Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 21:32
Lundi 11 mai 2009

Chaudement recommandé par Aschkel


http://www.geopolitiquebiblique.com/


Le paradoxe des paradoxes : devant l'entêtement ou la folie d'Obama de privilégier l'Iran quasi nucléaire et ses vassaux, la Syrie, le Hezbollah et le Hamas, Israël n'autre choix que de s'allier avec les puissances arabes pour lesquelles un Iran nucléaire serait la pire des catastrophes.

C'est une situation absolument nouvelle au Proche-Orient où Israël n'a d'autre possibilité que de chercher des alliés auprès de pays arabes pour contrer les Américains, qui pour d'obscures et chimériques manœuvres géopolitiques, font la part belle à l'Iran considéré comme un allié objectif dans la guerre que mènent les États-Unis en Afghanistan/Pakistan et en Irak.

Les Américains ont beau envoyer des émissaires successifs en Égypte et dans les Pays du Golfe pour expliquer que le rapprochement Américano-iranien ne se fera pas sur leur dos, personne n'y croit, et surtout pas l'Égypte, dépourvue de pétrole et soumise depuis peu à une attaque en règle sur son territoire  par le Hezbollah.  Ces attaques du Hezbollah n'auraient pu avoir lieu si la Syrie ne se sentait pas le vent en poupe, soutenue la fois par les Iraniens et par une Amérique qui ne pipe mot, donc qui consent.

  Bibi, avant de se colleter avec Obama à Washington, se rend au Caire pour tenter  de formaliser une alliance avec les saoudiens et les égyptiens. A cette alliance, il y aura bien entendu un prix à payer, dont le moindre serait de jeter les bases pour la création d'un état palestinien. Mais Bibi n'a pas le choix, s'il veut un soutien arabe dans une attaque éventuelle contre l'Iran, il est contraint de donner des gages. Rappelons à ce titre que l'un des gages qu'a fourni par Olmert à l'Égypte fut de  ne pas éradiquer le Hamas dans l'opération "plomb durc"i, alors que Tsahal avait les moyens de le faire.

 

Durant cette même opération, un phénomène semble avoir échappé aux commentateurs avisés: c'est la première fois qu'Israël entreprenait  une opération militaire contre des Arabes avec l'assentiment total d'un Etat arabe, lire l'Egypte et la neutralité bienveillante des saoudiens. Ce cas de figure donc a des chances de se répéter mais à une échelle toute autre: Israël attaque l'Iran, avec le consentement et peut être même l'assistance financière, voir logistique de l'Egypte et des pays du Golfe, l'Arabie saoudite en tête. L'Iran étant malgré tout un Etat musulman, les Etats arabes seront tenus à une opposition de façade, qui ne trompera personne. Il est nécessaire de rappeler que les Iraniens ont beau être musulmans, ils sont avant tout Perses et Chiites; deux bonnes raisons pour être royalement jalousés et détestés par les arabes sunnites.  Les saoudiens et les Emirats Arabes Unis savent pertinemment qu'un Iran fort et nucléaire ne leur fera pas de cadeaux et que leur meilleur allié aujourd'hu,i c'est Israël. Ainsi on s'oriente vers une situation tout à fait paradoxale de renversement d'alliances. Les meilleurs copains d'Israël sont aujourd'hui ceux qui redoutent un Iran fort et non celui qui a accepté l'idée d'un Iran nucléaire et qui tisse des alliances avec les Perses dans une guerre perdue d'avance contre le fondamentalisme musulman sunnite en Afghanistan et au Pakistan, lire les Américains.

 

Triste  époque mais combien prévisible où l'Amérique lâche Israël, son allié de toujours, pour s'allier avec une Babylone toute en crocs et en bombes nucléaires, qui rêve d'un destin planétaire. M'est avis qu'Obama et l'Amérique anesthésiée vont se mordre les doigts de ce choix imbécile et irresponsable.

Quant au slogan adoré par Obama "Deux peuples deux états", il n'y a pas trop d'inquiétude à avoir à court terme parce que ni le Hamas arc-bouté sur la non reconnaissance d'Israël, ni le Fatah peureux et désorienté, ne sont murs pour construire un Etat. Quelle désillusion pour Obama de constater que ses cadeaux sont refusés.

 

Géopolitique biblique
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Salut Dominique,<br /> <br /> une bise en passant,<br /> que D' te garde.
Répondre
G
Netanyahu-Mubarak Talks Aim to produce Arab-Israeli Front versus Iran<br /> <br /> DEBKAfile Exclusive Analysis<br /> <br /> May 11, 2009<br /> Egyptian president Hosni Mubarak open to ideas for resisting Iran<br /> <br /> Egyptian president Hosni Mubarak open to ideas for resisting Iran<br /> <br /> If successful, Binyamin Netanyahu's first meeting as Israeli prime minister with Egyptian president Hosni Mubarak at Sharm el Sheikh Monday, May 11, may well mark an epic turning-point in Middle East history recalling the 1979 peace breakthrough with Egypt. Their common goals – and Mubarak speaks for the Saudi king Abdullah on this issue – are the formation of an Arab-Israeli front against Iran and putting a spoke in US president Barack Obama's planned détente with Tehran.<br /> <br /> Most of all, the Netanyahu government utterly rejects the Palestinian-Iran tradeoff proposed by the Obama administration - and reaffirmed by US National adviser Gen. James Jones Sunday - that a two state-solution would diminish Iran's existential threat to Israel.<br /> <br /> Israel points out that no guarantees are offered for the latter. Therefore, Netanyahu prefers to put the Iranian menace on a different, regional footing. Last Monday, May 4, in a message to the Israeli lobby in Washington, he said pointedly: "For the first time in my lifetime," Arabs and Jews see a common danger. There is a great challenge afoot. But that challenge also presents great opportunities."<br /> <br /> This was no idle talk. DEBKAfile's military and intelligence sources report that the groundwork for the Mubarak-Netanyahu tête-à-tête was laid by Egypt's intelligence minister Gen. Omar Suleiman in the two days he spent in Jerusalem on April 22-23.<br /> <br /> Officially, the Palestinians were the purpose of his talks - Suleiman has long acted as middleman between feuding Palestinian factions. In fact, Iran, Syria, Hizballah and Hamas were the subjects of his intense discussions with Israel's government heads and his opposite numbers in Mossad, military intelligence and the General Security Service (Shin Bet). They covered the Radical Four's next moves and their potential military responses to a possible Israeli attack on Iran's nuclear and strategic and infrastructure.<br /> <br /> From Jerusalem, the Egyptian official headed for Riyadh to bring the Saudis into the planning picture.<br /> <br /> He went straight into conference with King Abdullah and the Saudi chief of general intelligence, Prince Muqrin bin Abdul Aziz, after which Muqrin secretly visited Cairo for a long session with Mubarak attended only by the Egyptian intelligence chief.<br /> <br /> This diplomatic flurry, according to DEBKAfile's sources, aimed at establishing an informal Israel-Egyptian-Saudi framework for working together – this time on the Iranian issue, but not for the first time. The outcome of the culminating Mubarak-Netanyahu talks Monday will bear strongly on their meetings with President Obama later this month. When he arrives in Washington on May 18, the Israeli prime minister will no doubt have new ideas in his briefcase.<br /> <br /> Before the outbreak of Israel's 2006 war with the Lebanese Hizballah, the then-Israeli prime minister Ehud Olmert and his intelligence chiefs met with Saudi national security adviser, Prince Bandar bin Sultan in the Jordanian capital of Amman several times to coordinate Saudi-Egyptian-Israeli moves against the Iranian-Syrian-Hizballah front.<br /> <br /> When Israeli launched its Gaza offensive against Hamas on Dec. 27, 2008, Jerusalem and Cairo were closely aligned on the various phases of warfare. For the duration of the 22-day conflict, Israel kept Egypt abreast of the action and Cairo updated Riyadh.<br /> <br /> This was Israel's first operation against an Arab target to be backed by an Egyptian-Saudi consensus.<br /> <br /> The difference between the two Israeli military ventures was that its collaboration with Egypt won the approval of the US president, then George W, Bush. For the Gaza operation, US approval was withdrawn by the new man in the White House.<br /> <br /> But the setback in Washington only served to spur the three silent partners' motives for working together when their interests converge, this time against Iran's rise as a nuclear and regional power.<br /> <br /> The Obama administration's outreach to Tehran and rehabilitation of Damascus served as a catalyst, accelerated by broad hints of US willingness to approve engagement with Hizballah and Hamas.<br /> <br /> Israeli, Egyptian and Saudi rulers presume Washington has abdicated its commitment to prevent Iran from gaining nuclear weapons and a lead-position in the Middle East. They take this retreat as a step toward America's reconciliation with the Islamic Republic. All three oppose this policy and resent being cast to the political and military sidelines of the region in the US president's consciousness.<br /> <br /> His emissaries failed to allay these concerns when they circulated around Arab capitals in the last fortnight. It was pointed out to them that the new US administration had not lifted a finger to slow Iran's nuclear development in its first 100 days. If the issue was dropped to the bottom of Washington's agenda with Tehran, it would be too late.<br /> <br /> Israel was ready to pay a steep price for Egypt's tacit and practical support by halting its Gaza operation last January short of the goals of crushing Hamas and overthrowing its government. Netanyahu has bought the proposition that he will have to pay Mubarak again in the coin of concessions to the Palestinians when they meet in Sharm el-Sheikh Monday. But the Israeli leader believes it is worth paying for the sake of a working partnership with Egypt and Saudi Arabia against Iran.<br /> <br /> In strategic-historic terms, he believes that would be a more advantageous deal than succumbing to American arm-twisting. After all, Cairo and Riyadh are willing to stand up shoulder to shoulder with Israel against Iran – unlike the Obama administration.
Répondre
G
Concernant le Maroc, Gilles, il semble avoir suspendu ses relations avec l'Iran, mais, de toute évidence il n'est pas au premier plan, aussi exposé que l'Egypte. Par contre, des émissaires et go-bitween entre Al Qaeda et le Hezbollah, tel que Belliraj y ont été arrêtés, en lien avec des réseaux belges. De fait, le Maroc reste une porte ouverte sur l'Europe.
Répondre
D
Hello gilles toujours heureuse de te lire.<br /> <br /> Magistral texte geopolitique ma chere Ashkel sur cet incroyable changement d`alliance.<br /> Qui aurait pu le croire il y a seulement 3 mois que la courageuse Amerique allait rejoindre le camp des terrorites des ignobles des pires ennemis d`israel et des valeurs cheres au monde occidental .<br /> Obama-Osama est encore bien pire pour nous tous que ce que nous avions pu craindre avant son election.<br /> Mais qu`est ce qui leur a pris aux americains et en particulier aux juifs americains pour se laisser ainsi aveugler par un charisme de pacotille et pour ne pas voir qu`il faisait en votant pour ce sale type entrer le loup dans leur bergerie?<br /> Merci du fond du coeur pour les nouveaux textes en particulier sur le judaisme ecrits sur lessakele depuis qu`Ashkel et Gilles sont devenus redacteurs donnant ainsi un nouveau souflle a ce blog qui etait deja d`une immense qualite.<br /> Ce blog devient ainsi le nouveau site preferre les amoureux d`Israel et de la justice. <br /> Longue vie a Lessakele et Am Israel Hai
Répondre
G
et le Maroc ?<br /> où en est-il ?
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis