Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 20:09

 

 

http://www.guysen.com/

 

 

 (AP Photo/HO)


Sur son site internet, le Hamas a posté, dimanche 25 avril, un dessin animé sur le soldat israélien Guilad Shalit qu'il détient depuis plus de 4 ans. Le mouvement islamiste réclame la libération de milliers de prisonniers palestiniens emprisonnés en Israël, en échange de la libération du jeune soldat. Invité à réagir sur le plateau de Guysen TV, le géopolitologue Alexandre Del Valle, s'exprime.


Un dessin animé comme moyen de pression. En 3D, le film représente le père du prisonnier Noam Shalit. Il déambule de plus en plus vieux dans les rues d'une ville déserte. 
En fond sonore, on entend la voix réelle de Guilad Shalit - extrait d'anciens enregistrements- exhorter le gouvernement à accepter la négociation.
A la fin du film, à la place du soldat, c'est un cercueil qui est remis aux autorités israéliennes. Un cri. Le personnage de Noam Shalit se réveille d'un mauvais songe. Sur l'écran apparaît la phrase : "L'espoir demeure".
 
" Cette vidéo ne me surprend pas ", assure Alexandre Del Valle, géopolitologue spécialiste du monde arabe.
 
"Ce dessin aimé n'est pas d'un extrême intelligence mais il est fait pour impressionner les familles. Il est aussi destiné aux médias qui eux, vont avoir un impact sur le gouvernement. Le Hamas utilise le point faible des démocraties modernes : l'opinion publique ". 

Une opinion publique dont les médias sont devenus la caisse de résonance. Cette contradiction interne est utilisée par le Hamas dans sa guerre psychologique. En voulant apitoyer l'opinion publique israélienne, les islamistes espèrent faire fléchir le gouvernement de Netanyahou. 

Dans un communiqué officiel, le Premier ministre a condamné " l'exploitation cynique par les chefs du Hamas des sentiments de la famille Shalit " qui " montre plus que tout le caractère terroriste de cette organisation ". 
 
" C'est le phénomène classique de l'engrenage " explique Alexandre Del Valle, « le Hamas connait quelle est la faille des occidentaux. Celui du principe sacré de la vie. Pour eux, celle-ci ne relève pas du domaine du sacré puisque c'est au contraire la mort est glorifiée ». Mais cette surenchère dans la guerre psychologique n'est pas nouvelle. 
 
" Elle date des années 1980 " rappelle le politologue. Lors de la guerre du Liban en 1982, Yossef Grof, Nissim Salam et Hazi Shaï, trois soldats de Tsahal sont pris en otage par des membres du Commandement Général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine.
 
S'ensuivent d'âpres négociations. Les deux parties parviennent à un accord. Dans le cadre des discussions, le Premier ministre Shimon Pérès procède à la transaction des prisonniers. 1500 palestiniens et libanais, dont un chef du Hamas, détenus en Israël sont libérés en l'échange de trois soldats israéliens.
 
"Le problème fondamental remonte à ce moment précis. Lorsque Israël a abandonné la raison d'Etat et l'intérêt général, au profit d'intérêts particuliers. Si l'on peut comprendre les familles des victimes, c'est absurde de la part d'Israël d'avoir libéré ceux qui comptent parmi les plus grands criminels de l'histoire du pays " affirme  Alexandre Del Valle qui estime que ce type de négociations se sont retournées contre Israël, certains des détenus libérés étant devenus par la suite peu de temps, les principaux instigateurs de l'Intifada. 
 
" La transaction demandée par le Hamas est la même qu'il y a vingt ans. C'est le même principe, les mêmes négociations. Cela recommence ", s'exclame Alexandre Del Valle. Et toujours la même question en suspens. Israël doit-il céder ? L'Etat hébreu s'est dit prêt à libérer 450 prisonniers palestiniens, mais s'oppose à la libération de certains détenus réclamés par les Hamas, considérés comme des "symboles du terrorisme" par Israël. « Si Israël cède, ce sera la même erreur avec les mêmes conséquences " affirme Alexandre Del Valle, avant de conclure :  "Les bombes vont redoubler".

A noter que lundi soir 26 avril, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré qu'il avait demandé au Hamas de lui transférer Guilad Shalit, en ajoutant qu'il pourrait obtenir une bonne négociation pour le groupe terroriste, mais le Hamas a refusé. Interviewé par la deuxième chaîne de la télévision israélienne, il a déclaré que Shalit ne doit pas rester en prison, mais que 8 000 Arabes ne devraient pas non plus se trouver dans les prisons israéliennes. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Maguy-Rahel SOLOMON 28/04/2010 11:53


J'aimerais tellement dire ce que je pense.Mais qui m'entendrait ?!!! Ont-ils entendu les pleurs et les supplications des parents de Guilad ?!!! Ont-ils pris en ligne de compte les tourments de cet
enfant... l'enfant d'Israël ?!!! Non !!! Ils continuent de croire en des idéologies bidon, en s'inscrivant dans le registre des pays soit-disant démocratiques.Quand allons-nous cesser de croire en
des paroles sans fondement et à de futiles promesses ?!!! http://www.psaumes-roidavid.net


quand nos dirigeants devront se prosterner devant des


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis