Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 09:20

 

 

s-300 russe (Copier)

 

Système anti-missiles aériens S-300 russe

 

 

Les contre-coups diplomatiques négatifs poursuivent Israël, au décours des attaques de son armée de l’air en Syrie. En premier lieu, elles sont perçues comme ne devant avoir aucun effet global sur la réussite de l’intervention militaire du Hezbollah aux côtés du régime Assad, dans la guerre syrienne. En second lieu, le Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahou, alors à Shangaï, s’est fait taillé une veste par le Président Vladimir Poutine, lundi 6 mai, avertissant que la Russie ne tolérerait plus d’autres attaques contre Damas et répliquerait. Poutine n’a pas dit comment, mais il a, effectivement, annoncé qu’il a ordonné l’accélération de la fourniture d’armements hautement avancés à la Syrie.

 


Les sources militaires de Debkafile dévoilent que le dirigeant russe faisait référence aux systèmes anti-aériens S-300 et aux missiles sol-sol à capacité nucléaire 9K720 Iskander (que l’OTAN désigne comme SS-26 Stone), qui sont suffisamment précis pour frapper une cible dans un rayon de moins de 5 à 7 m, à une distance de 280 kms.

 

 

Au cours de son appel téléphonique à Netanyahou, le dirigeant russe a dit ses quatre vérités, à propos de sa détermination de ne pas permettre aux Etats-Unis, à Israël ni à aucune force régionale (c’est-à-dire à la Turquie et au Qatar) de renverser le Président Bachar al Assad. Il a conseillé au Premier Ministre de bien garder ceci à l’esprit.

 

 

Nos sources ajoutent : puisque des équipes de la défense anti-aérienne syrienne se sont déjà entraînées en Russie, à la manipulation des batteries d’interception S-300, elles peuvent entrer en service aussi tôt qu’elles atterrissent, convoyées par l’un des transports aériens quotidiens russes en Syrie. Des responsables de la défense anti-aérienne russe superviseront leur déploiement et les prépareront à devenir opérationnelles. Moscou réplique, non seulement, aux opérations aériennes israéliennes contre la Syrie, mais par anticipation de la décision, encore suspendue, de l’Administration Obama d’envoyer de premières cargaisons d’armes aux rebelles syriens.

 

 

Les agences de renseignement à Moscou et au Moyen-Orient tiennent pour acquis qu’au moment où Washington rendra sa décision publique, certaines des factions rebelles syriennes auront déjà reçu des armes américaines. Le fait que cette mesure soit déjà en cours, est devenu manifeste par l’introduction, lundi, d’un texte de loi proposé par Bob Menendez, président de la Commission des affaires étrangères du Sénat, qui autorise les Etats-Unis à fournir des armes et un entraînement militaire aux rebelles syriens. Les instructeurs militaires américains travaillent avec les rebelles syriens dans des camps d’entraînement en Jordanie et en Turquie, depuis plusieurs mois déjà. Aussi ils n’attendent plus que la décision de Washington pour se voir remettre des armes entre les mains.

 

 

Le message de Poutine à Netanyahou était destiné à atteindre un plus large auditoire que seulement Jérusalem, dont Barack Obama à Washington et le Président Xi Jinping à Pékin, en prévision des discussions de Netanyahou avec lui, mardi. Par conséquent, lorsque le Secrétaire d’Etat américain John Kerry a atterri à Moscou, ce même jour, dans une énième tentative visant à « combler le fossé » entre leurs gouvernements respectifs, sur le conflit syrien, il avait été précédé par un tir de barrages fait de condamnations des frappes aériennes d’Israël à Damas « comme représentant une menace pour la stabilité régionale », un avertissement psychorigide à « l’Ouest », de la part du Ministère russe des affaires étrangères, pour qu’il mette un terme « à la politisation du problème des armes chimiques en Syrie » et « la préoccupation de Moscou que l’opinion publique internationale soit préparée à une éventuelle intervention militaire étrangère ».

 

En d’autres termes, le dirigeant russe a rejeté par avance et des deux mains, toute tentative américaine d’utiliser les frappes aériennes israéliennes comme un levier en vue d’un accord avec Moscou pour mettre fin à la guerre syrienne. Les livraisons d’armes américaines aux rebelles seraient, en outre, contrecarrées par un renforcement de fournitures d’armes au régime Assad, que Poutine est totalement engagé à préserver.

 

Kerry prévoyait des rencontres face-à-face, mardi, avec les responsables russes, centrées principalement sur la Syrie, mais aussi recouvrant le point de vue russe sur les attentats de Boston, et un espoir de coopération concernant les problèmes posés par les visées nucléaires de l’Iran et de la Corée du Nord.

 

 

La façon du gouvernement chinois de battre froid Israël s’est exposée moins directement qu’à Moscou, mais non moins fermement. Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas était invité à se rendre en visite à Pékin et à rencontrer le Président Xi, deux jours avant que le Premier Ministre n’arrive dans la capitale chinoise, mardi, dans le but d’entamer la partie officielle de sa visite. Le Président chinois a dévoilé son plan de paix, avant sa rencontre avec le Premier Ministre israélien.

 

 

Ce plan insiste, comme un point crucial en vue d’un accord, sur le droit des Palestiniens à un état sur la base des “frontières” mythiques de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale. Il adopte aussi les préconditions d’Abbas en vue des pourparlers, comprenant un arrêt des activités dans les implantations, la fin du blocus de Gaza et « une gestion appropriée » de la question des prisonniers palestiniens. De toute évidence, le Premier Ministre Netanyahou aurait été bien avisé de reporter sa visite en Chine, plutôt que de l’entreprendre, tant que les frappes des forces aériennes d’Israël continueront de se répercuter à Damas. En restant chez lui, il aurait affiché une posture plus ferme et constante aux commandes.

 

 

Et, après s’être envolé, il aurait mieux fait de ne pas commencer par traîner durant deux jours à Shangaï. Cela a offert l’occasion au dirigeant russe de le prendre à contre-pied et de lui administrer une forte rebuffade publique, en pesant lourdement sur l’agenda des pourparlers à venir avec les dirigeants chinois.

 

DEBKAfile  Reportage Spécial 7 mai 2013, 2:19 PM (IDT)

http://debka.com/article/22957/US-to-arm-Syrian-rebels-Putin%E2%80%99s-rebuke-Chinese-%E2%80%9Cpeace-plan%E2%80%9D-mar-Netanyahu%E2%80%99s-Chinese-trip-

 

Adaptation : Marc Brzustowski

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 09/05/2013 13:48

J'ai vu en vision les Russes ridiculisés et leurs menaces étouffées mais par contre Damas ...détruit, dévasté !

Ca s'appelle un message d'avertissement pour les Nations envers Israel ! Zacharie 14:12 est à relire pour les amnésiques...Israel n'est pas supérieur ou arrogant comme certains le disent, mais
celui qui garde Israel est effroyant dans sa colère ! on touche pas à la prunelle de ses yeux ! qu'une Nation se risque à...même la plus puissante et elle sera détruite !

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis