Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 15:26

Il y a peu, Bouteflika faisait ouvertement du chantage à l'Europe, lors de transactions gazières, qu'il voulait échanger contre un afflux massif de filières migratoires, un nouveau volet de l'expansion d'Eurabia.

D'autre part, il se trouve en guerre latente contre le Maroc, par la question sarahouïe, dont il se sert pour déstabiliser le Royaume chérifien. Masquant qu'il est, par ailleurs, originaire de la frontière (Oujda), ce qu'il semble détester plus que tout. Aujourd'hui, ce sont les cercles d'affaires que le FLN a, lui-même, placé, pour ainsi dire, à la tête du pays, puisque Sonatrach représente 98% des avoirs algériens, qui font flamber les prix et défraient la chronique économique. Les fuites d'argent astronomiques dont il est question correspondraient, à peu près, au coup de pouce nécessaire pour faire face aux questions du quasi-plein emploi, à condition d'un effort massif sur l'éducation et la formation des citoyens. On comprend alors mieux les tentatives de trafic d'influence sur l'Europe, et la corruption qui en est le vecteur : Gaz contre immigration massive, celle-ci permettant aux caciques du pouvoir de continuer impunément de graisser des pattes et de s'en mette plein les poches. On ne sera pas, non plus, insensible, en France, aux tentatives de subversion "spontanées", consistant, à l'occasion d'un match de football ne concernant pas l'Europe, à brûler le drapeau national, au nom de la même "fierté" algérienne de s'imposer bruyamment chez les autres, sans partager les mêmes idéaux de concorde.

 

  Ce qui revient à dire que la clique au pouvoir à Alger dilapide à tout-va les bénéfices économiques de façon à maintenir le peuple algérien dans la misère ; Celle-ci déclenche épisodiquement des rebellions sociales qui ont quelque point commun avec une "intifada économique", en Kabylie ou ailleurs. L'agitation diasporique sert alors à masquer les insuffisances chroniques et sciemment organisées au profit du plus petit nombre, proche du pouvoir. Cette corruption, qui n'est pas sans rappeler, avec de moindre bénéfices, celle qui gouverne à Ramallah, peut aussi servir d'argument-massue pour un retour en scène de groupements islamiques tapis dans l'ombre, qui n'attendent que de tirer profit du mécontentement général et de la gestion népotique du gouvernement en place. Il y a fort à parier que Bouteflika aura du mal à survivre politiquement à la crise qui s'annonce. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut s'attendre à voir surgir un dirigeant éclairé à Alger, tant que la manne pétrolière et gazière restera l'étalon à partir duquel se mesure la liberté ou l'asservissement des citoyens de toutes les provinces d'Algérie...


 

Sonatrach, une affaire de corruption au sommet de l'Etat ?

Le PDG et plusieurs cadres importants de cet immense groupe pétrolier algérien, qui assure 98 % des recettes en devises du pays, ont démissionné après avoir été inculpés, mercredi 13 janvier, dans une affaire de malversations présumées. Des soupçons pèsent maintenant sur l'entourage proche du président Bouteflika.

15.01.2010 | Khaled R. | Le Matin

http://www.elmoudjahid.com/accueil/thumbnail.php?file=Mohamed_Meziane_527300092.jpg&size=article_medium

Le président de la Sonatrach, Mohamed Meziane, en visite à Paris en 2008, pour le Sommet International du Pétrole

 

http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/15/

 

 

Les affaires de corruption commencent à émerger. La Sonatrach, la chasse gardée du clan présidentiel et mamelle de l’Algérie, qui dépense sans compter [elle est la plus importante société algérienne, emploie 125 000 personnes et a réalisé en 2008 un bénéfice net de près de 9,2 milliards de dollars], est dans le collimateur. Les révélations sur des affaires de corruption de tous genres (sur- et sous-facturations, contrats de gré à gré, évasion fiscale, négociations bâclées...) apparaissent enfin au grand jour. Pourquoi maintenant ? Que se passe-t-il au sommet de l’Etat qui permettrait ce déballage ? Le clan Bouteflika en aurait-il trop fait, au point d’avoir indisposé ses concurrents ? La bataille pour la succession est-elle commencée ?

La série de scandales dévoilés par la presse jette le trouble. Particulièrement ceux qui entourent le dossier de l’autoroute Est-Ouest et certains contrats attribués par la Sonatrach. Comment, avec tant d’institutions chargées du contrôle des deniers publics, sous-facturations, surfacturations, transferts illicites massifs de devises ont-ils pu être opérés avec autant de facilité ? Des responsables eux-mêmes l’avouent, des complicités au plus haut niveau de l’administration consacrent l’impunité en matière de corruption, de détournement de deniers publics et de mouvements illégaux de devises. Pendant que des affaires de malversation éclatent au grand jour [Mohamed Meziane, à la tête de la Sonatrach depuis 2003, a quitté ses fonctions après avoir comparu devant un juge qui lui a signifié son inculpation dans le cadre d'une enquête sur différents marchés et l'a placé sous contrôle judiciaire], les pouvoirs publics répondent par un silence éloquent. Résultat, les présomptions de corruption finissent par ancrer, au sein de la communauté internationale, l'impression que le pays est gravement gangrené. L’absence de transparence, la multiplication des marchés de gré à gré, l’incapacité à suivre et à contrôler les projets ont encouragé la dilapidation de l’argent public.

Les affaires rapportées par la presse ne constituent en fait que la face émergée de l’iceberg. Les pertes causées au Trésor sont beaucoup plus importantes. Ce sont des rivières, et non des ruisseaux, qui se sont évaporées. Largement de quoi gagner la bataille du plein-emploi en Algérie. A la source du cancer, une raison politique. La volonté d’éradiquer le fléau semble absente chez nos gouvernants, du moins guère prouvée sur le terrain. Or c’est sur cette faille que jouent ceux qui, introduits au sein des centres de décision, empêchent les auteurs de crimes économiques de payer à la place des lampistes. Pendant ce temps, l’IGF, la Cour des comptes, la Banque d’Algérie et d’autres institutions de contrôle semblent impuissantes à juguler le fléau. On n’y prend pas garde : l’ampleur de la corruption en Algérie assombrit l’avenir de la nation et des générations futures. Il est temps aujourd’hui de freiner, voire d’extirper la métastase.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis