Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 07:40

DISCOURS QUE LE DEPUTE HOLLANDAIS GEERT WILDERS N'A PAS PU FAIRE A LA CHAMBRE DES LORDS

parce que les autorités lui ont refusé l'entrée au Royaume-Uni,

à cause de son attitude vis-à-vis de l'Islam

 

Londres, 12 février 2009

Mesdames et Messieurs, je vous remercie beaucoup.

Je vous remercie de m'avoir invité. Merci Lord Pearson et Lady Cox pour votre aimable invitation. Alors que d'autres détournent le regard, vous avez l'air de comprendre la véritable tradition de votre pays, et un drapeau qui se tient toujours pour la liberté.
Ici ce n'est pas un lieu ordinaire. Ce n'est pas seulement  une attraction pour les touristes de l'Angleterre. Il s'agit d'un lieu sacré. C'est la mère de tous les parlements, et je suis profondément humble de prendre la parole devant vous.

Le Parlement est l'endroit où Winston Churchill était ferme, et a mis en garde - tout au long des années 1930 - pour les dangers qui pèsent sur le monde. La plupart du temps il était seul à tenir ses prévisions.

En 1982, le président Reagan vint à la Chambre des Communes, où il a fait un discours que très peu de gens ont aimé. Reagan a demandé à l'ouest de rejeter le communisme afin défendre la liberté. Il a même utilisé la phrase: «empire du mal». Le discours de Reagan s'est fait remarqué comme un vibrant appel à la préservation de nos libertés.
Je cite: "si l'histoire nous enseigne quelque chose, elle enseigne que l'auto-illusion en face des faits désagréables est une folie".
Ce que Reagan signifiait c'est que vous ne pouvez pas fuir l'histoire, vous ne pouvez pas échapper aux dangers des idéologies qui sont prêtes à vous détruire. Le refus de voir la réalité n'est pas possible.
Le communisme a été fait à gauche sur le tas de cendres de l'histoire, tout comme Reagan l'avait prédit dans son discours à la Chambre des communes. Il a vécu assez pour voir le mur de Berlin tomber, tout comme Churchill à réussi à voir l'implosion du national-socialisme.

Aujourd'hui, je viens devant vous pour mettre en garde d'une autre grande menace. Il est appelé Islam. Il se pose comme une religion, mais ses objectifs sont très mondiaux: domination du monde, guerre sainte, la loi de la charia, la fin de la séparation de l'Église et de l'Etat, la fin de la démocratie. Ce n'est pas une religion, c'est une idéologie politique. Elle exige de vous de la respecter, mais elle n'a aucun respect pour vous.

Il peut y avoir des musulmans modérés, mais il n'y a pas d'Islam modéré. L'Islam ne changera jamais, parce qu'il est construit sur deux rochers qui sont à jamais deux convictions fondamentales qui ne changeront jamais et ne vont jamais disparaitre. Premièrement, il y a le Coran, la parole personnelle d'Allah, avec des commandements qui doivent être remplis, indépendamment du lieu ou du temps.

Et en deuxième lieu, il y a "al-insa-a al-Kamel", l'homme parfait, Mohamed qui tient le rôle de modèle dont les actes sont à imiter par tous les musulmans. Et puisque Mohamed était un chef de guerre et un conquérant, nous savons à quoi nous attendre.

Islam signifie soumission, de sorte qu'il ne peut y avoir une erreur sur ses objectifs.
C'est un fait. La question est de savoir si le peuple britannique, avec ses passés glorieux, a le désir de soumission.
Nous voyons l'islam qui s'empare de l'Ouest à une vitesse incroyable. Le Royaume-Uni a connu une croissance rapide du nombre de musulmans. Au cours des dix dernières années, la population musulmane a augmenté de dix fois plus vite que le reste de la société. Cela a mis une pression énorme sur la société.

Du fait d'hommes politiques britanniques qui ont oublié Winston Churchill, les Anglais ont maintenant pris le chemin de la moindre résistance.
Ils abandonnent. Ils acceptent.

Merci beaucoup de vouloir me laisser entrer dans votre pays. Mais j'ai reçu une lettre du Secrétaire d'État au Département de l'intérieur, me demandant de bien vouloir annuler ma venue. Selon cette lettre, je menacerais les relations inter-communautaires et, par conséquent, la sécurité publique au Royaume-Uni.
Pendant un moment j'ai craint que l'entrée me soit refusée. Mais j'étais convaincu que le gouvernement britannique n'allait va jamais sacrifier la liberté d'expression, par crainte de l'Islam. La Grande Bretagne sait régler les vagues, et l'islam ne règlera jamais la Grande Bretagne , j'étais convaincu que l'Agence des frontières me permettrait de passer. Et après tout, vous avez déjà invité de plus étranges créatures que moi.

Il y a deux ans, la Chambre des Communes a accueilli Mahmoud Suliman Ahmed Abu Rideh, qui était lié à Al-Qaeda. Il a été invité à Westminster par Lord Ahmed, qu'il a rencontré à la mosquée de Regent's Park, trois semaines avant. Pourtant soupçonné d'être un banquier des groupes terroristes, M. Rideh, a reçu un autocollant "Sécurité parlementaire" pour sa visite.
Eh bien, si vous laissez entrer cet homme, à plus forte raison, un membre élu de l'un des pays de l'UE doit être le bienvenu ici, sans aucun doute. En me laissant parler aujourd'hui vous montrez que l'esprit de M. Churchill est encore très vivant. Et vous prouvez que l'Union européenne est vraiment réelle, permettant la libre circulation des personnes, ce qui est toujours un des piliers du projet européen.
Mais il reste encore beaucoup à faire. La Grande-Bretagne semble être devenue un pays gouverné par la peur. Un pays où les fonctionnaires annulent les célébrations de Noël pour plaire aux musulmans. Un pays où les tribunaux de la charia font partie du système juridique. Un pays où l'école primaire annule une fête de Noël parce qu'elle intervient en même temps qu'une fête islamique.
Un pays où une école enlève les mots de Noël et de Pâques de leur calendrier afin de ne pas offenser les musulmans. Un pays où les organisations islamiques demandent de ne pas commémorer l'Holocauste. Un pays où un enseignant punit deux étudiants pour avoir refusé de prier Allah dans le cadre de leurs cours d'éducation religieuse. Un pays où les membres élus du conseil municipal se sont fait dire de ne pas manger la journée à l'hôtel de ville, pendant le Ramadan. Un pays qui excelle dans sa haine d'Israël, car elle reste la seule démocratie au Moyen-Orient. Un pays dont la capitale est en train de devenir un «Londonistan».

Je ne voudrais pas me qualifier comme un homme libre. Depuis quatre ans et demi, j'ai perdu ma liberté. Je suis sous surveillance permanente, par déférence pour ceux qui préfèrent la violence au débat. Mais pour le fan club de gauche et de l'islam, ce n'est pas suffisant. Ils ont commencé une procédure judiciaire contre moi. Il y a trois semaines, la Cour d'appel d'Amsterdam a ordonné une action pénale pour mon film «Fitna», et mes vues sur l'Islam. J'ai commis ce que George Orwell a appelé une "pensée criminelle".
Vous avez peut-être vu mon nom sur le générique du film "Fitna", mais je ne suis pas vraiment responsable de ce film. Il a été fait pour moi, mais il a été effectivement construit à partir des textes originaux des extrémistes musulmans, des citations du Coran et par l'Islam lui-même. Si "Fitna" est considéré comme un «discours de haine», alors comment la Cour doit-elle qualifier le Coran lui-même, avec tous ses appels à la violence et la haine contre les femmes et les Juifs?
M. Churchill a lui-même comparé le Coran au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler. Eh bien, j'ai fait exactement la même chose, et c'est pourquoi ils me poursuivent.
Je me demande si le Royaume-Uni n'a jamais mis en justice M. Churchill.

La décision de la Cour et la lettre que j'ai reçue du Secrétaire d'État à l'accueil sont les deux grandes victoires pour tous ceux qui détestent la liberté d'expression. Ils font le sale travail pour l'Islam. La charia par procuration. Les différences entre l'Arabie saoudite et la Jordanie d'une part et les Pays-Bas et la Grande-Bretagne sont faibles. L'Europe est maintenant sur la voie rapide de devenir Eurabia.
C'est apparemment le prix à payer pour le projet de l'immigration de masse, et le projet multiculturel.

Mesdames et Messieurs, le meilleur de nos libertés est attaqué. En Europe, la liberté de parole n'est plus donnée. Ce que nous avons une fois considéré comme une composante naturelle de notre existence est quelque chose pour laquelle nous devons à nouveau nous battre. C'est ce qui est en cause.

La question de savoir si je me retrouve en prison n'est pas la question la plus pressante. La question est: "Est-ce que la liberté d'expression peut-elle être mise derrière les barreaux?"
Nous devons défendre la liberté d'expression.

Pour la génération de mes parents, le mot "Londres" était synonyme d'espoir et de liberté. Quand mon pays a été occupé par les nationaux-socialistes, la BBC a offert un aperçu quotidien de l'espoir, dans les ténèbres de la tyrannie nazie.
Des millions d'hommes de mon pays l'ont écoutée, illégalement. La mention «This Is London" a été un symbole d'un monde meilleur, à venir. Si seulement les Britanniques, les Canadiens et les soldats américains étaient présents.

Qu'est-ce qui sera transmis dans quarante ans? Y aura-t-il encore «This Is London"? Ou sera-t-il «Ici Londonistan"? Viendra-t-il nous apporter l'espoir, ou aura-t-on les valeurs des signaux de la Mecque et de Médine? Verra-t-on en Grande-Bretagne la soumission ou bien la persévérance? La liberté ou l'esclavage?
Le choix est le nôtre.

Mesdames et Messieurs,

Nous ne devons pas nous excuser d'être libre. Nous ne céderons jamais au jeu. Nous ne devons jamais nous rendre.
La liberté doit prévaloir, et la liberté prévaudra.
Merci beaucoup.

Le député Geert Wilders, Président du Parti pour la liberté (PVV) des Pays-Bas

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis