihaely, éditorialiste du "Yediot Ahronot", au Président Sarkozy: "On attend des excuses"
Gil Mihaely, qui comme on le sait, est l'un des animateurs du site "Causeur", d'Elisabeth Lévy, est aussi, ce que l'on sait moins, éditorialiste du journal israélien "Yedioth Aharonot". C'est à ce titre qu'a été publié, en ce jour de l'arrivée du Président Sarkozy en Israël, pour une visite officielle, cette interpellation audacieuse, quoique respectueuse. J'ai fait de mon mieux pour traduire ce texte au style limpide et clair, très israélien. J'ai ajouté la version originale pour que les doués puissent éventuellement corriger ma traduction, ou au moins l'améliorer. Quant aux esprits chagrins qui trouveront que ce texte ne contient rien d'original concernant l'affaire al-Dura, il devront se souvenir qu'il n'est pas écrit pour des Français, mais pour les Israéliens, qui, au cas où certains l'ignoreraient, sont très peu au courant de cette affaire, comme le déplore Dror Yemini, qui a publié hier un article sur le sujet, que je résumerai dès que j'en trouverai le temps. (Menahem Macina).

22/06/08

 

Texte original : "Mehaqim le-hitnatslout"

 

Traduction française de l’hébreu : Menahem Macina

 

Paris

 

 

Monsieur le Président Nicolas Sarkozy,

 

Il y a tout juste un mois, France 2, la plus importante chaîne publique de télévision de France, a perdu un procès en diffamation dans ce qu’on appelle "L’affaire Mohammed al-Dura". Les juges de la Cour d’appel de Paris, qui ont réformé le jugement de première instance, ont expliqué leur décision de manière claire et sans ambiguïté : le reportage diffusé par la chaîne française, le 30 septembre 2000, et qui a causé une vague mondiale de stupeur, soulève de graves questions qui n’ont pas reçu de réponses adéquates.

Les juges ont examiné avec soin les enquêtes qu’a réalisées l’accusé, Philippe Karsenty, et sur lesquelles il a fondé sa critique affirmant qu'il s’agit d’un travail journalistique négligé, dont la fiabilité est douteuse. Ils ont conclu qu’il y avait un écart intolérable entre le récit de Charles Enderlin et les images que le journaliste palestinien, Talal Abu Rahma, a filmées sur les lieux et lui a envoyées. Selon eux, les doutes et les problèmes sont trop nombreux et sérieux pour qu’il soit possible de ne pas en tenir compte.

C'est Charles Enderlin, correspondant en Israël de la Deuxième chaîne de télévision française, qui a réalisé le reportage sur la base du matériau que lui avait envoyé Talal Abu Rahma. Il s'agit d'un journaliste confirmé, respecté et expérimenté, qui connaît très bien la région et les gens qui y travaillent.

Il ne faut pas non plus négliger le fait que, depuis la diffusion du reportage,  lui et sa famille ont été victimes d’un harcèlement insupportable, un comportement qui a conduit beaucoup de ses collègues à le soutenir et, ce faisant, à refuser d’examiner les faits en eux-mêmes. C’est une attitude qui, si compréhensible qu’elle soit, n’est pas acceptable.

Comme tout individu, Enderlin peut aussi se tromper, et, dans le cas qui nous occupe, les conséquences de cette erreur ont été graves. Il suffit de souligner le fait que, dans la vidéo de la mise à mort du journaliste Daniel Pearl, on distingue, derrière les assassins, la célèbre image de Mohammed al-Dura et de son père.

Il y a près de huit ans, Enderlin a affirmé, de manière tranchée, que l’un et l’autre avaient été la cible de tirs israéliens. Quatre ans plus tard, la directrice de la chaîne a émis un son de cloche différent : on ne peut décider avec certitude qui étaient les tireurs, ni d’où ils ont tiré. Il faut rappeler également que Talal Abu Rahma, qui a livré, depuis, plusieurs versions contradictoires de l’événement, a reconnu avec fierté son appartenance à l’appareil de propagande de l’OLP.

Ces faits et d’autres entachent le crédit de Charles Enderlin. Comme l’ont écrit, dans leur décision, les juges de la Cour d’appel, on ne peut plus écarter d’un revers de main les questions gênantes soulevées par les experts et par plusieurs journalistes qui ont enquêté sur cette affaire au cours des années écoulées, et qui soulèvent de graves doutes sur la vraisemblance du récit qu’a diffusé dans le monde la chaîne officielle française.


Depuis le premier instant, Monsieur le Président, cette affaire n'a pas été moins française qu’israélienne ou palestinienne, et durant les années qui se sont écoulées depuis, la France a été la principale arène du combat pour la découverte de la vérité dans cette affaire. C’est également le cas, jusqu’ici, du dernier acte qui s’est déroulé dans un tribunal français lequel a examiné la plainte en diffamation qu’un organisme public français a déposée contre un citoyen français.


Monsieur le Président, il ne s’agit pas d'entacher l’honneur d’un homme : ce n’est pas une "affaire Enderlin", ni même une affaire "al-Dura". Ce qui est mis sur le plateau de la balance, c’est la crédibilité de l’information, prunelle de l’œil de la démocratie, et en particulier celle d’une chaîne publique française centrale. Les dimensions de cette affaire ont dépassé le cadre étroit de la communication pour se muer en une affaire d’Etat. Il semblerait convenable que le Président de la République se prononce là-dessus. Sa visite en Israël lui en fournit l'occasion appropriée.

 

Gil Mihaely 


© Yedioth Aharonot

 

Mis en ligne le 22 juin 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis