Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 10:00



 

Nous remercions Marc Nacht, pour ce texte.

Nous ne communiquons que sur les déséquilibres dans la présentation de "l'affaire", jamais sur les faits eux-mêmes. Nous ne souhaitons pas participer au lynchage médiatique et à la furie ambiante alors qu'une procèdure est en cours.

Aschkel et Gad.

 

Affaire DSK - TOUS AU BALCON

par Marc Nacht

Psychanalyste, écrivain

© 2011 www.aschkel.info

 
 

Fasciné par l'image, le téléspectateur est aveugle d'esprit. Le médiatique, le spectaculaire, l'appel au voyeur d'une "télé-réalité", prend le pas sur l'enquête et l’établissement de la réalité des faits. L'interrogation sur les images et leurs commentaires, qui font immédiatement thèse, est pratiquement exclue. Le bouc émissaire, chargé de tous les stupres, prend la place du veau d'or que l'on adorait.

En témoigne la manière dont est traité Dominique Strauss-Kahn, que ce dernier soit coupable ou innocent.

Malgré de prudentes et, somme toute marginales, réserves sur la "présomption d'innocence" dont  l'intéressé devrait bénéficier, on ne peut que relever le peu de questions formulées sur les circonstances du "crime" qui lui est imputé, comme si cela allait de soi. Une tentative de  viol qui aurait consisté à forcer l'irréprochable femme de ménage à lui faire une fellation, sans crainte dans ce climat de violence extrême de subir une cruelle morsure, voire une éviration (Mishima au secours)! Une "séquestration" dont la durée doit pouvoir s'évaluer en minutes; enfin des coups et blessures dont, comme par hasard, on ne sait encore trop rien à ce jour. Et alors que le directeur démissionnaire du FMI se trouve honteusement l'objet d'un système carcéral panoptique dépassant de loin celui imaginé par Bentham, silence absolu sur sa présumée victime, comme si l'on craignait quelques révélations. On commence seulement à s'interroger sur ce qui a pu pousser cette femme à s'exposer ainsi, sachant combien cela pouvait lui être contraire et faire d'elle l'objet d'un cruel rejet de la part de ses coreligionnaires...Le saura-t-on jamais?
 


Le préjugé victimaire est tel que sur le plateau de France 2, lors de l'émission spéciale consacrée à l'affaire DSK (18 mai), Robert Badinter, homme éminemment respectable, fut attaqué sans vergogne par plusieurs représentants de la grande presse.  Le motif de ces attaques, si virulentes qu'elles couvraient la voix de l'interpellé, était que ce dernier n'avait pas parlé de la "victime" mais seulement de la surexposition médiatico-policière parfaitement humiliante  de son agresseur présumé, DSK. L'attaque était si virulente qu'elle recouvrait la réponse, d'un évident bon sens, de l'ancien Garde des Sceaux: qu'on ne pouvait parler de "victime" sans anticiper sur la culpabilité  de l'accusé.

Seulement voilà, la raison raisonnable et juridique de Robert Badinter, le respect que l'on doit au vigoureux défenseur d'une justice protectrice des libertés et des dignités humaines, s'efface devant ce qui prime aujourd'hui: la mise en scène spectaculaire offerte en pâture aux jouissances voyeuristes. Cela n'a rien à voir avec la justice et tout à voir avec le lynchage.
 


Aussi doit-on non seulement interroger et mettre en question les messages modulés et construits pour exciter les passions, mais prendre la mesure de leurs effets délétères et destructeurs. 

Marc Nacht

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vincent 29/05/2011 17:23


Bravo et merci pour la justesse de l'article.


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis