2 Votes

 


Rio Tinto, géant minier anglo-australien, opère l’une des plus grande mine d’uranium au monde (*) à Rossing en Namibie (Afrique Australe). Particularité notable: l’Iran détient 15% du capital de la mine.  Point délicat: la résolution 1929 du Conseil de Sécurité de l’ONU votée en juin interdit tout investissement iranien dans des mines d’uranium.

Selon Bloomberg, après consultation des gouvernements concernés (australien, britannique, américain et namibien), Rio Tinto  a conclu qu’il n’y avait pas infraction dans la mesure où Téhéran ne dispose  d’aucun droit de préemption sur l’uranium produit et n’accède  pas à des technologies nucléaires par le biais de sa participation dans la mine de Rossing . En outre, le paiement des dividendes aurait  été gelé.

L’Iran détient sa participation dans la mine de Rossing depuis 1975 via la société Iran Foreign Investment Co.  Inquiet de la situation, le président de l’ONG américaine “United Against Nuclear Iran”, ancien ambassadeur US auprès des Nations-Unies, a écrit récemment au président de la société minière Rio Tinto pour indiquer que la présence de l’Iran au capital de la mine d’uranium de Rossing était une violation de la loi américaine.

Les profits de la mine de Rossing sont en effet versés au gouvernement iranien qui poursuit un programme d’armement nucléaire illégal. Le président de l’ONG a appelé la société anglo-australienne Rio Tinto à reconnaître cette menace globale et à cesser sa politique de  profits à court terme. Rio Tinto  a répondu que l’Iran n’avait pas entrepris de nouveaux investissements dans la mine depuis le vote de la résolution. Rossing a vendu l’an dernier 10% de sa production d’uranium à l’Europe. Les plus gros clients de la mine namibienne étant l’Asie (50%) et les USA (30%).

En contrepoint de cette polémique nucléaire,   l’homme d’affaires israélien Lev Leviev développe un projet avant-gardiste de biocarburant dans la Bande de Caprivi (nord-est de la Namibie). 300 000 hectares, soit 3 fois la superficie de Hong-Kong  ont été réservés pour des plantations de Jatropha (en savoir plus ici.). Une première plantation test est en cours, pour ce qui s’annonce comme une révolution verte en Afrique.

(*) La mine à ciel ouvert de Rossing assure 7% de l’approvisionnement mondial en uranium. La Namibie est le quatrième producteur mondial d’uranium après le Kazakhstan, le Canada et l’Australie.



 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

 

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com 

 

 

A lire également sur NANOJV:

La géopolitique de l’Iran et d’Israël se croise en Afrique…

Guerre énergétique: Les (dé)raisons de l’amitié Iran-Zimbabwe

Guerre énergétique.  Israel jette les bases d’un empire vert en Afrique.

Guerre énergétique. Désert du Namib. Un coin d’Afrique branché où le who’s who nucléaire se bouscule pour croquer l’uranium (avec l’histoire rocambolesque du vol d’uranium sur le site de Rossing).