Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 13:09
Bosnie-Herzégovine : l’antisémitisme s’étend sur les murs et sur Internet
Traduit par Vanessa Pfeiffer

Publié dans la presse : 27 mars 2009
Mise en ligne : vendredi 24 avril 2009
Selon la Communauté juive de Bosnie-Herzégovine, Sarajevo ne compte plus aujourd’hui que 700 Juifs, et aucune naissance n’a été enregistrée dans la capitale bosnienne depuis plus de quatre ans. Pourtant des graffitis antisémites sont apparus dans les rues de la capitale, et les appels à la haine se multiplient sur Internet. La dénonciation de la politique israélienne se transforme souvent en antisémitisme revendiqué. Une nouvelle manifestation du climat d’intolérance qui prévaut depuis quelque temps à Sarajevo.

Par Vuk Bačanović

JPEG - 37.3 ko
Graffiti antisémite inscrit sur un mur de la capitale bosnienne

Les graffitis à caractère politique sont nombreux depuis longtemps dans les rues de Sarajevo – celui qui est apparu près de l’entrée du siège du Premier ministre de la Fédération, Ned¸ad Branković, nous a montré à quel point un coup de spray sur le mur pouvait être efficace. Les graffitis de l’Organisation antifasciste contre la haine, la violence et le fascisme (Antifao), inscrits depuis l’attaque d’hooligans wahhabites contre les participants et les organisateurs du Sarajevo Queer Festival [1], sont également liés aux jets de pierres sur le bâtiment du Parlement de la Fédération au début du mois de décembre 2008.

Cependant, les graffitis apparus récemment sont porteurs d’un tout autre message. À côté de la silhouette, connu de tous, d’un homme qui jette une croix gammée dans une poubelle – que l’on retrouve dans plusieurs rues de la ville (Zmaj od Bosne, Maréchal Tito, Ferhadija) – est apparue celle d’une personne qui jette l’étoile de David. Le dessin est signé « la contre-attitude » ! Il n’est pas dit qu’il s’agisse, dans ce cas, uniquement d’une manifestation contre la politique d’Israël. En effet, l’étoile de David symbolise l’ensemble de la communauté juive. Est-ce que cela signifie qu’il existe à Sarajevo des groupes qui pensent qu’il est nécessaire de sortir la croix gammée de la poubelle et d’accepter tout ce que cela symbolise, y compris l’antisémitisme ?

Le cyber-fascisme : causes et conséquences

L’opinion a trop longtemps ignoré et sous-estimé la gravité de ces phénomènes. Ainsi, on a peu parlé des adolescents qui ont crié « Écrase, écrase les Juifs », lors d’une manifestation contre l’offensive américaine en Irak en 2003. À cette occasion, ils avaient distribué des tracts dans les universités, appelant à boycotter les produits des entreprises dont les propriétaires sont juifs, à profaner les cimetières juifs, à organiser des conférences et des cours pour affirmer que les Juifs sont une communauté maudite. Ils ont également brandi des banderoles sur lesquelles l’étoile de David se confond avec la croix gammée. Et que dire de ces slogans : « Hajber, hajber ja Jehud ! D¸ej¨ Muhammed Seje’ud ! [ce qui signifie : « Attention à vous, attention, Ô Juifs ! L’armée de Mahomet arrive ! »]. Cela conduit aujourd’hui à un nécessaire règlement de comptes avec le peuple juif, ces mots étant complètement sortis du contexte historique de la chanson à laquelle ils appartiennent.

Sur le groupe Facebook de soutien au mouvement Antifao de Bosnie-Herzégovine, nous pouvons lire des commentaires particulièrement inquiétants de jeunes. Ainsi, Amer Marwan El-Mordeha pense que « ce peuple [juif] a planifié les événements du 11 septembre pour que puisse commencer la chasse aux Arabes, les traitant de terroristes… Ce sont eux qui ont déclenché la guerre en Irak afin d’éviter à Saddam de défendre la Palestine mais également pour se protéger de l’Iran… Les vrais fascistes sont sur la terre sainte et Hitler a sauvé l’Allemagne pour que les Allemands ne soient pas des esclaves comme les Américains aujourd’hui… La mort de ce peuple, c’est la liberté des autres peuples… ».

Un autre participant – au surnom très inventif, Gorchin Bogomilian – en critiquant le courant antifasciste, note : « Nous avons le roi Tvrtko que vous et vos pères communistes avez contesté… Nous avons le lys qui a mille ans de plus que vous, sales communistes, et que vous avez contesté… Nous sommes la nation la plus ancienne, nous avons des racines gothiques que vous avez contesté et vous nous avez poussé vers les Slaves voire pire encore, vers les Turcs… Mais c’est fini tout ça, plus jamais ensemble !!! ».

Un certain Aid Burko se demande : « Je suis fasciste… Je hais les Juifs… Et quoi ? Où le problème ? Dites-moi qui aime les Juifs aujourd’hui ? ». Sur le forum du site Sarajevo-x.com, les réactions aux événements qui se produisent à Gaza dépasse la simple réaction à l’agression israélienne : « Sales Juifs, vous représentez 0,20% des personnes dans le monde, nous pouvons vous effacer de la surface de la terre ». « Lorsque les Américains n’auront plus d’intérêt à les protéger, les arabes les mangeront pour dessert en une nuit. Je pense que beaucoup de Chrétiens se joindront à eux au cours de ce banquet !! Les catholiques, évidemment, et pas les déchets de l’autre côté de la Drina [c’est-à-dire les orthodoxes, NdT] », prévoit l’un des internautes, Ante.

Bien sûr, il faut souligner que nous tombons également sur des commentaires de ce type qui accordent l’entier soutien à l’action israélienne à Gaza, ne représentant pas l’opinion majoritaire. Néanmoins, ce que nous pouvons remarquer, c’est que ces pensées sont loin d’être des phénomènes marginaux. En d’autres termes, l’antisémitisme à Sarajevo et en Bosnie-Herzégovine n’est pas uniquement l’expression d’adolescents frustrés. Les idées qu’ ils expriment ne viennent pas seulement d’eux mais ce sont les conséquences d’un climat social marqué par le fanatisme, de l’« histoire familiale », qui dans la plupart des cas contient des éléments qui ont trait au fascisme, lorsqu’il s’agit de juger les origines de l’Autre.

Enfin, l’éditorialiste de l’ancien hebdomadaire Walter, Fatmir Alispahić, n’a pas été le seul à remettre en question l’Holocauste par sa célèbre phrase : « Il est dit que les dépôts de cendres n’ont jamais été découverts, alors que si six millions de Juifs avaient été brûlés, il y aurait au moins une colline de cendres ».

Une croix gammée sur la porte

JPEG - 30.3 ko
Moris Albahari, un chargé de la tradition juive de la Communauté juive de Bosnie-Herzégovine

« Il existe une prière dans les temples juifs », nous raconte Moris Albahari, un chargé de la tradition juive au sein de la Communauté juive, « qui remercie Dieu pour avoir permis au sultan Selim Ier de les avoir accueillis et sauvés. Toutefois, l’animosité envers les Juifs continue d’exister. Nous nous sommes habitués à cela. Dès qu’il se passe quelque chose dans le monde arabe, je trouve dessinée sur ma porte une croix gammée. De même, on nous appelle souvent par téléphone et on nous menace : « Qu’est-ce que vous faites ici, vous les radins ? ». Je ne sais pas pourquoi ils font cela. Je ne suis pas Israélien – je suis plus âgé que l’État d’Israël. Et puis sur le bâtiment de la Communauté juive, nous trouvons également des graffitis en arabe : « Vous brûlerez en enfer ! », donc nous subissons une vraie pression psychologique, comme si nous étions responsables de tout cela. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, sur 14.000 Juifs, chaque quinzième personne est restée en vie et nous sommes restés ici et avons donné à ce pays des intellectuels, des professeurs mais ils ne nous considèrent toujours pas comme faisant partie des leurs ».

Tous ces événements montrent que l’antisémitisme à Sarajevo existe tel un phénomène qu’on ne peut plus faire reculer et que les positions de départ – l’opposition à la politique israélienne – se transforment en des positions antijuives. Si des groupes d’adolescents illettrés et frustrés, appuyés par une propagande antijuive affichée par « les nouveaux musulmans » – comme les appellent le reis-ul-ulema Mustafa Cerić – vont jusqu’à soutenir l’idéologie nazie, nous obtenons non seulement une combinaison mortelle mais les graffitis ne sont que la face visible de l’iceberg, ou l’expression d’un fanatisme dangereux formé par la nouvelle génération.

Les communautés religieuses de Sarajevo et de Bosnie-Herzégovine ne peuvent que difficilement être accusées de favoriser directement l’antisémitisme mais un seul des chefs religieux a-t-il condamné les discours de haine contre le peuple juif à la mosquée du roi Fahd ? La création d’un tel climat idéologique, au goût des fanatiques ou des chauvinistes, est-il un héritage que les peintres (Haim Pinto, Danijel Ozmo), les écrivains (Isak Samokovlija, Erih Ko¨), les musiciens (Oskar Danon, Ranko Rihtman), les architectes (Jahiel David, Ognjenka Finci) ainsi que les théoriciens et philosophes (Marcel ¦najder, Kalmi Baruh et Ivan Focht) juifs ont laissé à la Bosnie-Herzégovine ? Par conséquent, quiconque - commanditaire ou exécuteur - se cachant derrière « la contre-attitude », derrière le jet du peuple juif dans les poubelles, a réalisé un acte contre la civilisation et contre la Bosnie-Herzégovine.

Réagir à cet article Flashmail
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis