Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 09:49

 
Merci à Victor pour l'envoi de ce texte
 

Bon sang ne saurait mentir ?

 

Avindov Béguin était encore un prénom inconnu pour le grand public israélien jusqu’à ce que le journal à grand tirage, le Yediot Aharonot, lui ouvre ses colonnes sur six pages dans un de ses magazines du week-end. Ce dernier ayant écrit un livre intitulé « Fin de la discorde », le quotidien a décidé de lui demander un entretien exclusif, son premier. Il vaut le détour au vu du patronyme célèbre qu’il porte.

 

« Je ne suis pas Juif » ; « Je ne suis pas sioniste » ; « Je ne me lève pas pour l’hymne national. Cela n’a aucune valeur à mes yeux » ; « J’ai voulu appeler mon fils Wouagi, du nom de mon ami palestinien dont son fils a été blessé par une balle de Tsahal » ; « J’aurais souhaité qu’ils démontent la barrière de séparation et que Wouagi puisse enfin travailler sa terre. En conséquence je manifeste à Billin » ; « Mon grand-père n’a rien changé dans les rapports entre Israël et l’Egypte. Il n’y a pas de paix, c’est une illusion » ; «  Il y a entre moi et mon père un désaccord complet » ; « Cela m’indiffère si mon fils intègre Tsahal. Pour moi, il peut tout aussi bien intégrer l’armée du Costa-Rica ».

 

Voici, rapidement résumé, une liste non exhaustive de ce que l’on peut retenir d’essentiel dans cette interview. Comme on peut le constater, Avindov tient un discours post-sioniste, que les antisiomites dignes de ce nom s’empresseront de récupérer afin d’en faire ‘’bon usage’’. D’autant plus lorsqu’ils s’apercevront du lien de parenté entre cet ‘’auteur’’ et son grand-père, feu Menahem Béguin (z’l) (qui fut, entre autres faits, recherché par la puissance occupante, l’un des pères fondateurs de l’état d’Israël et signataire du traité de paix avec l’Egypte), mais aussi son pèreBenny Béguin, ministre sans portefeuille dans le gouvernement actuel. Un discours qui est une véritable publicité pour le succès de son livre à travers le monde.

 

Cependant, si Avindov Bégin tient un tel langage, ce n’est pas tant par antisionisme, mais plutôt par idéalisme d’un monde nouveau où l’homme, quel qu’il soit, serait maître de lui-même, propriétaire de la terre qu’il occupe, sans religion et bien sûr sans drapeau. Un monde où le nationalisme serait tabou, les frontières supprimées, et les guerres devenues inutiles.

 

Un monde sublimé, idéalisé mais utopique à l’heure actuel et qui permet à tout un chacun de qualifier le petit-fils de Béguin (z’l) de ‘’doux rêveur’’ et ses propos de risibles si l’on a à cœur, dans le monde présent, la survie du seul refuge du peuple juif qui fut pendant près de 2.000 années loin de tout nationalisme, apatride forcé et supplicié au gré des théocraties, monarchies et autres dictatures qu’il traversait.

 

Si le peuple juif fut, à travers le temps, un vecteur de valeurs universelles, il ne sera pas cette fois-ci, sauf à se suicider, un  précurseur de celles espérées par le petit-fils d’un ancien Premier ministre. Tenir de telles paroles dans un  environnement où la haine du juif augmente pour cause qu’il se défend et ne courbe plus l’échine est preuve, s’il en fallait une, que le patronyme n’est pas gage systématique de sérieux et de réflexion.

 

Victor PEREZ ©

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Réaction - que je considère normale - d'un enfant gâté qui, en plus de ce que l'on appelle le conflit des générations, n'a pas lui ni connu la diaspora, ni les pogroms et encore moins la Shoah. Il<br /> n'a pas non plus vécu la naissance de l'Etat d'Israël et su ce qu'était que de défendre et sa terre et sa vie.<br /> <br /> Il n'a surtout pas compris que, demain, ces "amis" qu'il défend ne lui ferons pas de cadeaux.<br /> <br /> Ou c'est un pauvre garçon, un illuminé (ce que je pense)et il me fait de la peine ou c'est un genre Schlomo Sand primaire et, là, à la grâce de Dieu !<br /> <br /> Shavoua tov !<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis