Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 21:31

Israël, mon Pays, mes Sources Retrouvées

Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

La petite enfant du Mellah de Marrakech que j'étais, n'avait initialement pris connaissance de l'existence d'Israël qu'à travers ses leçons d'Hébreu que le rabbin de notre communauté donnait bénévolement à la synagogue, aux moins de six ans. En principe, il nous servait surtout de garde d'enfants car les presque bambins que nous étions ne prêtaient guère grande attention à son ânonnement lancinant de l'alphabet hébraïque.

"Alef, Bet, Guimel, Dalet," marmonnait-il avant de s'assoupir sur son tabouret, la tête renversée sur son buste, tenant éternellement dans sa main droite une espèce d'éventail qui lui servait éventuellement de chasse-mouches.

Assis à même le sol sur des tapis d'osiers, quelques uns d'entre nous répétaient à tue-tête l'alphabet après lui, tandis que d'autres, bercés par la monotonie des voix, s'endormaient, recroquevillés en fétus.

Un matin, pourtant, j'entendis le rabbin faire ses prières dans lesquelles le mot Israël et Jérusalem revenaient fréquemment. À mon retour, j'approchai ma grand-mère pour lui demander la signification de ces mots.

"Israël est le pays de tous les juifs du monde et Jérusalem, sa ville sainte, renferme les ruines de notre temple. Il sera reconstruit quand le Messie viendra."

C'était trop lourd pour ma petite tête et la tristesse inattendue qui avait assombri le visage de ma grand-mère et avait accumulé une petite larme au coin dans ses yeux, me firent décamper à toute vitesse.

Ce ne fut qu'à l'âge de huit ans que je compris les causes de cette soudaine angoisse. Avec mon adhésion au scoutisme, mes connaissances sur ce pays lointain et perdu s'étaient amplifiées.

"Shana Habaa Be Yerushalayim" chantait grand-père à Pâques.

"Un jour, peut-être ce rêve se concrétisera," soupirais-je.

 

Ma première rencontre avec Israël se fit en 1966. Israël ressemblait à un étalon farouche qui frémissait sur ses jambes élancées et nerveuses. Je me trompe, Israël évoquait plutôt une très belle reine, noble et majestueuse qui se restructurait doucement de ses vieilles pierres perforées et de ses jeunes pousses vert-tendre.

Mais c'est là les milles visages d'Israël.  Elle est séculaire mais vient à peine de naître. Elle a la sagesse d'un vieux parchemin recelant des trésors fabuleux amoncelés à travers les siècles, à travers ses écrits, ses prophètes, ses rois, ses vestiges, ses luttes et surtout son amour de la justice et de la vie.  Et pourtant aujourd'hui, elle vibre comme un adolescent, impatient de dompter ces filons légués par ses ancêtres. Elle crée et ne cesse de créer car elle possède une intelligence suprême qui l'a toujours différenciée des autres peuples.

 

Israël m'avait stupéfiée tant par sa petitesse que par sa grandeur, tant par son âpreté à combattre ses ennemis que par sa compassion pour le faible et l'infortuné. Encore dans ses langes, elle me subjuguait, m'étourdissait mais aussi m'étonnait par tant de candeur.

Le vaillant soldat au retour de ses missions, troque ses armes, pour une bêche et cultive ses champs. Ne vous étonnez guère si vous le voyez ému aux larmes devant sa récolte. Car son bonheur il le cherche dans la nature, dans son amour et respect pour elle.

Ayant de tous temps craint les autres, craint la mort, les tortures qui le guettaient qu'importe où il se trouvait, le juif, maintenant Israélien, a décidé de ne plus avoir peur, de ne plus tergiverser. Il est passé à l'attaque, il est résolu à combattre pour sa vie, ses droits, ses conceptions, sa liberté. Dans sa forteresse qu'il garde jalousement, il plante des fleurs, des fruits, du blé tout en protégeant toutes les créatures qui partagent avec lui son lopin de terre.

 

Un an plus tard, je retournais pour vivre dans ce nouveau pays, le pays de mes ancêtres. Je n'ignorais guère que mon intégration ne serait pas aisée et qu'une montagne d'obstacles se dresserait sur mon chemin dès que je poserai pied en Terre Sainte.

Vivant presque en état de siège à cause de la terreur, de ses ennemis innombrables, Israël diffusait en permanence à la radio des informations afin de guider et de prévenir ses citoyens. Moi de même, je traînais dans ma poche un petit poste de radio sur batteries. Ma langue nouvelle, je l'ai gagnée dans un kibboutz, qui me l'offrit contre un travail à mi-temps.

Plus tard, je me mis à chercher un gagne-pain. Je n'étais plus aussi farouche, aussi exigeante que dans le passé. Auprès de mes frères du destin, mes expectations s'étaient rétrécies. Je ne cache pas que je connus des moments de désespoir, de suffocation, de lassitude, de découragement qui me firent envisager de tourner le dos à ma nouvelle patrie. Mais il m'avait suffit de voir comment une nation entière se ligue pour sauver une seule vie pour comprendre que je ne trouverais aucune place meilleure que celle qui venait de m'adopter. Que la sécurité, la fraternité devant le danger, le sacrifice pour le confort d'autrui, l'union, la dignité, la liberté, je ne les aurais nulle part au monde ailleurs qu'en ISRAEL, ma patrie bien-aimée.

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis