Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 17:48

 

Le dossier

Creation-d-un-Etat-terroriste---la-Palestine.jpg

 

 

 

Au centre de l'accord FATAH'-'HAMAS

Matthew RJ Brodsky

Adapté par Maayan BURROUGHS

© 2011 www.aschkel.info

 


The American Spectator
May 4, 2011

http://www.jewishpolicycenter.org/2207/inside-the-palestinian-unity-deal

 

L’Accord de la semaine dernière, entre le Fatah et le Hamas pour former un gouvernement d'union de l'Autorité Palestinienne (PA) a été un choc pour de nombreux observateurs du Moyen-Orient - y compris ceux qui ont longtemps prôné leur réconciliation politique. 

Les deux factions ont été à couteaux tirés depuis des années et le dernier accord s'est avéré d'une durée de vie limitée,aboutissant au coup d’état du Hamas à Gaza en 2007. 

 

Bien qu'il y ait eu plusieurs tentatives pour former un gouvernement d'unité et pour sortir de l'impasse politique palestinienne, ces efforts ont échoué. 

Le fait que les deux factions aient signé un accord maintenant, révèle beaucoup plus sur la façon dont l'Autorité Palestinienne perçoit  le processus de paix et cela aura des implications considérables pour la politique américaine.

Beaucoup ont longtemps soutenu qu’un gouvernement d'union faciliterait la négociation d’une paix israélo-palestinienne. 

 

On a supposé que cela exposerait le fait que la politique palestinienne et la gouvernance sont divisées entre Gaza-dirigée par le Hamas et la "Cisjordanie" dirigée par le Fatah ou l’AP.

Le problème avec cette logique c’est de présumer que la paix demeure insaisissable parce que l’AP n'a pas le partage du pouvoir avec le Hamas. 

 

Au contraire, il ne peut y avoir de paix  avec une AP qui inclut le Hamas parce que c'est un groupe terroriste engagé n'ayant pour but que la destruction d'Israël. 

 

Ceux qui soutiennent que l'unité palestinienne est la clé pour négocier  une paix, basent leur idée sur de l'opportunisme politique avec une notion naïve que le Hamas, soit se réformera, soit se modérera, en tant que partie du gouvernement palestinien. 

 

Toutefois, l’ "Accord National Palestinien" convenu au Caire la semaine dernière n’oblige pas le Hamas à reconnaître Israël ou à renoncer au terrorisme - en fait, il n'exige aucun compromis du groupe terroriste. 

 

Compte tenu de l'animosité de longue date entre le Fatah et le Hamas, on peut se poser la question: pourquoi il est dans l'intérêt du Fatah de former un gouvernement d'union maintenant?

 

Il ya plusieurs raisons pour qu’un gouvernement d'union intéresse à la fois le Fatah et le Hamas et une grande partie de cela est en rapport avec le mois "magique" du Septembre 2011. 

Pour la dimension politique interne palestinienne, la décision ouvre la voie pour de longues  élections législatives et présidentielles. 

Le mandat présidentiel de Mahmoud Abbas a expiré en 2009 et plus tôt cette année, l’AP a annoncé des plans pour les élections en Septembre. 

Sans un accord entre les deux factions, les appels précédents pour les élections tombent à l'eau,    

Mais le plus grand problème extérieur tourne autour de la campagne internationale de l'Autorité Palestinienne pour se faire reconnaître comme un Etat en tentant de faire passer une  résolution à l’Assemblée Générale des Nations Unies et de demander l'admission en tant qu'Etat membre à  l'Assemblée Générale. 

L'Assemblée Générale se réunit en Septembre et le Fatah et le Hamas ont probablement calculé que ce serait plus facile de plaider leur cause à l'Assemblée Générale s’ils peuvent démontrer que la reconnaissance de leur statut d'Etat inclurait à la fois la "Cisjordanie" et la bande de Gaza. 

Bien sûr, si cet effort à l'ONU réussit, tout accord entre les deux factions serait probablement peu de temps après démenti  puisque leurs différences sont idéologiques et sont insurmontables sur le long terme.

Ce mariage de complaisance temporaire n'a pour but que d'organiser des élections et de gagner un Etat -sans avoir à négocier avec Israël.

C'est dans cette perspective, que l’on devrait examiner les commentaires  du Président de l'AP Mahmoud Abbas, jeudi dernier, lorsqu'il a proclamé que l'intégration du Hamas dans le gouvernement ne sapera pas les efforts de paix.

 

"La politique est pour l'OLP, et le gouvernement travaillera en fonction de ma politique», a t-il dit. 

Pourtant, c’est Abbas du Fatah de l'OLP, de l’Autorité Palestinienne – non le Hamas - qui s’est spécialisé dans l’art de se retirer des négociations avec Israël. 

 

Ce que ce nouvel accord signifie c’est qu'Abbas a pris la décision que la voie vers un Etat n’exige pas de compromis du Fatah, soit, encore moins du Hamas. 

 

En fait, il n'a même pas besoin des négociations avec Israël.

La formation d'un gouvernement palestinien d'union nationale devrait exiger un réexamen de l'aide américaine à l'Autorité Palestinienne. 

 

Depuis 1994, l'aide américaine à l'Autorité Palestinienne a dépassé 3,5 milliards de dollars, avec une moyenne de 400 millions de dollars par an à l'Autorité Palestinienne alors dirigée par le Premier Ministre Salam Fayyad, une grande partie visant à améliorer la gouvernance et la sécurité en préparation d un État éventuel. 

 

Si le Hamas est au gouvernement, pourquoi les Etats-Unis paieraient –ils  la facture pour aider à créer un nouvel Etat terroriste? 

 

Les dollars des contribuables américains qui ont déjà contribué financièrement à la formation des services de sécurité palestiniens devraient être aussi retirés. 

 

Après tout, la formation et les fonds ont été conçus pour prévenir le terrorisme et contenir le Hamas. Et comment Abbas pourrait-il ordonner la répression contre les activistes du Hamas en "Cisjordanie" s'ils sont ses partenaires?

La décision du Fatah d'accepter le Hamas, d'abandonner les négociations, et de poursuivre une reconnaissance internationale de l'Etat représente un revers majeur pour le processus de paix israélo-palestinien. 

 

L'administration Obama - comme l'administration Bush avant lui - devrait désavouer publiquement tout gouvernement palestinien incluant le Hamas et devrait faire savoir à Abbas que la seule voie vers un état palestinien passe par un accord négocié avec Israël.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis