Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 17:31

Royal « manque de dignité » selon Fillon
(d'après lefigaro.fr) avec AFP
. Pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy n'est « absolument pour rien » dans la libération d'Ingrid Betancourt.
Pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy n'est « absolument pour rien » dans la libération d'Ingrid Betancourt. Crédits photo AFP

Le premier ministre a sévèrement répliqué aux déclarations de l'ex-candidate socialiste sur Nicolas Sarkozy et l'éventuelle récupération politique de la libération d'Ingrid Betancourt. Royal riposte.

« Je trouve que c'est un manque de dignité totale ». François Fillon a rudement contre-attaqué après la sortie de Ségolène Royal, qui a estimé que Nicolas Sarkozy n'était « absolument pour rien » dans la libération d'Ingrid Betancourt et prévenu qu'« une récupération politique serait décalée ».

« Elle était comme une petite fille dans une cour de récréation », a ajouté le premier ministre devant un groupe de journalistes au deuxième jour de sa visite officielle au Canada. Pour finir, il l'a renvoyée aux conseils de son ex-compagnon François Hollande : « Elle aurait dû écouter (le premier secrétaire du PS) qui s'est comporté plus en homme d État ».


Jean-Pierre Raffarin, ex-premier ministre, a lui aussi tancé la figure socialiste, estimant que ses propos relèvent « de polémiques secondaires dignes de politiciens secondaires » et « d'agitation politique ». D'autres personnalités de droite ont répliqué à l'unisson. « Je ne pense pas que le besoin de se faire voir politiquement justifie un tel jugement », a déclaré Rama Yade sur LCI. « Je suis scandalisé que de tels propos soient portés sur la France et le président de la République depuis le Canada », a déclaré de son côté Roger Karoutchi, secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement.

« Je suis consterné de voir que quelqu'un qui a été candidate à l'élection présidentielle rompe l'unité nationale qui s'est faite, au delà de tous les clivages, sur la libération des otages, et notamment sur celle d'Ingrid Betancourt et affligé de voir que décidément le sectarisme peut ne pas avoir de limites », a-t-il conclu.


Les personnalités de droite ont même reçu un allié issu des rangs de la gauche pour dénoncer les propos de Royal : Dans un communiqué, l'ancien ministre Jack Lang a estimé vendredi que «minimiser» le rôle de Nicolas Sarkozy dans la libération d'Ingrid Betancourt relevait d'une «rare mesquinerie et d'un manque d'élégance morale». « Pour avoir personnellement participé à l'Elysée, en décembre dernier, à une rencontre entre le président Sarkozy et le président Chavez, je peux témoigner que le président français n'a pas ménagé sa peine pour arracher Ingrid Betancourt à ses geôliers », a-t-il ajouté.



Aussitôt après sa libération et à l'instar de ses enfants, Ingrid Betancourt avait remercié depuis Bogota le président Nicolas Sarkozy, son prédécesseur Jacques Chirac et son « ami » l'ancien premier ministre Dominique de Villepin.

 

SEGOLENE ROYAL a encore perdu une occasion de se taire et s'enfonce de plus en plus dans la "connitude" (hé oui, moi aussi je donne dans le néologisme).

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
http://monde-info.blogspot.com/2008/07/colombie-le-clan-betancourt.html<br /> Et en ce 4 juillet voilà Ségolène Royal déclarant que Nicolas Sarkozy n'est absolument pour rien dans la libération d'Ingrid Betancourt et que c'est une opération colombienne rondement menée qui prouve que les négociations avec les Farc étaient inutiles et n'avaient débouché sur rien. C’est Ségolène Royale qui le dit. Et elle ajoute : « Voilà : ni polémique ni récupération politique qui serait totalement décalée parce qu'en l'occurrence Nicolas Sarkozy n'a été absolument pour rien dans cette libération ».<br /> -<br /> J’ai écrit que le moment est venu de mettre les choses au point et de tirer quelques conclusions. Je reste convaincu que le clan Betancourt s’est prêté et se prête encore à une intox humanitaire montée de toute pièce par le Vénézuéla et la France. Les propos de la mère ainsi que de la fille d’Ingrid Betancourt - propos tenus hier soir à Bogota - en ont définitivement fourni la preuve. La fille a condamné les opérations militaires colombiennes. La mère a dénoncé la haine et la violence du président colombien. La fille et la mère d’Ingrid Betancourt continuent donc - avec quelle ingratitude ! - de privilégier la méthode humanitaire inefficace à la méthode militaire efficace. La Colombie libère Ingrid Betancourt sans tirer une seule balle et sans verser une seule goutte de sang.<br /> -<br /> Mais Mélanie fille d’Ingrid Betancourt condamne les opérations militaires, récitant sa phrase comme une enfant à qui l’on a appris à réciter par coeur le catéchisme anti-colombien. Et Yolanda Pulecio mère d’Ingrid Betancourt dénonce la haine et la violence du président colombien Uribe après que le président colombien Uribe lui est restitué sa fille Ingrid sans verser de sang et sans tirer de balles. Ingrid Betancourt est reconnaissante envers Dieu, envers le Président colombien et Envers l’Armée colombienne. Elle l’a dit. En revanche le clan Betancourt-Lecompte-Pulecio - y compris l’ex-mari d’Ingrid, père de Mélanie et Lorenzo, Juan-Carlos Lecompte - ainsi que la mère d’Ingrid, Yolanda Pulecio ont choisi et choisissent encore de se prêter à une intox humanitaire montée de toute pièce par le Vénézuéla et la France à des fins purement politiciennes.<br /> -<br /> Les Farc - forcément - le savent. Elles en profiteront pour relancer - avec le clown de Caracas et quelques sommités parisiennes - le cycle des négociations bidons au prétexte de la cause dite humanitaire. Le Carnaval médiatico-humanitaire n’est pas terminé. Les Colombiens apprécieront.<br /> -
Répondre
C
Ingrid Bétancourt a fait bouger les lignes<br /> <br /> Pipolisation et idéologie : les deux mamelles de la France<br /> <br /> Dans notre civilisation de l’image, la pipolisation a atteint, ces dernières années, une altitude himalayenne, faisant couler le niveau du débat d’idées au fond d’un abysse de profondeur équivalente.<br /> <br /> Plusieurs catégories de personnages publics sont concernées par la notoriété. Les plus courants sont les Skalts (Sui Ki-est à la Télé*), dont la renommée peut s’attraper par simple contagion : d’aucuns deviennent célèbres du simple fait d’avoir côtoyé une personnalité.<br /> <br /> Si moins d’un Français sur dix est capable de nommer un Prix Nobel hexagonal (ils sont pourtant suffisamment rares pour qu’on retienne le nom de chacun d’entre eux !), nul n’ignore celui de la présentatrice météo d’une chaîne cryptée ou le prénom des enfants d’Ingrid Bétancourt.<br /> <br /> A la bourse de l’éphémère, le pipole le mieux coté est incontestablement l’otage photogénique de genre féminin et exerçant une fonction politique. Ingrid Bétancourt après Florence Aubenas a vu son portrait décorer l’Hôtel de Ville sur plusieurs mètres de haut. Pour les internautes en provenance de Mars, rappelons qu’en France, le journalisme est un militantisme politique.<br /> <br /> Car la seconde mamelle à laquelle notre intelligentsia a tété sa grille de lecture est une idéologie d’extrême gauche. Il y a quelques mois, une enquête auprès de journalistes français, tous supports confondus, montrait que plus de 95% d’entre eux se situaient à gauche ou à l’extrême gauche de l’échiquier politique.<br /> <br /> Entre Mermet qui fut directeur de campagne pour Besancenot et les nombreux chroniqueurs de France Inter, Culture etc., qui soutiennent le PS, il n’est pas surprenant que les informations délivrées par nos médias soient pour le moins orientées.<br /> <br /> « Délivrance 2 », une coproduction Metro Golda Meyer et XXth Century Fox & CNN<br /> <br /> Depuis 6 ans qu’Ingrid Bétancourt (rien à voir avec la famille de Bettencourt, propriétaire de L’Oreal) était prisonnière des Farc, nous nous étions habitués au casting simpliste mais inaltérable que nous assenaient les médias :<br /> <br /> Ingrid elle-même, courageuse icône du féminisme et de la démocratie, Alvaro Uribe, le Président colombien, un fasciste pro-américain (pléonasme) responsable des malheurs de la précédente, les Farc, sympathiques révolutionnaires contraints par l’intransigeance d’Uribe à kidnapper des pipoles, Hugo Chavez, un Che Guevara moderne, d’une violence anti-américaine jouissive pour les alter de tout poil, les Américains eux-mêmes, salauds impérialistes uniquement intéressés par le pétrole et qui, donc, ne se souciaient pas de la Jeanne d’Arc franco-colombienne et enfin, une fois n’est pas coutume, on n’entendait pas parler des Israéliens, ces nazis qui prennent plaisir à tirer sur des petites filles à la sortie des écoles (dixit un ex-sous préfet).<br /> <br /> A la chiche lumière de cette distribution archétypale, la seule solution possible pour la libération d’Ingrid était une négociation avec les ravisseurs par l’intermédiaire du héros Chavez. Et surtout, surtout, éviter absolument toute intervention militaire, qui n’aurait pu conduire qu’à la mort des otages.<br /> <br /> De fait, lorsqu’un général français fut interrogé sur France Culture sur la participation de la France à l’exfiltration des prisonniers, il répondit nettement que c’était impossible, car « la France était opposée à toute opération militaire ».<br /> <br /> En France, « militaire » rime avec défaite et colonialisme<br /> <br /> Lorsqu’on cherche « victoire militaire française » sur Google, seule la première réponse donne les trois mots à la suite. Elle se réfère à la guerre de Cent ans, les suivantes ont les résultats dans le désordre : « Des victoires militaires françaises sur les Britanniques ? ... Guillaume le conquérant était un Francais (breton) et a également été roi d’Angleterre! » et : « La Bérézina : Une victoire militaire: Fernand Beaucour, ... de la Commission Française d'Histoire Militaire et Professeur à l'Université d'État ».<br /> <br /> Notre inconscient collectif est le résultat direct de l’Histoire nationale : depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’Europe s’est créée cahin-caha sur la base de négociations essentiellement commerciales.<br /> <br /> Puisque d’une part, ce mode de fonctionnement a réussi à rapprocher les ennemis héréditaires de part et d’autre du Rhin et que d’autre part, nous n’avons résolu aucun conflit par les armes depuis la Guerre de Cent ans, il est logique que l’exception française nous inscrive dans le camp des pacifistes irréductibles préférant mourir à genoux plutôt que vivre debout… grâce aux Américains.<br /> <br /> Souvenons-nous de Jacques Chirac, déclarant à propos de l’Irak que « la guerre est toujours la pire des solutions ». Chirac, créateur du RPR lui-même issu du Général de Gaulle grâce à l’engagement militaire duquel la France avait abordé l’après-guerre dans le camp des alliés et non dans celui des vaincus !<br /> <br /> Se prendre les pieds dans ses contradictions demande de l’équilibre…<br /> <br /> Les admirateurs d’Ingrid ne sont pas au bout des contradictions douloureuses : hélas, trois fois hélas, voilà que la réalité dément cruellement l’ordonnancement joli dans lequel ronronnaient leurs convictions !<br /> <br /> C’est l’armée colombienne (beurck) appuyée par les Américains (pouah) et conseillée par des Israéliens (vade retro, Satanas !) qui a délivré Ingrid et ses 14 compagnons sans verser une goutte de sang.<br /> <br /> Il est de tradition que la gauche soit aux côtés de la veuve et de l’orphelin. Ingrid Bétancourt n’est ni l’un ni l’autre mais elle était incontestablement une victime. Otage, certes, mais de « guérilleros », vocable qui provoque une exaltation pavlovienne chez les bobos parisiens. D’ailleurs pour mieux tromper les Farc, les soldats colombiens s’étaient déguisés en ONG avec T-shirts du Che, c’est dire !<br /> <br /> Du coup, on feint de se souvenir que ces ravisseurs pratiquaient également un narco trafic artisanal. En Amérique du sud, on peut être marxiste-léniniste et faire le commerce juteux de l’opium au peuple.<br /> <br /> Quand on connaît les profits colossaux générés par ce trafic, on ne peut que ricaner devant les accusations d’une certaine chaîne suisse qui prétend que la libération des otages a été « achetée 25 millions de dollars », soit une petite semaine de cocaïne en soldes…<br /> <br /> De devoir le retour de leur icône à Bush-Sharon, leur cœur s’est arrêté<br /> <br /> Non seulement cette opération « à l’Israélienne » était bien pilotée par des Israéliens et armée par des Américains, mais à peine délivrée, l’ex-prisonnière s’agenouillait pour remercier la vierge, Dieu et Sarkozy.<br /> <br /> En six ans, la France qui milite avait eu le temps de se fabriquer une idole à sa convenance, donc forcément anti-américaine, athée et dont la part française ne pouvait que souscrire au « tout sauf Sarkozy ».<br /> <br /> L’embarras des journalistes essayant de minimiser la foi d’Ingrid Bétancourt avait quelque chose d’infiniment réjouissant aux oreilles des militants Pour une Rigueur de l’Information dans les Médias Occidentaux. On a tant présenté Bush comme un Néandertalien du fait de sa croyance en Dieu qu’une manifestation de religion quelle qu’elle soit devient la preuve d’une crétinerie irrécupérable.<br /> <br /> Un autre Président, Alvaro Uribe, se voit maintenant reconnaître du bout des dents qu’il n’est pas aussi fasciste que le décrivaient les tenants de la négociation à tout prix. Quant à Chavez, il vient de faire voter des dispositions qui lui permettront d’accéder au statut de lider maximo aussi libéral que Fidel Castro. Ses admirateurs hexagonaux ont à peine effleuré le sujet, tout à leur regret qu’il n’ait pas seul et contre tous obtenu la libération d’Ingrid.<br /> <br /> Ne pas désespérer de l’idéologie<br /> <br /> Allons, l’état de grâce ne dure pas : la France reste cette sempiternelle exception qui fait l’admiration des foules. Les premiers grincements se font entendre. L’une se hâte d’accuser Sarkozy de récupération au cas où, les autres prétendent que le sauvetage n’a jamais eu lieu : c’était une mise en scène destinée à occulter la remise d’une rançon.<br /> <br /> Les otages, eux, n’ont rien remarqué. Ils sont encore sous le coup de l’émotion : elle les rend perméables à la réalité.<br /> <br /> Une pareille disgrâce ne risque pas d’arriver à nos valeureux Tintin en Amazonie…<br /> <br /> Liliane Messika © Primo, 5 juillet 2008<br /> <br /> * Expression inventée par Maya Nahum et Jean Reznikof dans leur hilarant opus éponyme, éditions du Seuil, (collection Points virgules)
Répondre
G
<br /> Super texte tellement France 2008!<br /> <br /> <br />
C
C'en était une belle, de connitude politique : rappeler que le Sárköz n'est pour rien dans cette opération de l'armée colombienne, c'est exposer a fortiori le ridicule et l'hypocrisie des gesticulations de la gauche.<br /> <br /> Et cela au moment où elle voudrait devenir califesse à la place du calife...<br /> Pour une fois qu'elle disait la vérité, ça ne va pas l'encourager à recommencer.
Répondre
S
Bonjour Gad, je ne vais pas bien sûr commenter mon article, mais je vous remercie de l'avoir mis en ligne.<br /> Merci aussi de votre visite chez moi,<br /> Je vous souhaite un bon dimanche
Répondre
G
<br /> Merci Stella!<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis