Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 08:49

 

JamrayaRaid2.2.13 (Copier)

 

Véhicules détruits sur le complexe de Jamraya près de Damas.

 

 

 

Le Ministre de la Défense d’Israël, Ehud Barak a employé loes termes les plus durs, à l’encontre de l’Iran et de ses alliés, lors de la Conférence sur la Sécurité de Munich, dimanche 3 février, alors qu’à Damas, le Directeur à la Sécurité Nationale d’Iran, Saeed Jalili conversait d'urgence avec le Président syrien, Bachar al Assad. Ils ont discuté de la possibilité d’activer le pacte secret de défense mutuelle, liant entre eux l’Iran, la Syrie, le Hezbollah et le Hamas, en représailles pour la frappe aérienne israélienne, qui, selon des informations convergentes, a touché et détruit un complexe militaire près de Damas, mercredi dernier.

 

Sans confirmer directement l’attaque israélienne contre le bastion militaire de Jamraya, le Ministre de la Défense Barak, a déclaré : “.. Ce qui s’est passé en Syrie, il y a quelques jours… c’est bien la preuve que lorsque nous disons quelque chose, nous nous y tenons… Et nous disons que nous ne pensons pas qu’on puisse permettre au Hezbollah de recevoir des systèmes d’armements avancés sur le territoire libanais »

 

S’adressant aux diplomates et aux responsables de la défense des grandes puissances du monde, Barak a poursuivi en disant : « le Hezbollah au Liban et les Iraniens sont les seuls et uniques alliés qu’Assad ait jamais pu avoir ». « La chute d’Assad est imminente » et « cela constituera un revers majeur pour les Iraniens et le Hezbollah. Je pense qu’ils en paieront le prix » a-t-il affirmé.

 

A Téhéran, le porte-parole du Parlement iranien, Ali Larijani a mis en garde Israël, dimanche, contre les conséquences de cette frappe présumée. « Le monde est témoin d’une vengeance conduite par l’Occident, particulièrement par les USA et certains éléments d’arrière-plan contre la résistance, dans la région ». Larijani a appelé les pays de la région à prendre leurs distances vis-à-vis d’Israël et dit qu’il pensait que « le mouvement d’Eveil dans la région apporterait une réplique appropriée au régime Sioniste ».

 

Face à cela, Téhéran semble faire comme s’il déléguait la charge de commuer “une réplique appropriée contre le régime sioniste” aux fidèles musulmans et au monde arabe.

 

 

Cependant, les sources iraniennes et du renseignement de Debkafile pensent que les Iraniens ne font que chercher à gagner du temps pour décider comment répliquer à la frappe israélienne, largement commentée, contre le complexe militaire que la Syrie partage avec ses alliés. L’homme à suivre est Jalili qui, selon ce que nous pouvons révéler en exclusivité, est arrivé en toute hâte, après les évènements, à Damas, samedi 2 février, pour alerter les dirigeants syriens que Téhéran n’a pas l’intention de lancer une rélique militaire à une attaque qui a détruit la totalité des livraisons d’armes sophistiquées iraniennes que Téhéran a envoyées au Hezbollah, au cours des deux dernières années et qui étaient stockées dans les bastions de Jamraya. Le tyran syrien a apporté son plein accord à son invité. Dimanche, il a accusé Israël de tenter de « déstabiliser » son pays. Ses premières remarques concernant la frappe aérienne israélienne supposée contre la Syrie, datant de mercredi, n’est intervenue qu’après sa rencontre avec Jalili. Il a ajouté que la Syrie était capable de faire face « à tous les défis actuels… et à toute agression »… [la preuve est éclatante].

 

L’Iran, la Syrie et le Hezbollah doivent maintenant décider de la nature de leurs représailles, mettre l’opération sur pied et désigner des forces pour son exécution, tout en prenant en compte les options dont dispose Israël pour une contre-réplique.

 

Les commentaires sévères de Barak à Munich laissent entendre à Téhéran qu’Israël est prêt à ne pas prendre de gants contre la Syrie et le Hezbollah. Les dirigeants iraniens ont bien tenu compte de ses paroles, tout en suivant à la trace, au même moment, la rencontre du dirigeant de l’opposition syrienne Mouaz al-Khatib avec le Vice-Président américain Joe Biden et, pour la première fois, avec les Ministres des affaires étrangères de Russie et d’Iran, Sergueï Lavrov et Ali Salehi.

 

 

Salehi a passé 45 minutes avec le dissident syrien, en marge de la conférence dans laquelle s’exprimait le Ministre de la Défense israélien.

 

 

On a interprété ces rencontres comme suggérant que l’opposition syrienne ne s’attend pas vraiment à ce que le dictateur syrien tombe dans le court terme et aurait, par conséquent, décidé qu’il n’y a pas d’autre option que de commencer à lui parler d’un partage des pouvoirs formaté pour mettre un terme au conflit syrien. Téhéran est prêt à aller pêcher un rôle dans l’instauration de la paix en Syrie.

 

Cependant, une opération de représailles appuyée par l’Iran, contrée par une réplique israélienne cinglante pourrait lourdement hypothéquer les promesses que laisse miroiter ce scenario.

 

http://www.debka.com/article/22736/Barak-Assad%E2%80%99s-fall-is-imminent-Jalili-Assad-weigh-reprisal-for-Israel

 

 

DEBKAfile Reportage Spécial 3 Février 2013, 2:36 PM (GMT+02:00)

 

Adaptation : Marc Brzustowski. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis