Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 10:28

Des combats féroces à Damas.

 

Les forces du Président Assad affrontent les rebelles dans le quartier d’al-Mezze, tout au long de la nuit. L’opposition rapporte plus de 80 soldats tués et 200 blessés civils.

 

Roi Kais

 

Dernière mise à

 Jour : 19.03.12, 08:41 / Israel News

 

 

 

 

 

Des militants et des témoins syriens racontent, lundi, que les forces de sécurité ont affronté des hommes armés dans un quartier haut-de-gamme de la capitale Damas, qui abrite des ambassades et les résidences de responsables de haut-rang et dignitaires du régime.

 

 

La chaîne de télévision al-Jazeera a cité des sources de l’opposition disant que plus de 80 soldats de l’armée du Président Bachar al Assad ont été tués et plus de 200 civils blessés.

 

 

Des témoins ont attesté de combats d’armes automatiques et à la mitrailleuse lourde, lors d’affrontements prolongés qui se sont achevés aux alentours de 4 heures du matin, heure locale, lundi.

 

 

Les rebelles armés sont actifs dans les banlieues de Damas et ses villes- satellites, mais s’aventurent rarement au cœur même de la Capitale, où les troupes d’Assad sont déployées en force.

 

 

Un militant présent dans la capital a expliqué que l’affrontement avait eu lieu près des bâtiments du Directoire de la Sécurité Politique.

 

 

“Il y a des combats près du supermarché d’Hamada et les détonations d’explosions, ici et là, dans le voisinage. La police politique a bloqué plusieurs côtés des rues et les éclairages des rues ont été coupés », a confié une femme de ménage qui vit dans le quartier.

 

Ces combats dans la capitale interviennent juste après l’explosion d’une voiture piégée, au beau milieu d’une zone résidentielle de la seconde ville syrienne, Alep, dimanche, et alors que des militants font état de lourds affrontements à travers le pays entre les forces du gouvernement et les rebelles qui combattent pour renverser Assad.

 


(Photo: AFP)

 

Alors que des centaines de personnes se sont rassemblées dimanche à Damas pour marquer le deuil des victimes des attentats à la voiture piégée, la veille, des militants racontent que les forces de sécurité ont matraqué et arrêté des gens, lors d’une marche d’environ 200 personnes, lorsque les manifestants ont commencé à crier : « Le peuple veut renverser le régime ».

 

 

Parmi les personnes arrêtées et frappes, se tenait Mohammed Sayyed Rassas, un dirigeant de l’Organisme de Coordination Nationale pour le Changement Démocratique (OCN), un groupe d’opposition qui s’est rendu en Chine et en Russie au cours de tentatives visant à promouvoir le dialogue entre Assad et l’opposition.

 

La plupart des groupes d’opposition ont rejeté la posture insistante de l’OCN sur la non-violence et contre toute intervention étrangère.

 

Les forces de sécurité ont aussi arrêté Farzand Omar, un médecin et homme politique du parti « Construire l’Etat Syrien », alors qu’il arrivait à l’aéroport de Damas, depuis sa ville de résidence d’Alep.

 

Les puissances mondiales se sont montrées impuissantes à arrêter un bain de sang de plus d’un an en Syrie, un pays qui est assis sur la ligne de crête de plusieurs conflits régionaux et à caractère ethnique. Les récentes reconquêtes par l’armée de positions précédemment aux mains des rebelles n’ont pas permis de déceler un quelconque déclin dans le niveau des violence et pas le moindre signe de possible négociation à l’horizon.

 


(Photo: Reuters) 

 

 

Les Nations-Unies ne font que constater que plus de 8600 personnes ont été tuées et que les conditions humanitaires sont déplorables. Le gouvernement affirme, pour sa part, que plus de 2000 membres des forces de sécurité ont été décimés par les rebelles.

 

L’Observatoire syrien des Droits de l’Homme a attesté qu’au moins 19 personnes, dont 4 enfants, ont été tués dans des attaques à la roquette et par des tirs, au cours d’incursions de l’armée et de combats avec les rebelles, à travers tout le pays dimanche.

 

Des combats ont subsisté toute la nuit dans la ville de Deir Ez-Zour, à l’Est, à la suite du bombardement par des tanks d’une cachette de l’Armée Libre Syrienne, le matin, qui a tué au moins 6 rebelles.

 

Les insurgés ont répliqué en attaquant des barrages routiers et des bastions de la sécurité dans divers quartiers de la ville, selon les témoignages d’habitants et de membres de l’opposition.

 

“L’Armée Syrienne Libre a répliqué férocement. Environ 200 rebelles ont pris les rues d’assaut et ont tiré sur les patrouilles de l’armée stationnées aux coins de rue et dans les bâtiments scolaires et gouvernementaux, qui ont été transformés en quartiers généraux des « Shabbiha » (les miliciens alaouites d’Assad) », selon Wae Gaith, un militant de l’opposition.

 

“L’armée a dû battre en retraite des voies de circulation importante, au cours de la nuit », a-t-il ajouté.

 

 

Snipers de l’armée.

 

Une déclaration des rebelles affirme qu’ils ont réussi à tuer le Major Ayhman al-Hamad, une des personnalités-ressources des renseignements de l’Armée de l’air, une division de la police secrète qui est le fer de lance de la répression de la révolte dans la ville.

 

Deir Ez-Zour, qui se situe sur les bords de l’Euphrate, au coeur du désert des tribus sunnites musulmanes syriennes, est la capitale de la province productrice de pétrole, qui porte le même nom. Cette zone borde l’Irak et les tribus des deux côtés de la frontière disposent de relations fortes.

Le soulèvement qui dure depuis plus d’un an a brouillé l’alliance entre les chefs des tribus sunnites et la minorité alaouite dirigeante en Syrie, forgés par le père d’Assad, l’ancien Président Hafez al Assad, qui employait la technique de la carotte et du bâton pour assurer la loyauté de la région.

 

A Raqqa, une autre ville Sunnite pauvre, sur l’Euphrate, les troupes et agents des renseignements militaires se sont déployés et des snipers de l’armée ont pris position sur les toits, après que les forces de sécurité aient tué au moins 20 personnes, au cours des trois derniers jours, selon des militants de l’opposition.

 

La plupart des victimes sont des manifestants tués, alors qu’une foule importante tentait de mettre à terre une grande statue du père d’Assad, au beau milieu de la ville, selon eux, ajoutant que des manifestations sporadiques se poursuivaient à Raqqa, dimanche et qu’on mentionnait des combats entre les déserteurs de l’armée et les troupes fidèles au régime.

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4204644,00.html

 

AP et Reuters ont contribué à ce reportage

 

Adapté par Marc Brzustowski.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis