Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 19:00

 

DIPLOMATIE | La plupart des pays attendent l’issue des discussions engagées cette semaine pour confirmer leur présence à Genève le 20 avril prochain.

Conférence sur le racisme
© Pascal Frautschi/2006 | A dix jours de l’ouverture de la Conférence sur le racisme organisée à Genève,on ne connaît toujours pas les noms et la composition des délégations attendues.

ALAIN JOURDAN | 08.04.2009 | 00:01

C’est une semaine cruciale. Depuis lundi, les diplomates s’emploient à bétonner le projet de texte qui sera soumis à examen lors de la Conférence sur le racisme organisée à Genève du 20 au 24 avril prochain.

On saura dans quelques jours seulement si les négociations menées dans l’ombre ont porté leurs fruits. Pour l’instant, rien n’est gagné. Et la plus grande prudence reste de mise. A dix jours de l’ouverture de la conférence, on ne connaît d’ailleurs toujours pas les noms et la composition des délégations attendues. Quid des mille délégués? La plupart des gouvernements hésitent encore à fournir des listes.

«Ligne rouge»

Le 17 mars dernier, le Russe Youri Boychenko a déminé le terrain en convainquant les participants à la Conférence de suivi de Durban de travailler sur un nouveau document plus consensuel. Un texte allégé, de seulement dix-sept pages, qui laisse de côté les sujets qui fâchent comme la diffamation des religions, la liberté d’expression, la discrimination à l’égard des homosexuels, le colonialisme et surtout la condamnation d’Israël. Une solution de compromis arrachée de haute lutte par les diplomates grâce aux missions de bons offices conduites au sein de chaque groupe régional par les pays les plus modérés.

Pour que l’opération de sauvetage de Durban II aboutisse, il faut qu’un large consensus se dégage autour de l’adoption de ce nouveau texte d’ici à l’ouverture de la conférence. Autrement dit, il faut limiter le nombre des amendements. C’est tout l’enjeu du round de réunions préparatoires qui a commencé en début de semaine à Genève. En l’état, le projet de texte peut être accepté par les pays de l’Union européenne et la Suisse. La fameuse «ligne rouge» (condamnation d’Israël, diffamation des religions…) n’est pas franchie. Sauf qu’au détour d’un amendement, le texte peut connaître de nouveaux glissements sémantiques.

Lundi, la Syrie, l’Iran, le Soudan, l’Algérie, le Pakistan, la Chine et Cuba ont émis des réserves. Certains sont même revenus à la charge en affichant des vues divergentes sur l’incitation à la haine raciale, la liberté d’expression, les préjudices passés et la création d’un observatoire du racisme. Si le climat est plus apaisé qu’il y a quelques semaines, des désaccords profonds subsistent. Comme pays hôte, la Suisse sait qu’elle joue très gros. Micheline Calmy-Rey a dit qu’elle n’aimerait pas voir le nom de Genève associé à un échec. Au moindre «enflammement» verbal d’une ou l’autre des délégations sur l’un des sujets qui fâchent, la conférence peut tourner au pugilat médiatique. Chaque mot, chaque formulation sera passé en revue par les ONG, les médias du monde entier, mais aussi par Israël qui ne fait pas mystère de sa volonté de riposter à toutes les attaques.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis