Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 05:00

L'Europe immobile face à l'extrême droite

Les gouvernements nationaux et les institutions européennes peinent à apporter des réponses au phénomène.

Les élections européennes ont été marquées par une déroute de la sociale démocratie qui n'arrive en tête que dans 7 Etats membres, un triomphe de la droite et du centre-droit qui gagne dans les 20 autres et qui s'installe dans un rôle de pivot au sein du Parlement européen. Mais l'attention mérite d'être portée sur d'autres résultats du scrutin.

L'extrême gauche piétine et apparaît en recul. Les souverainistes sont battus. L'extrême droite progresse. Elle réalise un score à deux chiffres dans huit Etats membres, l'Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, la Finlande, la Hongrie, l'Italie et les Pays-Bas. Aux Pays-Bas, le parti deGeert Wilders arrive en seconde position et prend le relais de Pim Fortuynqui avait atteint les 26% aux législatives de 2002. Le Royaume-Uni enverra siéger à Strasbourg pour la première fois 2 députés du BNP. «L'Alarme orthodoxe» grecque y fait son entrée.

Dans la plus nombreuse Assemblée parlementaire du monde, avec 736 députés, les résultats de l'extrême droite demeurent modestes, mais pour la première fois de manière durable, elle semble en mesure de constituer un groupe politique, c'est-à-dire rassembler au moins 25 élus de plus de 7 pays différents. L'expérience précédente n'avait duré que 9 mois en 2007, avec le Groupe Identité-Tradition-Souveraineté et avait pris fin avec lespropos «roumanophones» d'Alessandra Mussolini qui avaient fâché ses compères roumains.

La présence permanente d'un groupe politique d'extrême droite minoritaire au Parlement européen sera un défi pour les formations démocratiques qui devront vraisemblablement poursuivre leurs efforts pour discipliner une Assemblée qui s'est longtemps permis des excès, des manifestations bruyantes, des provocations, qui lui ont porté tort.

Débordements

Plus inquiétant, la campagne électorale a donné lieu à de vrais débordements devant lesquels les gouvernements et les institutions européennes ont été prises de court. Pour la première fois en Europe, 70 ans après l'Holocauste, des néo-nazis sont apparus dans plusieurs Etats membres, des propos racistes, voire des clips de campagne comme en République tchèque ont plaidé la solution finale (à l'égard des Roms), des arguments racistes ont empoisonné les débats. Ils allaient bien au-delà des habituelles provocations de marginaux en quête de notoriété.

Confiants dans les sentiments démocratiques des populations, ne disposant pas toujours des instruments légaux pour interdire ou contenir l'expression de ces extrémistes, les responsables publics ont eu du mal à y faire face ou ont été tentés de tenir compte de certains sentiments xénophobes au profit de leurs formations politiques, comme en Italie. Cette situation mérite une véritable analyse et une réponse ferme et forte.

Les Européens angoissés

Les Européens sont inquiets et nerveux. La crise accroît leurs angoisses au point de générer un besoin de repli identitaire préoccupant face au monde qui change. Ces sentiments les portent à se braquer face à l'immigration, y compris dans ses composantes les plus nobles que sont l'asile et l'accueil des réfugiés. Les déviances habituelles que rendent possibles cette peur, fleurissent ici où là sur le territoire de l'Union qui avait espéré les en chasser définitivement.

Face à la mondialisation, à l'exception des Français, les Européens étaient jusqu'ici positifs et confiants. Le message européen d'ouverture sur un monde plus pacifique qui commerce et facilite la libre circulation s'était imposé largement, y compris chez les plus récents Etats membres. Avec la crise, la montée du chômage et la pression d'une concurrence plus forte ébranlent ces convictions. Les partis d'extrême droite ont fait campagne contre tout, comme d'habitude, mais plus particulièrement cette fois-ci contre la mondialisation, contre aussi les politiques européennes suspectées de la relayer.

Le slogan du Parti de la Liberté néerlandais a été : «Moins d'Europe, plus de Pays-Bas, jamais de Turquie». Il a recueilli 17% des voix. Partout ces arguments ont été largement utilisés, parfois à des fins internes compliquées comme en Belgique où les différents partis d'extrême-droite recueillent 28,5% des suffrages, mais aussi en Autriche (17%), en Hongrie (14,7%), au Danemark (14,8%) et même en Italie où la Ligue du Nord rassemble 10,22% des électeurs malgré les gesticulations berlusconiennes dans la même direction. Alors que la gauche et l'extrême gauche auraient pu bénéficier des excès libéraux révélés par la crise financière, c'est l'extrême droite qui la supplante dans le discours protestataire

Immigration

L'immigration est devenue un sujet de préoccupation durable pour les Européens. 19 millions de ressortissants de pays tiers vivent légalement sur le territoire de l'Union, soit 3,8% d'une population totale de 500 millions d'habitants. On estime à 8 millions les personnes en situation irrégulière. C'est-à-dire que la somme des ressortissants de pays tiers présents sur le territoire européen serait de 27 millions, soit 5,4% du total. Ce chiffre peut être comparé - ou ajouté - aux 8 millions d'Européens qui vivent dans un autre Etat membre que celui dont ils sont originaires. L'Union reste au cœur de la mobilité mondiale avec plus de 900 millions de passages par an sur son territoire. Avec les règles des accords de Schengen, ces entrées et sorties sont contrôlées à partir de 1 636 points de passage.

Les drames des clandestins venus se jeter sur les côtes italiennes, maltaises et espagnoles, s'ils sont spectaculaires et fort problématiques pour les autorités locales, n'en restent pas moins limités et circonscrits. Mais ils mettent l'accent sur le peu de solidarité entre Etats européens manifestée à cette occasion, le défaut de structures fédérales de contrôle avec la faiblesse de l'agence Frontex et la disparité des moyens mis en œuvre par les Etats pour contrôler les frontières communes. L'Union européenne et ses institutions prêtent le flan à la critique facile de «l'Europe passoire», thème récurrent et fallacieux de l'extrême droite.

La mise en place progressive d'une politique commune de l'immigration répond en partie à ces critiques. Elle ne saurait pour autant placer le débat au niveau qui convient : entre 2008 et 2060 le nombre d'Européens en âge de travailler devrait décliner de 15%, soit près de 50 millions de personnes. Les prévisions démographiques européennes sont catastrophiques et la population totale de l'Union pourrait, à la même date, s'établir en dessous de 400 millions ! Une immigration est donc nécessaire sur le plan économique et vraisemblablement sur le plan intellectuel. Pourrait-on ajouter qu'il est souhaitable, sur le plan moral et de son image, que l'Union soit une terre d'accueil et demeure le continent de l'ouverture ? Mais qui ose aujourd'hui tenir ce discours et donc attaquer de front les thèses de l'extrême droite ?

Islamophobie

L'islamophobie est désormais une réalité. Geert Wilders en a fait un thème fort de sa campagne. Alors que les opinions publiques européennes se distinguent de l'opinion américaine en refusant majoritairement l'immixtion de la religion dans les affaires publiques, qu'elles revendiquent une laïcité aux contours il est vrai très divers, qu'elles refusent la thèse du «clash des civilisations» développée par Samuel Huntington, elles vivent mal la cohabitation avec les musulmans et les effets d'une intégration ratée des populations de cette confession installées sur le territoire européen. La radicalisation fondamentaliste a accru les inquiétudes et fait le lit de l'extrême droite. Le torrent «d'eau tiède» développé en réponse par nombre de gouvernements et par les institutions européennes a fait le jeu des extrêmes.

La question turque, qui a surtout focalisé une opposition à «l'élargissement sans fin» de l'Union, a été utilisée dans le discours islamophobe. L'absence de réflexion et de prise de position claire sur les frontières politiques de l'Union ainsi que les gesticulations embrouillées sur les origines de la civilisation européenne se paient ainsi très cher. Elles confortent le discours de l'extrême droite. Pendant la campagne électorale européenne, la Turquie et l'islam ont été utilisés par tous les partis d'extrême droite comme un repoussoir et un chiffon rouge.

Les Roms visés

Une autre catégorie de déviances graves est apparue sur le territoire européen dont la communauté Rom a fait les frais. Depuis plusieurs mois les incidents se multiplient en Italie, en Roumanie, en République tchèque, en Slovaquie, qui mettent en cause les Roms. Ratonnades, bavures policières, démonstrations néo-nazies ont fait leur retour, sans que ces événements n'aient vraiment donné lieu à une information européenne. L'Italie a dû instaurer l'Etat d'urgence en Campanie, dans le Lazio et en Lombardie après de graves incidents.

      http://www.slate.fr/story/6979/extrême-droite-europe-roms-immigration-union-européenne-élections

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
"mais je ne vois pas comment le mélange de tout et n'importe quoi peut le permettre"<br /> <br /> Si nous (indifféremment Aschkel ou moi-même) publions tout et n'importe quoi, alors... La critique a frappé!
Répondre
F
Avoir l'esprit mal tourné ???<br /> <br /> J'ai écrit "... alliance de fait et pour moi nauséabonde entre cet article et la position des « Anomalie""<br /> <br /> OU ai-je parlé de la remarque/commentaire d'Aschkel ? OU ????? En quoi ai-je fait le moindre lien ?????
Répondre
G
Comment peut-on se permettre de "soupçonner" une alliance de fait, "nauséabonde", entre le post d'Aschkel et la position des gens comme Anomalie? <br /> Il faut vraiment avoir l'esprit mal tourné!<br /> Et si les gens du blog d'Asckel ne sont pas contents, ils viennent le dire ici!<br /> Voilà ce qui est profondément malsain dans les sombres sous-entendus de François, qui ferait qu'une parution, pourquoi pas, "polémique", engendre automatiquement la suspicion et le rejet de la part de quelqu'un qui s'érige en censeur de ce qu'on a droit de publier ou pas parce que ça lui plaît ou ne lui plaît pas!<br /> <br /> Et autant d'allusions foireuses sur l'accord total entre qui publie et qui rédige?<br /> Il existe encore des groupes d'extrême-droite en Europe qui "polluent" l'atmosphère pour qu'on puisse parler sereinement de vrais problèmes en Europe, tels que les adresse Geert Wilders, par exemple. Qui le nierait? <br /> Nos positions n'ont rien à voir avec certains partis de l'ancien bloc de l'Est anti-Roms, etc. Est-ce bien clair? <br /> Il s'est trouvé qu'absent 48h, cet article m'a paru intéressant au moins justement par la confusion et les amalgames qu'il tente de jeter. Clarifier les choses si besoin était, pourquoi pas? <br /> Maintenant, passer je ne sais combien de temps à exiger des comptes de la part de tel ou tel, alors que chacun a dit ce qu'il en pensait, comme si on était le centre du monde, laisser entendre des "alliances nauséabondes", alors que je crois Aschkel ou moi-même avons des positions on ne peut plus claires sur "les solutions finales" en tous genres , il faut soi-même avoir l'esprit particulièrement pollué.
Répondre
F
PS : j'ai pris pas mal de temps à répondre et je tombe sur la réponse de Gad à Aschkel... Stupéfaction !! Et oh on se réveille , ce n'est pas DU TOUT ce que je voulais dire... si vous êtes allés voir les commentaires du même article sur le blog d'Aschkel, vous constaterez très facilement que cela n'a rien à voir avec la remarque de Gad, pas de parano please ! En AUCUN cas il n'existe la moindre critique de Lessakel, ni ici ni sur le blog d'Aschkel<br /> <br /> Bon voilà pour expliciter pourquoi je ne partage pas cet article (mis pour progresser et échanger n'est-ce pas ?)<br /> <br /> <br /> ouh là Aschkel, pourquoi as-tu pensé à toi ?????<br /> Je partage simplement l'avis de Trumpeldor qui a mis un commentaire aussi sur le même article (mais sur ton blog)<br /> <br /> Je n'ai pas aimé cet article et je le dis c'est tout. Je me fiche de savoir qui l’a signé. Seul son contenu m’intéresse. <br /> « L'Europe immobile face à l'extrême droite <br /> Les gouvernements nationaux et les institutions européennes peinent à apporter des réponses au phénomène. »<br /> <br /> Je ne l'ai pas aimé parce qu'il parle d'extrême droite et mélange tout, alors que les référents culturels des différents pays peuvent être très différents et qu'il ne prend pas la peine du détail, or il y a d'énormes différences !! Je ne l'ai pas aimé parce qu'écrit en français, il parle d’immobilité face à l’extrême droite mais ne parle pas du PAS et du sinistre Dieudonné….<br /> Je ne l’aime pas parce que les rares indications chiffrées qu’il donne sont « curieuses »… Reprenons les pays cités :<br /> <br /> Ainsi pour l’Autriche (qui en France n’a pas Jörg Haider en tête n’est-ce pas ?) et bien les résultats montrent au contraire une baisse très nette de ce qu’ils appellent extrême droite (27,5% en 1996 contre près de 12 % en 2009 http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-autriche.htm)<br /> <br /> En Belgique, <br /> collège francophone (celui de Trumpeldor ?), ils n’avaient pas moins de 23 listes en présence, dont le Front Nouveau de Belgique (FNB); Avant-Garde d'Initiative Régionaliste (AGIR); extrême droite/régionalistes (Wallonie) ; Parti Communautaire National-européen (PCN); extrême droite/eurofédéralistes ; Parti Progressiste Belge (PPB, 27/04/1978); extrême droite/écologistes ; Parti Ouvrier Européen (POE); extrême droite (Lyndon Larouche) au total 1% des voix en 1979, 0,000x % en 2009<br /> Pour le collège néerlandophone, Vlaamse Volkspartij (VVP); extrême droite/indépendantistes flamands et België-Europa-Belgique (BEB); extrême droite/unitaristes, 1 % en 1979, 0,7 % en 1994, rien en 2009….<br /> MR/PRL sont de la droite libérale<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-belgique.htm<br /> Où sont les scores à 2 chiffres ? <br /> <br /> Bulgarie<br /> Le parti ATAKA qui semble très à droite voire bien d’extrême droite recueille plus de 10 % des voix MAIS moins qu’en 2007 (14,7%), date de leur première participation à des élections européennes. Où est la progression défavorable ?<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-bulgarie.htm<br /> <br /> Danemark<br /> DF, le parti populaire danois, Dansk Folkeparti (DF – Parti du Peuple Danois) fait une spectculaire percée passant de 5,8% en 1999 à 6,8% en 2004 à 14,8% en 2009. Mais il est classé au centre au Danemark (au parlement, il siège d'ailleurs à gauche des conservateurs), des observateurs de la politique danoise le décrivent cependant comme populiste voire xénophobe, à cause de ses positions sur l'immigration. Extrême droite ??<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-danemark.htm (attention erreur sur le graphique, qui correspond à celui des Pays Bas ; par contre les tableaux de chiffres sont exacts)<br /> <br /> Finlande<br /> Deux partis d’extrême droite Suomen Kansan Sinivalkoiset (SKS); extrême droite (ex-Kansallinen Rintama) et Suomi - Isänmaa (SI); extrême droite : à eux deux 0,3 % des voix en 2004, non connu en 2009<br /> Où sont les résultats à 2 chiffres ?? Ah peut-être KD+PS mais ils font moins de 6 % et Suomen Kristillisdemokraatit (KD) Les Démocrates-chrétiens finlandais (droite/protestants conservateurs) et Perussuomalaiset (PS) Parti des vrais Finlandais (droite/agrariens - populistes – nationalistes : origine les petits propriétaires finlandais)….<br /> Pour suivre l’article et ses angoisses sur « l’extrême droite » à deux chiffres, il faut encore rajouter le KOK Kansallinen Kokoomus (KOK) Rassemblement national (droite/conservateurs)… quelle extrême-droite !!<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-finlande.htm<br /> <br /> <br /> Hongrie<br /> Apparition du JOBBIK (Alliance des Jeunes de Droite - Mouvement pour une meilleure Hongrie) (Jobbik=Meilleur), "fondamentalement conservateur, patriotique et chrétien" d'après son site internet. Il est populaire parmi les étudiants et les jeunes. (dixit Wikipédia) et la tête de liste aux européennes féministe «jadis employée par l'ONU dans le domaine des droits des femmes, elle a mené une enquête sur la situation des femmes en Palestine », est mariée à un journaliste d’origine juive. Ils sont étiquetés extrême-droite et violemment critiqués semble-t-il. Ils n’existaient pas en 2004. Pourquoi un tel score ? Voilà qui serait intéressant de savoir et de mieux comprendre.( http://www.jobbik.com/?page_id=359 )<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-hongrie.htm<br /> <br /> Italie<br /> 57 listes aux européennes !!!!<br /> Gianfranco Fini a fait évolué l’Alliance nationale en opérant des recentrages successifs, il a aussi déclaré en Israël que le fascisme « fut le mal absolu » du XXe siècle et que le règne de Mussolini fut « un chapitre honteux de l'Histoire de notre peuple » (source Wikipédia). L’Alliance nationale s’est dissoute et a rejoint le parti de Silvio Berlusconi. <br /> Alors les 2 chiffres de l’extrême-droite ? <br /> Lega Nord (LN), la Ligue du Nord : Ultra régionaliste, anti-immigration ; aux législatives de 2006 n’a obtenu que 4,6 % des suffrages. Pourquoi plus de 10 % aux européennes ? les deux partis Alternativa Sociale con Alessandra Mussolini (AS) : Libertà di Azione (Alessandra Mussolini, ex-Alliance Nationale) + Forza Nuova (Roberto Fiore, ex-MSFT) + Fronte Sociale Nazionale (Adriano Tilgher, ex-MSFT) et Movimento Sociale Fiamma Tricolore (MSFT), extrême droite (Pino Rauti puis Luca Romagnoli) ont « disparu » des écrans, plus peut-être certain de l’Alliance Nationale… Le sens général de l’évolution n’est pas si clair…<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-italie.htm <br /> <br /> <br /> Pays-Bas<br /> Alors cette extrême-droite à deux chiffres ??<br /> God Met Ons (GMO); extrême droite/catholiques conservateurs (Tine Cuypers-Boumans*, Oscar Hendriks) *issu du Rooms Katholieke Partij Nederland (RKPN), Lijst-Leschot (LL); extrême droite/catholiques conservateurs (Winand Leschot*) *issu du Nederlandse Christen Democraten (NCD), fondateur en 1981 d'un premier parti Leefbaar Nederland, réputé proche de la secte Moon, Leefbaar Europa (LE); extrême droite et Nieuw Rechts (NwRec); extrême droite (Michiel Smit, diss. Leefbaar Nederland (LN)) et Centrumdemocraten (CD) puis Conservatieve Democraten (CD); extrême droite (Hans Janmaat, diss. CP) et Centrumpartij (CP); extrême droite : tous ces partis font moins de 0,5 % des voix….<br /> Alors les « grands » partis d’extrême-droite ? ceux qui font peur à cette Europe immobile…<br /> Staatkundig Gereformeerde Partij (SGP) Parti de la politique réformée (extrême droite/protestants conservateurs, création 1918 ; objectif : théocratie), Lijst Pim Fortuyn (LPF) Liste Pim Fortuyn scission du Leefbaar Nederlands (LN) après l'exclusion de Pim Fortuyn (1948-2002) extrême droite, Leefbaar Nederland (LN) Pays-Bas viables extrême droite (création 1999) ? remarquablement stable à moins de 6 % des suffrages<br /> J’oubliais, il s’agit du PVV de Geert Wilders… 16,9 % des suffrages. Son programme comprend des éléments nationalistes, conservateurs et libéraux. Extrême-droite ?<br /> http://www.europe-politique.eu/elections-europeennes-pays-bas.htm (il y a une erreur de graphique, pour les résultats de 2009, les « récupérer » sur le Danemark)<br /> <br /> je ne l'ai pas aimé parce qu'il ne s’interroge pas sur la nature de ces votes et le changement éventuel de discours : en cela il y a alliance de fait et pour moi nauséabonde entre cet article et la position des « Anomalie »<br /> <br /> OUI il faut être vigilant, mais je ne vois pas comment le mélange de tout et n'importe quoi peut le permettre<br /> <br /> Espérant avoir été plus compréhensible…
Répondre
G
Ne le prends pas pour toi, Aschkel, c'est du mauvais esprit laissant entendre qu'il y aurait sur le blog d'Aschkel une véritable "conjuration" contre "le blog de Gad" ("qui en a énervé plus d'un!"), du fait de cet article! A ce point? <br /> Si la personne qui se permet ce genre de mise en doute visant à dresser les uns contre les autres, connaissait ne serait-ce que la genèse de ce qui a conduit à sa publication (!), dans quelles conditions, pourquoi... elle ne se permettrait pas ce genre de "ralliement à mon panache blanc" contestataire!<br /> "Non, mais savez-vous que sur le blog d'Aschkel, on descend totalement le blog de Gad"? <br /> Allez, vade retro Satanas!
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis