Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 10:08
Accélération du développement du programme nucléaire militaire iranien



Photographie d'une bombe atomique 

U.S. Department of Energy photograph





Téhéran semble en passe de finaliser la réalisation de l'arme nucléaire. Les révélations du quotidien britannique Times , à la mi-décembre 2009, sur l'initiateur de neutron et celles de la résistance iranienne, permettent de se faire une idée précise de l'état d'avancement du programme iranien et de la stratégie du régime afin de le faire aboutir.

Une activité importante

Depuis 2007, les laboratoires clandestins en charge du programme nucléaire testent un initiateur de neutrons - de l'hydrure d'uranium -, un composant crucial permettant l'explosion de la bombe. Les recherches en seraient déjà à un stade très avancé.

Ainsi, aucun doute n'est plus possible : l'utilisation de l'hydrure d'uranium est un composant qui n'a aucune application civile. Son emploi est clairement le signe du développement d'une arme nucléaire. D'ailleurs, ce composant a été utilisé par les Pakistanais pour la mise au point de leur propre bombe.

Parallèlement, les activités et les travaux sur les sites de Qom et de Metfaz se poursuivent et s'accroissent, grâce à un habile dispositif de dissimulation.
- Le site de Qom, dont l'existence est connue depuis décembre 2005, abrite de nombreuses installations enterrées. Il est situé à l'intérieur d'une zone militaire contrôlée par les pasdaran et non par l'armée. Afin de brouiller les pistes, il porte officiellement le nom de Fordou, village qui se trouve à 50 km au sud de Qom, alors que le site se situe à 30 km au nord de Qom.

Ce site joue un rôle central dans le développement du programme nucléaire militaire iranien. Les recherches qui y sont conduites seraient placées sous la direction de Morteza Behzadun spécialiste de la fabrication et de l'expérimentation des centrifugeuses membre de pasdaran.
- L'existence du site de Metfaz a été révélée en septembre 2009. Il est situé sous une colline, au cœur d'une zone militaire protégée, au bord de la rivière Jajroud, près du village de Sanjarian. La construction du site et de ses tunnels souterrains qui abritent des ateliers daterait de 2000.

Ce site regroupe toutes les activités liées à la fabrication du détonateur de la bombe atomique. Il produit notamment des explosifs brisants à cet effet.
- Parallèlement, le régime avance rapidement dans la fabrication et l'assemblage final des ogives nucléaires. Ce projet, connu sous le code 
P-111 , est conduit dans les installations de l'Organisation aérospatiale de la région de Khojir.

En effet, dans cette zone sont concentrées les usines balistiques du ministère de la Défense qui fabriquent des missiles. Deux groupes industriels sont particulièrement impliqués dans le programme : les sociétés Hemat et Bakeri, cette dernière étant par ailleurs chargée de la logistique du site de Metfaz.

Une dissimulation élaborée

Afin de dissimuler ses activités à la population et à la communauté internationale, le régime a créé de nombreuses sociétés écrans afin de réaliser les travaux et de conduire les recherches.

  • Les tunnels et infrastructures souterraines de Qom ont été construits par une entreprise de travaux dénommée Ghorb Ghaem  ; celle-ci n'est qu'une façade du génie de la composante aérienne des pasdaran [1].
  • L'entreprise chargée de la construction des tunnels de Metfaz, la société Omrane , est également une couverture. Son siège se trouve en effet sur la base de Khatam, à Téhéran, QG du génie aérien des pasdaran.
  • Enfin, selon les informations révélées par le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), le régime utilise la couverture des industries balistiques car celles-ci ne sont pas concernées par le règlement de l'AIEA, et Téhéran peut donc empêcher les inspecteurs de s'y rendre.

La duplicité de Téhéran mise à jour

Depuis le début de la polémique sur son programme nucléaire, la République islamique défend son droit au nucléaire civil et n'affirme avoir aucune arrière-pensée militaire. Téhéran continue d'affirmer que les travaux conduits dans ses laboratoires sont exclusivement orientés vers des fins civiles.

Mais l'emploi de l'hydrure d'uranium montre clairement qu'il s'agit d'un mensonge et apporte la preuve que Téhéran a continué de développer un programme pour se doter de l'arme atomique après 2003, malgré ses engagements auprès de la communauté internationale.

Téhéran ne devrait pas pour autant cesser de négocier avec les Occidentaux, même si les négociations internationales sur le nucléaire iranien ont été interrompues, début décembre, à l'initiative du président Ahmadinejad. En effet, selon la consigne de Khamenei, les négociations sont un moyen sûr d'avancer vers l'arme nucléaire. De plus, elles empêchent les États-Unis de soutenir l'insurrection et contribuent à diviser la communauté internationale sur les sanctions contre l'Iran.

Néanmoins, la stratégie adoptée par le Conseil suprême de sécurité nationale d'Iran et approuvée par Khamenei est aujourd'hui percée à jour et ne devrait plus abuser ses interlocuteurs.

Déjà visé par cinq résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, Téhéran se dirige droit vers de nouvelles sanctions. Ses mensonges et dissimulations répétés devraient fournir des arguments à ceux qui considèrent qu'il faut durcir le ton sans tarder à l'égard du régime des mollahs tout en soutenant le peuple iranien dans son insurrection.

 


  • [1] Les pasdarans (Gardiens de la révolution) sont une branche indépendante des forces armées iraniennes disposant de leurs propres unités terrestres, aériennes et navales, ainsi que d'un service de renseignement et d'action spéciale.
Par Aschkel
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> A trop vouloir de preuves, a trop vouloir faire confiance dans les dires des dirigeants de l'iran, a trop attendre les reponses aux questions posées, on risque de voir ce pays, d'un jour a l'autre,<br /> menacer, ou bombarder Israel avec l'arme atomique. S'il y a des decissions, certes difficiles a prendre, pays de la liberté, partout dans le monde, prenez les avant qu'il trop tard. D'ieu veille<br /> sur nous. Savouah tov. Gerard david<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> A Londres en ce moment on voit partout des grands ecrans avec les deux visages d`Ahmedinedjad et d`Obama , le premier sourit , le deuxieme a les sourcils leves ,se superposant avec en dessous une<br /> question Qui des deux represente la plus grande menace nucleaire????<br /> Je n`eprouve aucune estime pour Obama mais tout de meme la c`est trop<br /> Car comment peut on comparer le president du plus grand pays democratique et cet horreur de tyran islamique de nabot hallucine et haineux.<br /> Decidement les journaleux de la perfide Albion ont perdu la tete.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis