Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 19:13
Envoyé par notre ami Sentinelle 5769

Qui fait croire aux Français qu’ils comptent ?

26 mai 2009

Michael Freund , THE JERUSALEM POST
 

Adaptation française de Sentinelle 5769

Ce mois-ci marque l’anniversaire de l’un des actes les plus honteux d’occupation militaire jamais survenu dans la région méditerranée. On s’est emparé d’un peuple entier, on l’a placé sous contrôle étranger, dépouillé de son indépendance naissante et contraint à la soumission. La liberté demeure un rêve lointain pour eux. Et en l’absence de dialogue, ils ne peuvent que s’irriter de chaque indignité commise sur leur chemin.

Oui, c’est vrai, je sais ce que vous pensez : cela fait 240 ans, et la Corse est toujours occupée par la France ? C’est en mai 1769 que les troupes françaises vainquirent les Corses à la bataille de Ponte Novu, mettant fin à 14 ans de République Corse indépendante.

La France est intervenue après que la Corse ait été trahie par ses maîtres génois, qui l’avaient cédée à Paris l’année précédente par le traité de Versailles. Les Français se décidèrent vite à écraser la liberté durement acquise en combattant par les Corses, soumettant les séparatistes afin d’annexer l’île. Elle sert aujourd’hui de destination touristique populaire et c’est l’une des 26 régions de France.    

En quoi cela concerne-t-il Israël, pouvez-vous demander ? Eh bien, j’ai pensé à la Corse après que Paris ait proféré quantité de condamnations d’Israël formulées de façon acérée ces derniers jours, en particulier pour fustiger l’absence de volonté d’Israël de céder les « territoires occupés » aux Palestiniens.
Malgré toutes ses indignations légitimes sur les questions d’autodétermination, quand on en vient aux propres “territoires occupés” de la France, Paris semble chanter une toute autre chanson.

Tout cela a commencé vendredi dernier, quand le ministre français des affaires étrangères a réagi avec colère à la déclaration du Premier Ministre Benyamin Netanyahou sur Jérusalem destinée à demeurer la capitale unifiée d’Israël. Un porte-parole français accusa l’Etat juif de préjuger du résultat des négociations, qualifia brutalement ses actions dans la ville « d’inacceptables et contraires à la loi internationale » et insista pour qu’elle « devienne la capitale de deux Etats ».
Et puis Lundi, le Président Nicolas Sarkozy déclara à l’agence de presse WAM des  Emirats Arabes Unis que les Palestiniens disposent d’un « droit légitime » à un Etat et qu’Israël doit cesser toute construction d’implantation sur la rive Occidentale.
 
Mais qui fait croire aux Français qu’ils comptent ? Même quand ils prêchent à Israël sur les « droits légitimes », ils manquent de les pratiquer dans leur propre arrière cour. De fait, au cours des trois dernières décennies, divers mouvements corses ont cherché à gagner plus d’autonomie, ou même l’indépendance par rapport à la France. Et alors que le précédent gouvernement français avait accordé aux Corses des éléments limités d’autonomie, Paris a de façon entêtée refusé de céder le contrôle sur le territoire.

Il y a tout juste deux semaines, le maire du village de pêcheurs de Galeria a reçu un rappel déplaisant de celui qui commande vraiment les tirs sur l’île. Après que Daniel Rossi eût décidé de tenir une réunion sur deux du conseil municipal de Galeria en langue Corse, il a reçu une réprimande publique du gouvernement français. « La langue française est la langue des institutions de la République », a éructé un bureaucrate français, ajoutant que les actions de Rossi étaient illégales et violaient même la constitution française.
Qu’est-il arrivé à : "liberté, égalité, fraternité"?

Et la Corse bien sûr, n’est pas le seul exemple du deux poids – deux mesures de la France. Demandez aux Basques, ou aux habitants du Nord de la Catalogne (Roussillon) comment l’Etat français traite leurs revendications historiques ou leurs droits à l’autodétermination

Cette hypocrisie de la part de la France ne peut pas ni ne doit être autorisée à demeurer sans réponse. Aussi, je dis : « suivons l’exemple de la France, et commençons à tonner à répétition à toute occasion ».

La semaine prochaine, le 3 juin, Netanyahou devrait se rendre à Paris pour rencontrer Sarkosy. Il n’y a pas de raison qu’Israël reste les bras croisés face aux exigences françaises, ou à ignorer ses intrusions dans nos affaires intérieures. Nous devrions proposer d’envoyer des contrôleurs des droits de l’homme pour examiner la situation en Corse, fournir une aide au développement à la région basque, et financer des ONG cataloniennes voulant maintenir vivante leur culture en péril.

Ou peut-être devons faire quelques projets de résolutions à l’ONU et proférer des solutions à ces conflits interminables.

En tant que Juifs et Israéliens, levons la bannière de la liberté pour ceux qui vivent encore sous occupation française, et répondons vivement et fermement à chaque cri de « vive la Palestine » par trois mots brefs : « vive la Corse Libre ».

Ca vous paraît idiot ? Peut-être. Mais plutôt que d’être constamment les destinataires de la critique française, faisons pour finir tourner les tables vers Paris pour lui administrer un aperçu de ses propres remèdes.
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Cher Gad,<br /> <br /> de fait, beaucoup trop elliptique. Décidément ! Mes excuses à ceux qui sont loin et qui ont dû se sentir aussi dépaysés que moi avec les remarques sur le CRIF. Cela arrive, c’est la richesse de Lessakele, mais désolée quand même. Merci de ce rappel à l’ordre.<br /> Pour le reste, pas d’accord. <br /> Mais, l’info est trop dense ce soir, y compris sur Lessakele, pour avoir envie de recommencer le raisonnement avalé par overblog, même si la question est importante.<br /> <br /> Pour creuser, il existe de nombreux documents, plutôt de gauche ou gauchiste, avec cette expression, République des experts, ou de façon générale une critique de l’auto-reproduction des élites.<br /> Un livre très intéressant parfois réutilisé dans cette « veine » Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930, par Annie Lacroix-Riz. Éditions Armand-Colin, 2006.<br /> Sur un autre registre, on trouve aussi la droite ou encore le CPNT<br /> http://europeennes.blog.lemonde.fr/2009/05/22/frederic-nihous-libertas-contre-les-elites-mondialistes-et-ultraliberales/<br /> Si on accepte de se poser la question, on peut réinterroger la « surprise » du référendum européen (il était tellement évident sur les ondes, écrans, journaux, qu’il fallait être un peu bas du chapeau (= pas malin Aschkel ;=) ) pour voter non…) ou encore la présidentielle de 2002, ou encore, dans une lecture en creux, l’idée des débats participatifs de S. Royal, etc.<br /> <br /> La suppression du Commissariat général du Plan créé par le Général de Gaulle en 1946 pour « développer la production et les échanges extérieurs, accroître le rendement du travail, assurer le plein-emploi de la main-d’oeuvre, élever le niveau de vie de la population et de la vie collective » qui travaillait avec le concours de syndicalistes, d’entrepreneurs, de chercheurs, d’intellectuels, etc., dans une représentation démocratique a été révélatrice de cette « captation de tutelle ». <br /> Remis en question par idéologie car devenu très mal nommé, il fut remplacé par D. de Villepin par le Conseil d’Analyse Stratégique (CAS), infiniment moins représentatif. Le bouchon est allé encore un peu plus loin avec la fameuse commission Attali, avec en plus un rajout à la profusion des comités d’expertises existants (outre le Cas, le CAE, Conseil d’Analyse Economique et des quantités d’autres moins connus). Elle est loin de n’avoir servi à rien ou de n’être qu’une « documentation ». En bien ou en mal. Elle avait ses chiffons rouges ; pour détourner l’attention ? pour gérer le plan média d’un début de Présidence ? pour lancer des ballons d’essai ? pour permettre au pouvoir de dire, « ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas contournés » ?<br /> Pour les membres <br /> http://www.liberationdelacroissance.fr/index.php?membres<br /> On notera la présence d’un seul syndicaliste, ex-syndicaliste (Jean KASPAR). Surprenant… ou pas, selon son analyse de la logique des choses.<br /> Pour un suivi de mise en œuvre<br /> http://www.liberationdelacroissance.fr/files/suivi/tableaudebord.pdf<br /> Solutions ? A court terme, je ne vois que des mesures d’âge quant aux Présidences des commissions x ou y ou observatoires, pour éviter l’auto-reproduction et la négation de la compétence collective, ou au moins donner une chance à plus de fluidité et donc de reconnaissance de la compétence collective des citoyens, à la base de la démocratie. Mais je ne connais et ne parle que de la situation française avec ses grandes écoles et ses réseaux.
Répondre
G
Merci Claire, <br /> cela peut devenir difficile à suivre, si l'on ne sait pas bien de quoi l'on parle exactement, ce que pourrait signifier cette République des experts, aussi je mets en lien le site de la Commission pour la libération de la Croissance, rappelons-le, coordonnée par Jacques Attali, qui a surtout vertu d'avis consultatif et de documentation des "réformes en cours", dont les 3/4 peuvent vite sembler bloquées par la rue sans autre forme de procès (Universités, séquestration, NPA...) : <br /> <br /> http://www.liberationdelacroissance.fr/index.php?accueil<br /> -------------------<br /> Rattacher le nationalisme historique aux seuls Maurras-Barrès ou à la Gauche laïciste et républicaine, tend un peu à tarir les sources pour un renouvellement de la question, à l'heure où cette représentation ferait défaut dans l'esprit de biens des hédonistes français... que peut-il donc en rester, en termes d'inspiration et de symboles mobilisables, face à des menaces concrètes, bien réelles et quotidiennes, au coeur de la société civile, fréquemment menacée "d'insurrection" ou d'appels à de sourds "coups d'état", comme on voit certains agités du bulbe le prôner ici ou là en tant qu'ultime "recours"?<br /> Sur ces menaces concrètes : <br /> <br /> http://www.bivouac-id.com/2009/05/28/france-les-maries-finissent-aux-urgences-ils-avaient-eu-le-malheur-de-sortir-un-drapeau-francais/
Répondre
C
Ce n’est qu’au XIX et début du XXe siècle que l’amour de la patrie française d’un Maurras ou Barrès se conjugue avec un enracinement régional très fort. Avant la patrie, la nation, c’est une notion abstraite, l’Etat jacobin centralisateur renvoyant à une notion d’individu abstrait, d’individu déraciné au moins jusqu’à l’apparition de la gauche proudhonienne (deuxième moitié du XIXe siècle), fédéraliste et de la « droite républicaine », centralisatrice, et issue de courants de gauche mais débordés sur leur gauche par le NPA de l’époque et les post-Bonapartiste. <br /> L’Europe a beaucoup du St Empire Romain Germanique ou de l’Europe napoléonienne. Historiquement, le Nationalisme tient beaucoup plus du projet que de l’enracinement identitaire. Pour la France, c’est un projet politique issu de la Révolution, qui donne une place à l’individu mais pour mieux le dominer, face à l’Etat puissance, convaincu que les intérêts particuliers sont incompatibles avec l’intérêt général. Cette conception là de la Nation peut aussi être liberticide… Rien n’est simple… Cela ne « marche » démocratiquement que dans la mesure où l’on reconnaît une compétence politique au peuple. Mais si la République glisse vers une République des « Experts », les dérives de Robespierre & consorts ne sont qu’affaire de circonstances, la nature même de ce fonctionnement tend à pervertir la démocratie et la nation. C’est là où les conseillers du Prince, qui ont toujours existé certes, avec une certaine sur-représentation de brillants esprits juifs au regard de l’histoire, ce qui ne va pas sans laisser des traces, peuvent devenir dangereux : lorsqu’ils quittent le statut de conseiller du Prince et d’éminence grise pour prendre la tête de commissions, qui de surcroît se « revendiquent » non représentatives. Grave erreur politique pour moi que la Commission pour la Libération de la Croissance Française... Bien sûr, réfléchir à l’avenir de l’économie était opportun mais il y avait des corps constitués ou des instances représentatives pour le faire, qui auraient pu associer le conseiller du Prince. Mais il aurait été associé… La captation de tutelle est toujours dangereuse. Elle est malheureusement fréquente dans le cadre de la reproduction de nos élites. Une urgence, retraite à 60 ans (maxi) sans possibilité de suite en responsabilités collectives dans les commissions x ou y ? Non ?
Répondre
G
Venu en France il y a deux générations, mon attache personnelle ou familiale à toujours été plutôt nationale que "régionale". J'entends les localismes ou régionalismes, leur attachement, mais ils ne représentent pas pour moi un socle, ce n'est pas sur eux que je peux avoir d'accroche identitaire, de "terroir", contrairement à beaucoup de locaux. <br /> Quant à l'Europe, oui, je partage ce point de vue de Claire que c'est clairement une Europe des Régions, plutôt que des Nations et que ce n'est pas sans risque de "Balkanisation" ou de barronisation.<br /> Mais c'est aussi à l'identité France d'apprendre à se réaffirmer en tant que représentante d'un collectif, porteuse de valeurs; et ne pas se laisser tutéliser, gérer de l'extérieur.<br /> L'Europe est aussi la continuation de la rechesse de puissance et d'influence pour elles-mêmes d'anciennes grandes puissances cherchant à imposer leur conception des priorités : l'agriculture à la France, la monnaie à l'Allemagne et l'insularité anti-tout à l'Angleterre...
Répondre
C
Limpide tant mieux, mais sans respect de la grammaire... et pourtant !! Un sujet qui s'y prête, ce n'était pas le moment d'aller trop vite ;=)
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis