Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 20:59
J'ai pris pour habitude de laisser à un autre blog qui se fait fort de jouer les "révélateurs", ce genre de nouvelles, qui tiennent autant de la mise en scène de contre-feux, par le Hezbollah suite à ses propres déboires, notamment récemment en Egypte. Le Hezbollah, pour gagner les élections, a besoin de démontrer qu'il détient les clés de la sécurité au Liban et s'y emploie par tous les moyens, fabrication de fausses preuves, y compris, bien entendu. Dernièrement, trois accusés ont été relâchés, faute de preuve. Un proche du quotidien Almoustaqbal, de l'opposition anti-syrienne a également été arrêté. Il y a donc là autant de manoeuvres politiques que de désir de recourir au mythe de son impénétrabilité en affichant des prouesses en matière de contre-espionnage...
Liban : du nouveau sur la "cellule d'espionnage"
I

Le quotidien libanais Al-Akhbar a révélé, vendredi, de nouvelles informations concernant une éventuelle cellule d'espionnage destinée à transmettre des informations confidentielles à l'Etat d'Israël. Selon le journal, les principaux suspects concernés par l'affaire - le général retraité Adib Alam et son épouse - auraient touché des milliers de dollars après avoir fourni des renseignements précis sur des sites militaires et civils syriens et libanais, dont certains avaient été bombardés par l'Etat hébreu durant la Seconde guerre du Liban.

Des chars de l'armée libanaise circulent près de Tripoli.
Photo: AP , JPost

Plusieurs sources des forces de sécurité libanaises ont révélé aux journalistes que l'homme, de confession chrétienne, avait suivi des entraînements en Israël au cours desquels il a appris à manier certains appareils d'espionnage. Plusieurs de ces appareils auraient d'ailleurs été retrouvés chez lui, dont un équipement GPS très perfectionné caché dans un mini bar.

Par ailleurs, les enquêteurs libanais seraient déjà parvenus à décoder quatre messages destinés à Jérusalem. Dans l'un de ces messages, Adib faisait justement part de sa crainte d'être débusqué.

Al-Akhbar précise qu'Alam a été recruté par un autre agent libanais, Nicola Habib. Alam est considéré comme "un gros poisson", selon les forces de sécurité locales qui estiment que son interrogatoire permettra de révéler un certain nombre d'"informations sensibles et précieuses".

Plus précisément, l'ancien général est soupçonné de s'être servi de son entreprise - une affaire accueillant des travailleurs étrangers - pour couvrir ses activités d'espionnage qui se résumaient, a priori, à collecter des informations dans la région située entre l'est de Beyrouth et le sud de la rivière Litani.

"Nous avons à faire à un réseau professionnel et particulièrement bien formé et, par conséquent, l'enquête risque de prendre du temps", a déclaré une autre source de la police libanaise selon laquelle les activités d'espionnage en question ne se résumaient peut-être pas uniquement à des exercices de repérage mais aussi à des missions de terrain.

Le vice-secrétaire général du Hezbollah, Naïm Kassem, a qualifié l'arrestation d'Alam d'accomplissement majeur des forces de sécurité. "Les premières conclusions de l'enquête prouvent qu'il travaillait pour le compte d'Israël depuis plus de 25 ans", a-t-il raconté aux journalistes de l'AFP.

Depuis la fin de la Seconde guerre du Liban en 2006, les autorités libanaises accusent régulièrement Israël de chercher à recruter des agents locaux. Plusieurs arrestations ont déjà eu lieu en novembre et en février derniers.

L'Etat hébreu évite de commenter ce genre d'allégations.

Coup dur pour le Mossad au Liban (info # 011505/9)
Par Michaël Béhé à Beyrouth
nasrallah
© Metula News Agency














Nasrallah photo : affichant un total mépris pour les "autres" Libanais...


 


Les agents libanais travaillant au profit d’Israël tombent comme mouches depuis avril dans les filets des Forces de Sécurité Intérieures (FSI).

 

La raison de cette hécatombe procède d’une monumentale bévue de la part de l’un des principaux espions de l’Etat hébreu au pays des cèdres, un officier de la Sûreté Générale à la retraite du nom d’Abid El Alam. Ce dernier, arrêté sur dénonciation, n’avait pas mis en sécurité une liste de soixante lignes internationales de téléphonie mobile en sa possession.

 

El Alam avait probablement pour rôle de les distribuer à d’autres agents du Mossad, mais il n’avait pas détruit les numéros des lignes qu’il avait déjà attribuées.

 

Les FSI n’ont eu qu’à analyser les communications opérées à partir de ces numéros afin de démasquer toute une série de réseaux et leurs membres, qui s’étaient mis au service des intérêts de notre voisin méridional.

 

Seize personnes ont ainsi été accusées de collaboration à ce jour, treize ont été inculpées pour activités d’espionnage par la Cour militaire libanaise, dont six durant la seule journée de mercredi.

 

Parmi celles-ci, on compte neuf Libanais et un Palestinien.

 

Au moins quatre suspects, par ailleurs, ont pris la fuite et sont introuvables à leur domicile.

 

La plus grosse prise est un ex-général de la Sûreté Générale, appréhendé ainsi que sa femme et l’un de ses neveux. Durant leurs interrogatoires, ils ont avoué avoir œuvré pour le compte de Jérusalem depuis une quinzaine d’années.

 

Plusieurs autres suspects ont été mis aux arrêts et subissent des questionnements, sans toutefois avoir été inculpés pour l’instant.

 

Parmi les individus détenus et inculpés, certains sont accusés de s’être rendus en Israël pour y suivre une formation et recevoir des instructions, d’autres, pour avoir entretenu des contacts avec ce pays, qui est toujours, théoriquement du moins, en guerre avec le nôtre.

 

D’autres encore ont fourni à leurs préposés hébreux des renseignements sur les mouvements de personnes et sur l’emplacement et la nature de positions militaires.

 

Celles-ci appartenaient aussi bien au Hezbollah qu’à l’armée libanaise, et concernaient également les activités des dix bases opérationnelles utilisées au grand jour par les Gardiens de la Révolution iranienne.

 

Les membres des réseaux démantelés avaient aussi inspecté des bases de missiles, des radars et des infrastructures de communication, principalement installés et exploités par les alliés de l’Iran et de la Syrie, particulièrement ceux construits récemment.

 

Il ne fait aucun doute, même si nous n’avons pas d’informations spécifiques sur le sujet, que les agents du Mossad scrutaient la contrebande d’armes et de munitions en provenance de Syrie et à destination du Hezb, mais également des nombreux groupuscules palestiniens armés, inféodés à l’axe Téhéran-Damas.

 

Les deux derniers réseaux à être tombés dans les filets des FSI étaient composés, à Aytaroun, d’un seul élément, Ghassan H., dont le rôle était probablement de recruter de nouveaux agents ; dans la localité d’Aïn Ebel, au Liban-Sud, ce sont deux membres de la famille Ibrahim, Camille et Rizek, qui ont été arrêtés.

 

Cette affaire est particulièrement délicate dans la situation qui prédomine au Liban, alors que l’axe chiites-Iran-Syrie ne dissimule qu’à peine son intention de prendre le pouvoir, quels que soient les résultats des élections générales prévues dans quelques semaines.

 

Ainsi, hier soir, les ministres de cet axe ont fait usage du droit de blocage – qu’ils ont obtenu à la suite de l’invasion de Beyrouth-ouest par les milices du Hezbollah et d’Amal – contre des nominations proposées par le chef de l’Etat, le général Michel Souleiman (Sleiman).

 

Dans ces conditions, alors que la majorité sunnite-druze-chrétienne propose de déclarer la neutralité du Liban, tandis que la minorité armée chiite, soutenue par ses alliés aounistes, entend, par tous les moyens, perpétuer l’état de confrontation avec Israël et l’Occident – qu’elle appelle "résistance" – le démantèlement des réseaux du Mossad ne fait qu’augmenter la tension ambiante.

 

Car il est évident pour la plupart des membres de la majorité, que le seul Etat qui pourrait éventuellement secourir la démocratie libanaise est celui qui s’étend au Sud, à partir de la localité de nos amis de Métula. Et que ceux qui prônent la confrontation à tout prix, n’ont dans l’idée que d’exploiter un pseudo-différend avec Jérusalem, pour servir de prétexte à l’asservissement du Liban, et à la destruction de son fondement démocratique et multiconfessionnel.

 

Cela explique la raison pour laquelle le démantèlement des réseaux du Mossad ne jouit que d’un écho volontairement contenu par le gouvernement, l’armée et les forces officielles de sécurité.

 

Jeudi 14 mai [18:37:00 UTC]
l'article...
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Ouais, bien le seul fait de l'évoquer laisse penser que ce n'est pas tout rose. C'est pourquoi je ne voulais pas prendre trop à la "légère", l'article de Jonath : ok, il y a de la désinfos à fond les ballons, mais ce n'est pas tout-à-fait qu'une histoire de fumée sans feu...
Répondre
K
Gad, je te confirme que c'est bien chaud ce qu'il se passe... Mais n'oublions pas qui sont les experts en désinformation... Et qui à interet à ce que des chiffres incommensurables soient publiés !!!<br /> <br /> En tout cas, ce commentaire me permet aussi de te féliciter... Ainsi que tes acolyte... L'article l'ashkel du jour sur PALAESTINA est excellent...
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis