Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 12:07
Une jeune Française derrière les barreaux en Iran
À Beyrouth, Delphine Minoui
07/07/2009 | Mise à jour : 23:42
|
http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/08/01003-20090708ARTFIG00013-une-jeune-francaise-derriere-les-barreaux-en-iran-.php

Clotilde Reiss est détenue dans la prison d'Evine depuis le 1er juillet pour avoir pris des photos d'une manifestation à Ispahan.

 

Clotilde Reiss, en décembre 2008.
Clotilde Reiss, en décembre 2008. Crédits photo : AP

À 24 ans, Clotilde Reiss est une «vraie passionnée» d'Iran, racontent ses amis. «Si elle s'est intéressée à ce pays, c'est avant tout parce qu'elle avait une nourrice iranienne quand elle était petite», confie une de ses camarades de recherche, qui préfère garder l'anonymat. Titulaire d'un mastère de Sciences Po Lille et ancienne allocataire de l'Institut français de recherche en Iran, l'étudiante française venait d'achever un nouveau séjour de cinq mois, cette fois-ci à Ispahan, lorsqu'elle a été arrêtée, ce 1er juillet, à l'aéroport Téhéran. «La politique, ce n'est pas son truc. Ce qui compte pour elle, ce sont les rapports humains», précise son amie.

Mais le hasard du calendrier en a voulu autrement. Interpellée par la police, en pleine crise post-électorale, au moment de son départ du territoire iranien, il lui est reproché, selon une source diplomatique occidentale, «d'avoir participé pacifiquement aux manifestations, d'en avoir pris des photos avec son portable et d'avoir envoyé un e-mail à un correspondant à Téhéran pour raconter objectivement ce qu'elle avait vu à Ispahan». Accusée d'espionnage, elle se trouve aujourd'hui derrière les barreaux de la prison d'Evine. Elle n'a pu que brièvement parler à un représentant de l'ambassade de France, et n'a pas encore eu droit à une visite consulaire.

 

«Rien d'une tête brûlée»

Son arrestation intervient en pleine période de tension entre Paris et Téhéran, au moment où l'Iran accuse les Occidentaux d'«ingérence» après les manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin dernier. Mardi, Nicolas Sarkozy a exigé sa libération «à très bref délai», en qualifiant les accusations qui pèsent sur Clotilde Reiss de «hautement fantaisistes».«Qu'on kidnappe et qu'on retienne les ressortissants français au prétexte d'espionnage, ça, personne ne peut l'accepter», a déclaré le président français.

Née en France, et parlant couramment le persan, Clotilde Reiss n'a, selon ses proches, «rien d'une tête brûlée». Résultat de quatre mois de recherches approfondies sur le terrain, le mastère qu'elle avait soutenu, en juillet dernier, portait sur «l'enseignement de l'histoire-géographie à l'école primaire en Iran». «C'était une étudiante très active», confie Saeed Paivandi, professeur en sciences de l'éducation à Paris-XIII, qui a suivi de près son travail. Son intérêt pour l'Iran la pousse à y retourner, il y a cinq mois, cette fois-ci comme lectrice de langue française à l'université technologique d'Ispahan. Elle y emménage seule dans un petit appartement de Djolfa, le quartier arménien, qu'elle décore de tapis persans, prêtés par un ami iranien. Ses voisins l'adoptent rapidement. «J'allais parfois lui rendre visite le week-end. On se promenait au bazar. On écoutait de la musique persane. Les Iraniens nous ont toujours bien accueillies», confie une de ses autres amies chercheuses.

Ce n'est pas la première fois qu'un ressortissant français rencontre des problèmes en Iran. En 2006, le pêcheur Stéphane Lherbier avait écopé de 18 mois de prison - réduits à 15 - après avoir été arrêté au large des côtes iraniennes. Puis, en 2007, le chercheur Stéphane Dudoignon avait été assigné à résidence, après avoir filmé une cérémonie religieuse dans la province du Sistan-Baloutchistan. Quant à la documentaliste franco-iranienne Mehrnoushe Solouki, elle avait été détenue un mois à Evine, puis empêchée de quitter le pays pendant dix mois. Depuis le début des manifestations anti-Ahmadinejad, de nombreux Iraniens ont été arrêtés, dont le journaliste irano-canadien Maziar Bahari.

Selon les spécialistes de l'Iran, Téhéran procéderait à des arrestations d'étrangers comme un moyen de pression sur l'Occident ou pour en faire une monnaie d'échange. Mais d'après Saeed Payvandi, personne n'est dupe. «L'arrestation pour “espionnage” est une pratique très courante de la République islamique, y compris avec les opposants internes. L'opinion publique a l'habitude de ce genre d'étiquetage», dit-il.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis