Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 08:33

 

 Manfred-Gerstenfeld-telling-it-like-it-is (Copier)

Par Manfred Gerstenfeld, 

 

grâce à une première publication de Tundratabloïds :

http://tundratabloids.com/2013/03/reflections-on-muslim-antisemitism-in-dutch-society.html

 

 

Le 17 février, la chaîne de la télévision hollandaise : Nerdeland 2 a diffusé l’interview réalisée par Mehmet Sahin, un travailleur social bénévole auprès des jeunes Hollandais d’origine turque. Il essaie de rééduquer des adolescents d’Arnhem, une ville importante, à l’Est des Pays-Bas. Au cours de cette émission, les adolescents ont exprimé leur admiration pour Hitler et son rôle dans le massacre des Juifs durant la Shoah.

 

Pendant plus d’une semaine, on n’a relevé quasiment aucune réaction dans les médias hollandais. Neuf jours plus tard, une éditorialiste, Elma Drayer, a publié un article dans le quotidien Trouw, dans lequel elle dénonce ce silence scandaleux. Elle remarquait que si de jeunes Hollandais avaient osé dire que ce serait bien si tous les Musulmans étaient massacrés, y compris les bébés, cela aurait immédiatement déclenché des débats tumultueux sur le caractère monstrueux de ces allégations. Les organisations  hollandaises pro-islamiques auraient probablement organisé une grande manifestation, à laquelle se seraient joint un nombre conséquent de grandes figures du gauchisme. Drayer concluait son article en affirmant que la haine des Juifs aux Pays-Bas a atteint le niveau qui était le sien avant la Shoah.

 

Le Centre d’Information et de Documentation sur Israël (CIDI) qui observe les incidents antisémites aux Pays-Bas, a demandé au Ministre de l’Education de prendre l’initiative d’une grande enquête nationale sur les distorsions antisémites véhiculées parmi les élèves des lycées. Le CIDI a aussi mentionné qu’une étude de 2012, dans les lycées d’Amsterdam, a démontré que de tels préjugés sont en augmentation exponentielle. La plupart des lycéens n’approuvent pas ouvertement que les Juifs soient persécutés. Cela dit, ils pensent que les Juifs sont « riches » et « radins ». C’est à partir de cette perception qu’ils expliquent ou comprennent les raisons de la persécution des Juifs.

 

 

Le CIDI déclare aussi que ces points de vue antisémites , qu’on retrouve indifféremment chez les jeunes d’origine extra-européenne, aussi bien que chez les jeunes Hollandais « de souche », sont bien plus répandus qu’on ne l’a supposé, par le passé. Voilà bien le genre de conclusion qu’on aurait pu établir bien plus tôt. Au moins, en ce qui concerne les jeunes Musulmans, l’antisémitisme propagé parmi eux était un phénomène connu depuis de nombreuses années.


Il n’est toujours pas évident d’établir jusqu'à quel point les éloges d’Hitler et de la Shoah constituent des délits criminels, aux Pays-Bas. En ce moment-même, des procureurs enquêtent pour savoir s’il faut inculper les adolescents. Le CIDI a décidé de ne pas porter plainte auprès de la police dans le but de ne pas ruiner les efforts du bénévole. Cela semble être une décision erronée. Le programme télévisé auprès de ces jeunes Turcs n’est que le sommet de l’iceberg. Du fait de ses politiques d’immigration défaillantes, tout au long des dernières décennies- comme dans de nombreux autres pays européens – la Hollande a autorisé l’entrée d’un million d’immigrés sans le moindre discernement. Ils proviennent fréquemment de pays où l’antisémitisme se répand à satiété et où l’incitation contre Israël et les Juifs est un lieu commun à de nombreux segments de la société, à commencer par leurs élites.

 

Même si les autorités néerlandaises n’ont jamais enquêté sur ce point, il est clair que, concernant l’antisémitisme partagé chez les Musulmans des Pays-Bas [et d'ailleurs], trois conclusions sont parfaitement évidentes : la première est que l’antisémitisme qui règne parmi les immigrés musulmans et leur descendance est bien plus important que parmi la population hollandaise autochtone. La seconde, que les incidents antisémites violents commis par des Musulmans sont souvent plus graves que ceux commis par des Hollandais d’origine plus ancienne. Troisièmement, les dirigeants des organisations musulmanes gardent, habituellement, le silence quant à de tels agissements. Cela donne l’impression que « qui ne dit mot consent », ou à tout le moins, n'en a rien à faire. Il existe des exceptions à cette attitude, au sein de la communauté musulmane, mais elles sont relativement rares et assez mitigées.

 

Il y a plusieurs explications qui permettent de comprendre pourquoi les autorités néerlandaises n’ont pas pris l’initiative d’enquêter en détail sur l’antisémitisme musulman depuis si longtemps. Au cours d’une récente conversation que j’ai eue avec un homme politique hollandais ayant eu des fonctions importantes, notamment en tant qu'ancien Ministre, il m’a confié que c’était par crainte de la population musulmane et de la violence potentielle qui pourrait provenir de certaines de ses franges. Il y a, cependant, bien d’autres raisons. Certains partis, tel que le parti Travailliste bénéficient de nombreux suffrages musulmans et ne veulent pas contrarier une majeure partie de leur base électorale. Une autre raison provient du fait que les Pays-Bas ont pratiqué des formes graves de racisme dans ses anciennes colonies. De nombreux Hollandais éprouvent, aujourd’hui, un sentiment de culpabilité et prétendent, jusqu’à l’absurde, qu’il n’y a que les individus Blancs qui puissent être racistes. Par conséquent, ils préfèrent fermer les yeux face au racisme des minorités et à l’antisémitisme en particulier. En pratique, cela revient à ignorer, autant que possible, le caractère central de l’antisémitisme musulman.

 

On propage beaucoup d’autres idées fausses. L’une concerne le fait que les jeunes Turcs interviewés, au cours de l’émission de télé, étaient « des jeunes de la rue ». A chaque fois qu’ils ont, précédemment, écrit au sujet de l’antisémitisme musulman, les médias ont essayé de susciter l’impression que les petits voyous sont le seul segment de la communauté musulmane, chez lesquels on décèle des problèmes d’antisémitisme. C’est faux. On peut constater des expressions de négation de la Shoah et un antisémitisme enragé parmi un grand nombre d’autres Musulmans néerlandais, y compris des étudiants des universités, par exemple. Le silence des médias hollandais dans ce cas flagrant de déclarations antisémites extrêmes, produites par des adolescents musulmans, illustre, une fois de plus, le désir de tenir la prise de conscience sur ce sujet hors de la portée du public. Dans le même temps, cette vidéo de l’émission a, cependant, été téléchargée sur Internet avec des sous-titres en français.

 

 


Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 


 

       



 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

br1spina 07/03/2013 12:26

Le pire c'est le petit jeune qui affirme: "tout le monde pense la même chose" Lorsque tout le monde pense la même chose, c'est que personne ne pense beaucoup... les adultes, les profs, les
élèves...

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis