Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 08:19

Voici précisément, le type de documents qui doivent être publics d'avance, et qui seraient largement suffisants à dissuader les tentatives dilatoires d'ingérence des Grands Muftis Obama et Kouchner : il n'y a strictement rien d'illégal , bien au contraire, dans cette autorisation de construction réalisée selon un plan précis, ayant une histoire de préservation précise et s'inscrivant dans un programme de développement municipal d'un bâtiment à l'abandon, sans aucun critère ethnique, religieux et national. Historiquement, bis Repetitas, la France commet un impair, pour ne pas parler de bourde monumentale, en tâchant de préserver, à rebours, les concessions perdues par son protégé d'après-Shoah, l'incitateur de Haine anti-Juive, le Grand Mufti Haj Amin Al Husseini, au profit des Britanniques, de la Jordanie, puis de l'Etat d'Israël et, enfin d'un propriétaire privé et restaurateur des lieux.

Que les Américains, réputés nuls en histoire et géographie se trompent, passe encore. Que le Quai d'Orsay, qui connaît les minutes de ces épisodes pour avoir participé directement à l'exflitration d'Husseini, après-guerre, vers la Syrie et l'Egypte contre l'Etat d'Israël naissant, ne se trompe pas de "sauvegarde de patrimoine"...


http://photospalestine.free.fr/thumb/fez.jpg

Kouchner.jpg
Il confond Ouighours et yoghourts...
[voir ici]



La voix francophone d’Israël

Source : Newsletter Ambassade d’Israel en France

hotel-shepherd
Hotel Shepherd
muftiJerusalem-hitler
Rencontre entre le Mufti et Adolf Hitler le 28 novembre 1941

Le bâtiment a vu le jour sur décision du Mufti de Jérusalem, Haj Amin Al-Huseini avant son exil par les Britanniques. A l’issue de la guerre des Six Jours, il est devenu propriété de l’Etat d’Israël et a été revendu en 1985 à une société privée qui a reçu une autorisation de construire sur la propriété en novembre 2008.

Le Comité Local de Planification de la municipalité de Jérusalem agit selon des critères d’équité pour toute autorisation de permis de construire, sans distinction de race, foi, sexe, religion, identité nationale du résident ou du propriétaire. L’acquisition du terrain, comme celle de l’Hôtel Shepherd s’est déroulée en toute légalité et a reçu toutes les autorisations quant aux travaux de rénovation qui s’avèrent indispensables.

Le Comité municipal ne s’intéresse qu’aux aspects légaux et de planification urbaine. Selon la Cour Suprême de l’Etat d’Israël, aussi bien les Juifs, les Musulmans que les Chrétiens peuvent acquérir un terrain dans n’importe quel quartier de la ville de Jérusalem. Ainsi par exemple, il y a des résidents arabes à French Hill.

La municipalité agit en toute transparence et a présenté les plans tant aux représentants du Consulat britannique qu’à ceux des Etats-Unis à Jérusalem. Non seulement ils ont donné leur accord pour la construction de 20 appartements mais ils ont approuvé certaines conditions, dont notamment la préservation de sa structure historique telle que proposée par le Comité. Naftali Levi, Directeur adjoint du Département Construction de la municipalité de Jérusalem a porté à la connaissance du public les informations suivantes :

• Histoire : le Mufti de Jérusalem a dirigé le Mouvement palestinien de 1920 à 1930 - à l’initiative de 3 vagues d’émeutes durant cette période. Lorsque le gouvernement instauré sous Mandat britannique l’a expulsé, le bâtiment construit pour lui en 1930 fut réquisitionné et transformé en poste d’observation militaire par l’armée britannique. A la fin de la période du Mandat, il fut transféré à la propriété du Royaume Hachémite de Jordanie, qui agrandit la structure d’origine sans y toucher, et c’est alors que le bâtiment devint l’Hôtel Shepherd.

A l’issue de la Guerre des Six Jours, l’hôtel devint propriété de l’Etat d’Israël qui l’affecta au Ministère de la Justice et à une Cour régionale. Le 5 novembre 1985, la C&M (compagnie de biens immobiliers) en fit l’acquisition ainsi que du terrain environnant. Au début de la première Intifada en 1987, la Police des Frontières loua le bâtiment pour s’y installer durant 15 ans avant de déménager le long de l’autoroute n°1. Depuis et jusqu’à ce jour, la propriété est restée abandonnée.

• Environnement juridique : l’utilisation de ce bâtiment fait partie du Plan 2591 approuvé en 1982 par le District de Jérusalem du ministère de l’Intérieur et a institué une nouvelle planification de tout le quartier de Shiek Jarah (soit environ 310 000m2).

Elle comprenait des quartiers résidentiels, des aires de récréation, des bâtiments officiels, des institutions publiques et des routes. Au vu du zonage de ce Plan, lors de la demande de permis de construction le 6 novembre 2008 par les propriétaires C&M, l’utilisation du terrain en propriété – notamment l’Hôtel Shepherd- a été désignée à usage résidentiel uniquement. Le 2 juillet 2009, le Comité Local de planification de la municipalité de Jérusalem a approuvé la demande, incluant la destruction des bâtiments sur cette propriété à l’exception de la structure historique désignée à la préservation, et autorisé l’établissement de 2 immeubles résidentiels comprenant 20 appartements. Le projet prévoit un parking souterrain, des appartements sur 2 étages avec toit plat. La propriété ne peut être bâtie sur plus de 4 étages. Le plan de l’immeuble s’élève à 9 mètres au-dessus du sol. La zone de construction s’étend sur 3.604., 19 m2 et l’étendue souterraine à 5.769 m2.

Il faut souligner la condition suivante liée à l’autorisation de construire : le propriétaire doit remplir plusieurs critères décidés par le Comité Local. Avant de réceptionner son permis, le propriétaire ne peut engager aucune construction sur place.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis