Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 12:36
www.michelgurfinkiel.com

http://www.michelgurfinkiel.com/articles/237-Geopolitique-Lindignite-ne-paie-pas.html


GEOPOLITIQUE/ L’INDIGNITE NE PAIE PAS

En exigeant le « gel » des implantations israéliennes en Cisjordanie, Sarkozy, Obama et Merkel portent atteinte à leur propre crédibilité.

PAR MICHEL GURFINKIEL.


Le Français Nicolas Sarkozy avait affiché des sentiments pro-israéliens presque excessifs jusqu’à son élection en 2007. Deux ans plus tard, il critique les opérations de Tsahal à Gaza et la « poursuite de la colonisation » israélienne.

L’Américain Barack Obama allait à Sdérot pendant l’été 2008, avant son élection, pour dénoncer les bombardements opérés par le Hamas, et affirmer le caractère « sacrosaint » de la sécurité israélienne. Moins d’un an plus tard, son administration demande à la fois le « gel » a priori des constructions dans les implantations israéliennes en Cisjordanie et une reprise immédiate des négociations avec un camp palestinien qui inclut le même Hamas.

En mars 2008, la chancelière fédérale allemande Angela Merkel affirmait devant la Knesseth, pendant un voyage officiel à Jérusalem, que son pays, en raison de la Shoah, assumait « une responsabilité particulière à propos de la sécurité d’Israël ». Interrogée sur les implantations et le statut de Jérusalem, elle répondait, à juste titre, que c’étaient des sujets « complexes », qui ne pouvaient se réduire à des formules manichéennes. Mais le 2 juillet dernier, elle exige soudain, devant le Bundestag, « un gel des constructions dans les colonies israéliennes en Cisjordanie ». Avant de préciser que ce point conditionne la poursuite d’un processus de paix et la mise en place d’une solution « urgente et nécessaire » fondée sur la coexistence de deux Etats en Palestine : ce qui fait retomber sur Israël la responsabilité principale, sinon exclusive, de l’échec ou du blocage des processus de paix israélo-palestiniens, des accords d’Oslo de 1993 ou de la « feuille de route » de 2002. 

Il est clair que les véritables opinions de Sarkozy, Obama et Merkel sont celles qu’ils professent aujourd’hui, et qu’ils n’avaient feint le pro-israélisme que pour des raisons tactiques. Sarkozy et Obama avaient besoin du vote juif (ou pro-juif) pour être élus. Merkel cherchait surtout, en se déclarant pro-israélienne, à s’aligner sur ce qui était, George W. Bush occupant la Maison Blanche,  la politique des Etats-Unis. Ces soucis étant dépassés, ils peuvent se comporter avec plus de naturel : c’est à dire se rallier à la vulgate pro-arabe qui domine dans les chancelleries, les milieux intellectuels et une large partie des milieux d’affaires.

Il y a bien sûr de l’indignité dans un tel revirement, même s’il n’est qu’un coming out.  Or l’indignité, Machiavel l’a souligné, est impolitique.

A court terme, Sarkozy, Obama et Merkel perdent toute influence sur Israël, sauf à engager contre lui une sorte de guerre ouverte - un des conseillers d’Obama parlé de « jeter Israël sous un autobus » - que leurs opinions publiques ne sont pas prêtes à accepter.

Le cas d’Obama est particulièrement instructif. Un président des Etats-Unis est lié par les déclarations et les engagements de ses prédécesseurs. Le prédécesseur immédiat d’Obama, George W. Bush  (le premier président des Etats-Unis qui ait pris position explicitement pour la mise en place de deux Etats en Palestine, l’un juif, l’autre arabe), a indiqué à Israël en 2002, par un instrument politique appelé « lettre du président des Etats-Unis »,  que Washington reconnaissait le bien-fondé, quarante ans après la guerre des Six Jours et en conformité avec la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations Unies, d’une annexion des principaux « blocs de population israélienne » en Cisjordanie, soit 3 à 5 % du territoire contrôlé par la Jordanie avant le 4 juin1967 – et 90 % du total des implantations.

De deux choses l’une. Ou les déclarations d’un président engagent l’Amérique. Et dans ce cas l’administration Obama ne peut, compte tenu de l’héritage de l’administration Bush, contraindre Israël à démanteler les implantations ou bloquer leur développement naturel.

Ou elles ne l’engagent pas. Et dans ce cas l’intérêt national – l’intérêt vital - israélien est de résister aux pressions de Washington, de refuser tout démantèlement et d’en appeler à l’opinion publique américaine, y compris à l’électorat juif.

A plus long terme, les Occidentaux perdent toute influence dans le monde arabe et islamique. Celui-ci n’aime pas Israël. Mais il a un sens aigu des rapports de force et des transactions politiques. Quant il voit telles personnalités politiques, qui encensaient Israël hier, le trahir aujourd’hui, il en conclut qu’elle le trahiront aussi, le moment venu.

© Michel Gurfinkiel, 2009
Partager cet article
Repost0

commentaires

therese dvir 17/07/2009 16:41

Decidemment on sent a chaque reprise le besoin de faire appel aux fables de la Fontaine....Les animaux malades de la peste.. le fautif est bien sur l'ane.

Aschkel 17/07/2009 16:11

Bon pas facile a traduire l'histoire du renard mais l'idée est là.

Trés bon texte

Aschkel 17/07/2009 16:10

Ca c'est sur, le monde arabe est un renard, qui connait bien le maître du poulailler.
Celui qui précisément jette une poule pour sauver le reste, ce qui n'empechera pas le renard de continuer a volet, et prendre le maître du poulailler pour une brêle.

Obama n'a rien compris à la mentalité proche orientale, et perse.

Les arabes sont déçus de son léchage de babouches, quand aux perses, ils se moquent et les juifs eux....................

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis