Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 00:28

Nous avons fait automatiquement parvenir le texte du Spiegel à Mediarabe.info. Difficile de savoir s'ils en disposaient déjà, toujours est-il qu'ils en publient la version française :


L’enquête « bombe »

Assassinat de Rafic Hariri : une nouvelle piste mène directement au Hezbollah et à sa direction

Elle explique l’affolement de Hassan Nasrallah, sa fuite en avant et l’assassinat de Wissam Eïd

samedi 23 mai 2009 - 23h52, par Chawki Freïha - Beyrouth

Logo MédiArabe.Info

Le Tribunal Spécial International pour le Liban, qui enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, a réalisé une percée significative, parvenant à de nouvelles conclusions surprenantes, qu’il garde secrètes. Selon le journal allemand DER SPIEGEL (23/05/2009), les enquêteurs croient de plus en plus à la culpabilité du Hezbollah, qui serait à l’origine de l’assassinat de Hariri.

Selon le journal allemand, les enquêteurs sont parvenus à déterminer les responsabilités. DER SPIEGEL a appris de sources proches du Tribunal et vérifiées par l’examen des documents internes, que l’affaire Hariri est sur le point de prendre un tour sensationnel. Des enquêtes intensives au Liban convergent vers une nouvelle conclusion : ce n’était pas la Syrie, mais les forces spéciales du Hezbollah qui ont planifié et exécuté l’attaque contre Hariri. Le procureur du TPI, le canadien Daniel Bellemare, et les juges qui l’assistent, ont été informés il y a près d’un mois de ces nouvelles conclusions, et tiennent à les garder au secret. Ils ont sans doute peur, surtout que le Hezbollah, ayant été dévoilé, n’hésitera pas à poursuivre sa fuite en avant et à commettre d’autres crimes pour supprimer les témoins encombrants, voire même supprimer ou menacer le TPI.

Selon les informations de DER SPIEGEL, la progression fulgurante de l’enquête a été obtenue grâce au travail des Forces de Sécurité Intérieure libanaises (FSI), mais aussi au hasard d’une interception téléphonique amoureuse qui a dévoilé le chef du groupe du Hezbollah responsable de l’attaque. Il s’agit, selon le journal, d’un cadre du parti de Dieu, Abdelmagid Ghamlouche, qui a suivi des entraînements en Iran, mais qui a disparu depuis l’attentat contre Hariri. Il aurait été tué par son parti pour supprimer un témoin.

Le décryptage des informations obtenues à travers la base de données des opérateurs téléphoniques au Liban a permis à la cellule d’intelligence des FSI, dirigée par le capitaine Wissam Eïd, de remonter la chaîne et d’identifier les huit téléphones portables achetés à Tripoli et utilisés uniquement pour communiquer entre eux pendant les six semaines précédent l’attentat contre Hariri, le 14 février 2005. Selon DER SPIEGEL, après l’explosion contre Hariri, les huit portables ont été immédiatement désactivés. Notons que ces informations sensibles et d’une haute importance expliquent a posteriori l’acharnement du nouveau ministre des Télécommunications, Gebran Bassil – gendre du général Aoun et allié du Hezbollah – à refuser de communiquer la base de données (Data) depuis qu’il a été imposé à ce ministère par l’opposition, avec la « mission » de retarder l’enquête. Cette percée technologique des FSI explique aussi l’assassinat du capitaine Wissam Eïd. Sentant le danger s’approcher de sa direction, le Hezbollah a simplement éliminé Wissam Eïd après avoir tenté de supprimer son supérieur Samir Chehadé.

Ce cercle composé des huit portables est baptisé « premier cercle de l’enfer ». Le « deuxième cercle de l’enfer » est, selon le DER SPEIGEL, composé d’une vingtaine de téléphones portables identifiés comme étant proches des huit premiers. La conclusion de cette enquête est que tous les nombres impliqués appartiennent au « bras opérationnel » du Hezbollah, basé dans la banlieue sud de Beyrouth et très proche de la direction du parti, et de Hassan Nasrallah en personne.

Les enquêteurs sont également parvenus à un autre cadre du parti chiite grâce à une erreur de Ghamlouche (il se serait trahi lors de sa conversation amoureuse) qui les a conduits au second suspect qui serait le véritable cerveau de l’attaque contre Hariri : Hajj Salim, 45 ans, originaire de Nabatiyeh. Il serait le commandant de « l’unité spéciale » du Hezbollah, directement rattachée au Secrétaire général Hassan Nasrallah à travers Imad Maghnieh, jusqu’à la mort de ce dernier, le 12 février 2008 à Damas, et qui aurait été remplacé par Hajj Salim et par Mustapha Badreddine, beau-frère de Maghnieh. Les deux hommes (Salim et Badreddine) sont directement commandés, actuellement, par le général iranien Kassim Sulaimani, à Téhéran. L’enquête établit également que la camionnette Mitsubishi qui a servi à l’attaque appartenait à un cadre du Hezbollah, et parvient à retracer le parcours et donc l’origine des explosifs utilisés.

Pour le DER SPIEGEL, la motivation du Hezbollah à assassiner Hariri demeure sans réponse. Le journal s’interroge si la décision émanait directement du Hezbollah ou si elle a été prise au niveau de ses bailleurs de fonds en Iran, ou de ses alliés en Syrie ?

Il convient de rappeler que le Hezbollah a provoqué la guerre de l’été 2006 avec Israël (12 juillet 2006) pour empêcher l’instauration du Tribunal international et pour améliorer son image de mouvement de résistance, alors qu’il était et demeure une organisation terroriste. Il a également envahi Beyrouth (mai 2008) et tenté de renverser le gouvernement (décembre 2006 à juin 2008) pour empêcher la justice internationale de progresser. Il serait à l’origine de la majorité des attentats et assassinats commis au Liban depuis 2005. Les Pays-Bas avaient annoncé, rappelons-le, l’arrestation d’une cellule du Hezbollah chargée de surveiller et de filmer les accès du TPI (« Le Monde » du 1er mars 2009). Après avoir échoué à perturber l’enquête en dépit de ses menaces et de ses coups de forces, le parti de Dieu mise à présent sur les élections législatives du 7 juin pour « renverser la table » ou « détruire le temple sur ses occupants », avec l’objectif final d’échapper à la justice. Aux électeurs libanais de choisir, le 7 juin prochain, entre une « immunisation parlementaire » du Hezbollah, directement ou travers ses alliés du général Michel Aoun (deux semblables s’assemblent et s’allient), ou pour que la justice soit rendue une fois pour toute, afin que les coupables ne sévissent plus, et pour que le Liban cesse d’être le théâtre de tous les conflits régionaux.

En tout état de cause, en sortant ce dossier, le DER SPIEGEL en particulier et l’Allemagne en général pourraient être la cible du Hezbollah. Le parti de Dieu dispose dans ce pays un nombre important de cellules terroristes dormantes - à l’instar d’autres pays européens infiltrés - comme il pourrait se venger en s’en prenant aux soldats allemands déployés dans la FINUL (force maritime) ou en Afghanistan. Des touristes allemands pourraient à terme faire les frais de cette publication partout où le parti de Dieu dispose de cellules (Egypte, Maroc, Yémen...).

Lire au sujet de l’assassinat d’Imad Maghnieh (Moghnieh) :

Comment le Hezbollah va-t-il gérer cette "bombe à retardement" ? Un opposant syrien accuse Damas de l’assassinat de Maghnieh

La Syrie élimine ses agents devenus encombrants. A qui le prochain tour ?

Traduction et synthèse de Chawki Freïha

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Lire l'article original : DER SPIEGEL (version anglaise)

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Shavoua Tov, Joel, <br /> <br /> ce rapport semble relier surtout les fils détonnants entre Hezbollah et Iran dans la conquête du Liban et l'élimination de toute opposition, le rôle exact de la Syrie d'abord pointée du doigt, passant au second plan. Il semble indiquer qu'à mesure que la Syrie perd pied au Liban, ses nouveaux maîtres peuvent éventuellement se passer de ses services directs et que les centres de direction sont autonomes de l'avis qu'il pourrait poser sur leurs actions et exactions...<br /> Il ne s'agit pas tant d'exonérer la Syrie que de la renvoyer à un rôle plus accessoire, dans la progression de l'hégémonie chi'ite contre toutes les autres confessions...<br /> Quant à l'effet de ce rapport sur les élections, on est en droit de se demander s'il n'est pas déjà un peu tard et si les carottes ne sont pas cuites depuis Doha. Quels "contre-pouvoirs"? Hormis une nouvelle guerre, on ne voit guère...
Répondre
J
Rien de surprenant dans ce scoop , la main des syriens guidée par celle des Mollahs iraniens avait signé ce meurtre , faisant ainsi retourner ce pays dans les plus sombres années du terrorisme d'Etat .<br /> <br /> Ce qui est plus étonnant est que cette info soit publiée !<br /> La Syrie s'est évertuée à éliminer TOUTE personne prête à le révéler , allant jusqu'à intimider le T.I qui relâchât 4 généraux pro-syriens impliqués dans le meurtre d'Hariri.<br /> <br /> Ce mur de silence se fissurerait-il ?<br /> Un front libanais devrait être créer afin d'infléchir la montée à la présidence du Hezbollah , déjà maître du pays du Cèdre
Répondre
C
Dommage, le lien direct entre la publication d'un article et les probables attentats... on voudrait refroidir les capacités (vélléités souvent) d'investigation que l'on ne s'y prendrait pas autrement...<br /> Pourquoi ? une hypothèse très simple, éliminer celui qui paraissait le plus porteur de stabilité, même si pas d'objet immédiat ?
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis