Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 09:49
C'est la faute de George H.W. Bush si l'ONU a du pouvoir

par Daniel Pipes
7 février 2012

http://fr.danielpipes.org/blog/2012/02/george-hw-bush-onu-pouvoir

Version originale anglaise: Blame the UN's Power on George H.W. Bush
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.

Si Franklin D. Roosevelt et son épouse Eleanor furent les naïfs qui ont refilé au monde l'Organisation des Nations Unies, George H.W Bush fut responsable de sa renaissance en tant que force politique.

Le futur président américain George H.W. Bush en 1971, au début de sa fonction d'ambassadeur à l'ONU.

A partir environ de 1950 jusqu'à 1990 à peu près, le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies fut essentiellement sans pouvoir, puisque le gouvernement soviétique et celui des États-Unis étaient en désaccord sur toutes les questions qui se succédaient. En conséquence, tous ceux qui voulaient faire avancer les choses en général évitaient ce forum, depuis le problème de Berlin, en passant par la guerre du Vietnam et les négociations arabo-israéliennes.

L'invasion irakienne du Koweït en août 1990 constitua la première crise post- guerre froide. Les grandes puissances auraient pu le manipuler par un certain nombre de moyens –à l'OTAN, avec une « coalition des volontaires», ou avec une nouvelle organisation - mais Bush (lui-même un ancien ambassadeur américain à l'ONU) a donné de l'importance au Conseil de sécurité pour la prise de décision.

Je me suis opposé cette décision à l'époque, en y voyant comme le fait de conférer une autorité insolite, qui à long terme survivrait à la crise du Koweït, à une institution moralement décadente et politiquement hostile. En effet, l'action de Bush a eu cet effet - et nous vivons avec les conséquences regrettables aujourd'hui. Les votes du Conseil de sécurité sur l'Irak, la Libye et la Syrie ont eu un impact majeur, permettant un semi despotisme à Moscou et un despotisme total à Pékin pour exercer une influence majeure sur les décisions des Etats démocratiques.

Commentaires:

(1) Une sottise bipartite: un démocrate a fondé l'organisation et un républicain l'a transformée en véritable puissance aujourd'hui.

(2) Contre-histoire: l'invasion de 2003 de l'Irak aurait probablement tourné de manière très différente s'il n'y avait pas eu le Conseil de sécurité.

(3) Un autre Bush: George W. Bush a construit sur l'erreur de son père en mendiant au Conseil de sécurité pour obtenir résolution après résolution sur la question de l'Irak.

(4) La Syrie: Il est particulièrement pénible de regarder le poids du droit de véto des gouvernements russe et chinois contre une résolution demandant au président syrien de quitter ses fonctions. Comment les démocraties peuvent-elles permettre à des dictateurs qui protègent leurs intérêts de contrecarrer leur propre politique?

(5) A l'avenir: sans doute, seul un président américain peut dissoudre le Conseil de sécurité et transférer son autorité à un organisme composé uniquement de gouvernements démocratiquement élus. Les candidats républicains sont bien sur ce point alors que Barack Obama va conférer au Conseil de sécurité encore plus de puissance.

Thèmes connexes: Politique étrangère américaine Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ilhes 16/02/2012 15:41

" (5) A l'avenir: sans doute, seul un président américain peut dissoudre le Conseil de sécurité et transférer son autorité à un organisme composé uniquement de gouvernements démocratiquement
élus.." !!!
Vous délirez M.Pipes ! Vous croyez que les États-Unis sont seuls au monde pour dicter leur loi aux milliards d'êtres humains qui vivent sur notre terre.

C'est la Démocratie en pleine action ! Bravo !

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis