Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 09:53
http://www.nice-premium.com/article/l-edito-du-psy-tribunal-special-du-liban-et-nouvelle-diplomatie-americaine-au-moyen-orient..4347.html
L'Edito du Psy-Tribunal Spécial du Liban et nouvelle diplomatie américaine au Moyen-Orient.
Avec l’installation à La Haye, du Tribunal Spécial pour le Liban s’ouvrent, estime notre éditorialiste, de nouvelles perspectives pour une diplomatie américaine plus active, voire
offensive, envers la Syrie, le Hezbollah et l’Iran. Avec des signaux concrets et des effets immédiats.



Voter pour cet article
















L’inauguration, ce dimanche 1er mars, du Tribunal International de La Haye, spécialement mis en place pour juger les assassins de l’ancien Premier Ministre assassiné Rafic Hariri, intervient à point nommé pour la diplomatie américaine au Moyen-Orient. Même s’il faudra plusieurs années pour obtenir un jugement, la seule évocation publique des commanditaires et de leurs complices -le « réseau criminel » mentionné par la Commission d’enquête qui n’a pas encore révélé l’identité et la nationalité de ses membres- risque d’embarrasser les responsables syriens ainsi que ceux du Hezbollah. Récemment encore, le procureur canadien Bellemare s’est vu refuser l’interrogatoire de huit personnalités de la milice chiite pro-iranienne. Selon des informations en provenance des services néerlandais de sécurité et relayées par « Le Monde », celle-ci serait par ailleurs impliquée dans plusieurs incidents : le dernier d’entre eux viserait la prise de photos des installations du Tribunal où pourraient être prochainement transférés plusieurs généraux, anciens responsables des services libanais de sécurité contrôlés à l’époque par la Syrie. Parallèlement aux travaux de cette juridiction créée par la résolution 1757 de l’ONU, le Pays du Cèdre devient à l’évidence une articulation essentielle, un véritable levier pour une diplomatie américaine nettement plus active dans la région : une diplomatie qui cherche notamment à découpler la Syrie de l’Iran, à contrer les capacités opérationnelles du Hezbollah et, subséquemment, à mettre au pied du mur l’Iran, pays économiquement fragilisé.

En premier lieu, Washington entend officiellement « réviser » sa politique envers Damas : trois délégations du Congrès ont visité la Syrie en moins d’une semaine. Celle conduite par le Sénateur démocrate John Kerry a demandé au Président syrien « d’aider au désarmement du Hezbollah ». « Personne ne peut remplacer les Etats-Unis » dans la région, a souligné de son côté Bachar El-Assad. Nicolas Sarkozy appréciera. Et Damas d’appeler de ses voeux le retour en poste d’un ambassadeur américain tout en manifestant le souhait de recevoir l’influent Général David Petraeus, responsable du Commandement central américain. Un président syrien nettement moins pressé, en revanche, de nommer un ambassadeur au Liban et encore moins enthousiaste à l’idée de devoir remettre au nouveau Tribunal de La Haye d’éventuels ressortissants de son pays.

Simultanément à cette amorce de dialogue, Barack Obama assurait par téléphone le Président libanais Michel Sleiman du « soutien permanent des États-Unis au Liban ». L’Ambassadrice américaine à Beyrouth, Michelle Sison, rendait quant à elle, visite au Ministre de la défense Elias Murr tandis que ses services révélaient la décision américaine de doter l’armée libanaise de drones de surveillance pour « renforcer ses capacités en matière de contrôle des frontières et de lutte contre le terrorisme ». Des drones de surveillance tactique que les Français de la Finul avaient voulu déployer au sud Liban en décembre 2006. En vain, en raison des pressions exercées par le Hezbollah. A l’approche des législatives du 7 juin, la tension sur le territoire libanais devient perceptible. Les appels répétés du Secrétaire général, Hassan Nasrallah, pour former un Cabinet d’union nationale en disent long sur les risques d’un verdict populaire que la milice chiite acceptera à la seule condition qu’il lui soit favorable. Le déni péremptoire contenu dans les propos récents de Cheikh Naïm Kassem, numéro deux du mouvement de Haret Hreik, sur « l’illusion » américaine de pouvoir « éloigner la Syrie de l’Iran » et sur l’interprétation du rapprochement entre Damas et Riyad, lequel serait selon lui favorable à la « résistance », confirme la vive sensibilité des enjeux autant que l’inquiétude manifeste du Parti de Dieu.

Du côté iranien enfin, le « Shoraye Negahban », organisme placé sous le contrôle du Guide et qui décide des candidatures, cherche à multiplier celles des présidentiables modérés afin de diluer les chances de l’ancien président Khatami. Une stratégie de Khamenei destinée à permettre une concentration des votes utiles en faveur de Mahmoud Ahmadinejad. Dans la perspective d’une ouverture politique avec les Etats-Unis dont le principe est largement plébiscité par la population, les responsables iraniens considèrent la réélection de l’actuel président comme un atout : un dirigeant aux positions radicales offre, selon eux, davantage de matière à négocier. Un raisonnement qui tient logiquement compte des trente années du slogan fondamental de la République islamique « Marg bar Amrika ! » : mort à l’Amérique !

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Israeli General" Iran Crossed 'Nuclear Threshhold', Hizballah in 'Financial Crisis'<br /> Ynetnews, 8 March 2009<br /> <br /> <br /> Tel Aviv --Military Intelligence chief Major-General Amos Yadlin told the cabinet meeting on Sunday that<br /> <br /> "Iran has crossed the technological threshold, so that reaching a military nuclear ability is only a matter of matching the strategy to the goal of creating a nuclear bomb."<br /> <br /> According to Yadlin,<br /> <br /> "Iran continues to accumulate hundreds of kilograms of enriched uranium of poor quality, and hopes to take advantage of its dialogue with the West and the government in Washington in order to advance towards creating a nuclear bomb." <br /> <br /> The Military Intelligence chief went on to say that<br /> <br /> "the Middle East is viewing the plan for Iran's nuclearization and the dialogue with the new administration in Washington cautiously. The moderates fear that this approach will be at their expense and will be used by the radical axis while continuing the acts of terror and arming.<br /> <br /> "The radical axis, on the other hand, thinks that there is a change in the US stand but that the activity against them will continue nonetheless."<br /> <br /> Yadlin also addressed the talks between the Fatah and Hamas factions and the possibility of a Palestinian unity government.<br /> <br /> "Hamas is taking advantage of these talks to break through the international isolation and restore the organization. Combining the interests of Fatah and Hamas may lead to a technocrat government, which will focus on rebuilding Gaza and advancing Palestinian elections, but this won't be a government bridging the wide ideological differences between the two sides."<br /> <br /> According to figures released by the International Atomic Energy Agency, Iran has managed to enrich 1,010 kilograms (2,226 pounds) of low quality uranium (3.5%) -- an amount which is almost sufficient for the creation of 25 kilograms (55 pounds) of high quality enriched uranium (90%) needed for the development of an atom bomb.<br /> <br /> The full amount of low quality enriched uranium needed for the creation of one nuclear bomb is 1,500 kilograms (3,306 pounds).
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis