Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 22:58

BANNER-SENTINELLE.jpg

Ce que Obama a fait à Israël

Par Charles Krauthammer,


Washington Post, 27 mai 2011


http://www.washingtonpost.com/opinions/what-obama-did-to

israel/2011/05/26/AGJfYJCH_story.html


Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

Chaque négociation arabo-israélienne contient une asymétrie fondamentale : Israël abandonne de la terre, qui est tangible ; les Arabes font des promesses, qui sont éphémères. La solution américaine de longue date a été cependant de presser Israël de prendre des risques pour la paix alors que l’Amérique équilibrait les choses en donnant des assurances du soutien des USA à la sécurité d’Israël et à ses besoins diplomatiques.

C’est sur la base de telles assurances solennelles qu’Israël a entrepris par exemple, le retrait de Gaza. De façon à atténuer ce risque, le président George W. Bush a donné l’engagement écrit que l’Amérique soutiendrait l’absorption par Israël de blocs d’implantation majeurs dans tout accord de paix, s’opposerait à tout retour aux lignes de1967 et se tiendrait fermement opposé au soi-disant droit de retour palestinien en Israël.

Depuis 2 ans et demi, le gouvernement Obama a refusé de reconnaître et de réaffirmer ces assurances. Puis la semaine dernière, dans son discours au département d’Etat, le président Obama les a définitivement descendues en flammes. Il a déclaré que le conflit arabo-israélien devrait de fait être résolu le long « des lignes de1967 avec des échanges mutuellement agréés ».

Rien de neuf ici, a déclaré Obama, trois jours plus tard. « Par définition, cela signifie que les partie elles-mêmes – Israéliens et Palestiniens – négocieront une frontière qui sera différente de celle de 1967.

Cela ne signifie rien de tel. « Mutuellement » signifie que les deux parties doivent s’entendre. Et si une partie ne le fait pas ? Alors, par définition, vous êtes de retour aux lignes de 1967.

Cela n’est pas simplement une proposition rhétorique. Trois fois, les Palestiniens se sont vus offrir exactement cette formule – lignes de 1967 plus des échanges – à Camp David en 2000, à Taba en 2001, et pendant les négociations de 2008 entre Olmert et Abbas. A chaque fois, les Palestiniens ont dit non, et sont repartis au loin.

Et cela demeure leur position aujourd’hui. Les lignes de 1967. Point final. De fait, en septembre, les Palestiniens vont aller aux Nations Unies pour obtenir que le monde ratifie cela précisément – un Etat palestinien sur les lignes d e 1967. Pas d’échanges.

Remarquez comment Obama a sapé la position de négociations d’Israël. Il exige qu’Israël aille à des pourparlers de paix en ayant déjà renoncé à sa revendication sur le territoire gagné pendant la guerre de 1967 – sa seule pièce de marchandage. Rappelez-vous : que la ligne de 1967 passe droit à travers Jérusalem. Ainsi le point de départ de négociations serait que le Mur Occidental et même le quartier juif de Jerusalem soit palestinien – territoire étranger pour lequel Israël doit maintenant marchander.

L’idée même que le site le plus saint du Judaïsme soit étranger ou que le Quartier juif de Jérusalem est légitimement ou historiquement ou démographiquement arabe est une absurdité. Et l’idée que pour les garder, Israël devrait donner des parts de lui-même est une farce.

Obama n’a pas seulement déplacé les buts sur les frontières. Il l’a aussi fait sur le soi-disant « droit de retour ». Inonder Israël avec de smillions d’Arabes détruirait le seul Etat juif du monde tout en créant le 23èmeEtat arabe et un deuxième Etat palestinien – pas exactement ce que nous signifions quand nous parlons d’une « solution à deux Etats ». C’est pourquoi cela a été la stratégie politique des USA de s’opposer catégoriquement à ce « droit ».

Pourtant, lors de son discours au département d’Etat, Obama a simplement refusé de réaffirmer cette position – et il l’a encore refusé dans un discours supposé correctif trois jours plus tard. Au lieu de cela, il a déclaré qu’Israël doit négocier le droit de retour avec les Palestiniens aprèsavoir donné chaque pouce de territoire. Marchander sur quoi, dites SVP?

Pas de problème. « Le Statu Quo est insoutenable, a déclaré Obama, et Israël doit aussi agir audacieusement pour faire progresser une paix durable ».

Israël aussi ? Quelles mesures audacieuses pour la paix les Palestiniens ont-ils prises exactement ? Israël a fait trois offres de conciliation radicales pour établir un Etat palestinien, il s’est retiré de Gaza et a essayé de renouveler des négociations depuis plus de deux ans. Pendant ce temps, les Palestiniens de Gaza ont tiré des roquettes sur les villes et les villages israéliens. Et sur la Rive Occidentale, le président palestinien Mahmoud Abbas a rejeté l’offre du Premier ministre israélien d’alors, Ehud Olmert, il s’est écarté des négociations avec Benjamin Netanyahou et il défie aujourd’hui les USA en ne recherchant pas des pourparlers de paix, mais un Etat instantané – sans paix, sans reconnaissance d’Israël – aux Nations Unies. Et pour rendre ce refus méprisant de tout processus de paix sans ambiguïté, Abbas donne son accord pour se joindre au Hamas génocidaire dans un gouvernement d’unité, dont même Obama reconnaît qu’il rend toute négociation impossible.

La réponse d’Obama à cette implacable intransigeance palestinienne ? La récompenser – en abandonnant les assurances de Bush, en légitimant les frontières de 1967 et en refusant de réaffirmer le rejet par l’Amérique du « droit au retour ».

La seule question pendante est de savoir si cette stratégie politique perverse et en définitive funeste est née d’une profonde antipathie envers Israël ou de l’arrogance d’un amateur balourd qui refuse de voir qu’il sape non seulement la paix mais la possibilité même de négociations.

letters@charleskrauthammer.com  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis