Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 09:50
http://www.rebelles.info/

Conservateur, thatchérien, reaganien, Stephen Harper a gagné les élections canadiennes le 14 octobre. Voilà qui mérité réflexion et débat.


L’événement est passé presque inaperçu : le14 octobre, le premier ministre conservateur du Canada, Stephen Harper, a été reconduit à la tête de son pays. Mieux, sa majorité s’est étoffée d’une vingtaine de sièges par rapport au parlement sortant, élu en 2006. A un moment où l’on n’entend parler que de la fin de l’ère Thatcher-Reagan, de l’effondrement du néo-capitalisme ou de la chute finale de l’Occident, ce succès dérange les uns et réconforte les autres. Il mérite en tout cas réflexion et débat. Car Harper n’est pas seulement conservateur en paroles. C’est un conservateur en actes.

La crise économique a frappé le Canada comme le reste du monde. Chacun s’attendait à ce que Harper prenne à Ottawa les mêmes mesures que George W. Bush à Washington, ou les Européens à Bruxelles : qu’il sauve le système financier sur des deniers publics. Il a fait le contraire : l’Etat confédéral canadien ne doit garantir, selon lui, que les dépôts des particuliers. Mais pas les banques et les autres institutions financières en tant que telles. Si elles ont fait des erreurs de gestion, ou fraudé, qu’elles paient et au besoin disparaissent. Et que les responsables soient traînés en justice s’il le faut, jusqu’au dernier.

La nation canadienne a entendu ce langage. Le drame de l’Amérique est peut-être que ses propres conservateurs n’ont pas su parler aussi net, ou penser aussi clairement. Un de mes amis, président d’une grande société française installée au Canada, m’a dit que l’erreur de l’administration Bush sortante, face à la crise, a été de justifier, à travers un plan de sauvetage mastodontique ressembant étrangement à une nationalisation, la politique qu’Obama, ou du moins ses conseillers, prétendent mettre en application à partir de 2009. Et que celle de John McCain a été de ne pas prendre suffisamment de distance vis à vis de ce non-sens, qu’il n’approuvait pourtant pas réellement.

Mais au moment suprême, quand l’électeur américain sera seul devant sa machine à voter, sa conscience et son Dieu, les choses se décanteront peut-être. Le conservatisme, ce n’est pas une idéologie, ni même une orthodoxie financière ou économique. Ce sont des valeurs. Bush n’a pas toujours été à la hauteur de sa mission, mais ses valeurs étaient solides. McCain s’est toujours battu pour ses valeurs, de la géhenne vietnamienne aux marigots washingtoniens, même s’il a commis quelques faux pas véniels. Mais Obama ? Que sait-on de lui ? Faut-il croire l’homme qui a caché son enfance musulmane ou celui qui a attendu vingt ans pour rompre avec le pasteur qui l’a converti à un christianisme raciste et révolutionnaire ? Faut-il croire l’homme qui a défendu, en Israël, le caractère israélien de Jérusalem, ou celui qui, le jour suivant, de retour en Amérique, a affirmé qu’on avait mal transcrit ses propos ?

John McCain a pour a ami Steven Harper, qui déclarait en 2007, à l’occasion de la Journée nationale canadienne pour la mémoire de l’Holocauste : « Cela ne suffit pas que des personnalités politiques disent aujourd’hui… qu’il faille garder la mémoire de ce qui s’est passé voici plus de décennies. Il faut que ces personnalités se dressent contre ceux qui, aujourd’hui, se font les avocats de la destruction d’Israël et de son peuple ».

Obama a pour partisan le pasteur et activiste noir américain Jesse Jackson, qui a déclaré à Evian, vingt-quatre heures après la victoire de Harper :
« Avec l’élection d’Obama, c’est la fin de décennies où les intérêts d’Israël ont constitué une priorité… et les sionistes vont subir une perte immense ».
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis