Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 08:31

 

 

 

 

 

  4662024058684116116no

 

 

L’opposition affirme que Pyongyang envoie des officiers pour aider Assad à Alep. Des rapports indiquent l’augmentation de la participation du Hezbollah dans la guerre en Syrie, y compris que des combattants du groupe terroriste sont à la tête de convois de tanks dans la bataille de Qusayr.  

Roi Kais


 

Publié le : 

03.06.13, 17:43 / Israel News

 

 

 

Une organisation des droits de l’homme de l’opposition syrienne a affirmé, lundi, que des officiers de l’armée nord-coréenne aident les forces de Bachar al Assad à combattre les rebelles à Alep. Selon l’organisation, une poignée de combattants des milices civiles d’Assad a révélé la présence d’officiers nord-coréens dans les zones de guerre.  


Le régime syrien affirme depuis longtemps que, parmi les rebelles qui le combattent à travers toutle pays, il y a beaucoup de combattants étrangers, envoyés par « les ennemis de la Syrie », comme l’Arabie Saoudite, Israël ou les Etats-Unis. Assad ne nie plus que son armée est aidée par des milliers de combattants du Hezbollah, qui assistent l’armée syrienne à repousser les rebelles.  


Cependant, les rapports concernant des officiers nord-coréens sur le champ de bataille restent encore relativement rares. Lors d’une interview au journal Asharq Al-Awsat, le directeur d’un centre syrien pour les droits de l’homme, Rami Abed A-Rachman, a précisé que le nombre d’officiers nord-coréens en Syrie reste inconnu, mais qu’il y a au moins entre 11 à 15 officiers nord-coréens parlant l’arabe à Alep.  


Abed A-Rachman, dont l’organisation diffuse des rapports quotidiens sur les combats en Syrie, depuis que la guerre civile a éclaté, il y a plus de deux ans, a affirmé que « Les officiers Nord-Coréens sont disséminés sur de nombreux fronts, dont des usines de production du Ministère de la Défense syrienne d’Alep, et dans les centres de commandement des forces du régime, à Alep ». Il précise qu’ils ne prennent pas part au combat réel, mais pourtant, qu’ils fournissent un soutien logistique à l’armée d’Assad et batissent des plans opérationnels. « Ils supervisent, également, l’artillerie du régime dans la région », dit-il.


Ce n’est pas la première fois qu’on établit des liens entre le régime d’Assad et le régime nord-coréen, tous deux –avec le régime iranien- ayant été estampillés, par l’ancien Président américain George W. Bush, comme membres de « l’Axe du Mal ». Selon des rapports étrangers, la Corée du Nord a aidé Assad à construire le réacteur nucléaire qu’Israël est supposé avoir détruit, lors d’une frappe aérienne, en septembre 2007.


 Des batailles féroces, menées par les rebelles contre les combattants du Hezbollah et les forces d’Assad, font rage dans la ville stratégiquement importante d’al Qusayr. Des responsables de l’opposition témoignent que les forces d’Assad ont intensifié leurs attaques dans le but de reprendre le contrôle de la ville.


Selon l’opposition, les conditions humanitaires empirent dans la région, alors que le Hezbollah et le régime Assad continuent d’envoyer des renforts.


Les combattants du Hezbollah conduisent des tanks de l’armée syrienne.

Au même moment, il y a eu une nette escalade de la participation du Hezbollah dans la guerre civile en Syrie, puisque les troupes affiliées au groupe terroriste chi’ite opèrent, désormais à bord de tanks fournis par l’armée du régime Assad, durant leurs combats contre les insurgés, près de la ville de Qusayr, détenue par les rebelles, à l’ouest de la Syrie. Des sources arabes confient à Ynet que cela représente un précédent, pour le Hezbollah, alors qu’il poursuit le renforcement de son soutien au tyran syrien assiégé.



4661794099499408258no

Des combattants du Hezbollah à bord d’un tank syrien (Photo: Reuters) 


Des sources rebelles ont affirmé que des milliers (entre 2 et 4.000) combattants du Hezbollah sont en train de se rassembler, depuis dimanche, à l’extérieur d’Alep, ce qui a été confirmé par le Hezbollah lui-même.


“La Bataille d’Alep a débuté à une petite échelle, et nous ne faisons, maintenant, qu’entrer dans la partie, a déclaré, narquois, un supérieur du Hezbollah au Washington Post, en s’exprimant depuis Beyrouth. « Nous pénétrerons jusqu'au coeur de leurs bastions, où ils croient pouvoir se sentir à l’abri. Ils vont commencer à s’effondrer comme un château de cartes ».


Les tensions croissantes entre le Hezbollah et les rebelles tentant de renverser Assad sont saillantes, depuis l’offensive lancée par le régime contre les forces de l’insurrection qui contrôlaient Qusayr. L’implication du Hezbollah dans la bataille pour le contrôle de cette ville stratégique a démontré son rôle grandissant dans le conflit syrien, déclenchant les menaces des rebelles de prendre pour cibles des bases du Hezbollah au Liban.


On cite des sources de l’opposition dans la presse arabe, affirmant avoir observé au moins 15 tanks supplémentaires, dans cette zone, depuis le début de la semaine, en plus de nouvelles livraisons de missiles déployés par l’armée syrienne.


Les tanks conduits par les hommes du Hezbollah n’ont pas encore franchi la frontière vers le Liban. Les combats sont observés à la loupe par Tsahal qui perçoit les environs de Qusayr comme une route essentielle pour le transfert d’armes entre la Syrie et le Liban.


http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4387732,00.html  


Yoav Zitun a contribué à ce reportage.

 

   

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

Les stratèges occidentaux, comme Israéliens, n'ont pas pris la mesure du retournement de situation stratégique qui s'opère, sous leurs yeux, en Syrie. Les atermoiements de l'Administration Obama, qui appelle de ses voeux à un nouveau round du "processus de paix" relèvent de la politique de l'autruche. La guerre ne viendra pas tant des territoires palestiniens que des hauteurs du Golan, lorsqu'Assad et ses supplétifs du Hezbollah, montés sur des chars, auront liquidé les poches de résistance, à l'intérieur de la Syrie. La bataille de Qusayr n'est que l'avant-goût de ce qui attend Homs, Alep et les autres bastions rebelles. Les déchirements entre l'Arabie Saoudite, la Jordanie, d'une part, le Qatar et la Turquie, d'autre part, les uns soutenant l'Armée Syrienne Libre, les autres les Frères Musulmans et le Jabhat al Nusra, ont fait long feu de l'union nécessaire au sein des forces rebelles, sous l'égide de chefs responsables pour l'après-Assad. La Russie a choisi de tenter d'intimider Israël par l'envoi de missiles anti-aériens et anti-marine, la Corée du Nord se joint au Bal des Maudits et Etats-Voyous de toute la planète, pour empêcher tout règlement du conflit et écraser le soulèvement. Les manifestations en Turquie ne sont que le symptôme du début de la fin, pour tout rôle régional turc, donc pour l'OTAN, le symptôme du double-jeu d'Erdogan, sous-traitant des Frères Musulmans pour une Administration américaine déconfite, prête à concéder des"parts de marché" à l'Islam radical, et qui ne sait plus ce que sont ses intérêts au Moyen-Orient. Obama a choisi de ne pas lever le moindre petit doigt pour réhabiliter l'ancienne "hyper-puissance" sous les coups de semonce de tous ses ennemis réunis. La situation en Syrie est l'ultime conséquence du discours du Caire de mai 2009 (rédigé par un conseiller Frère Musulman de l'Administration, le conseiller juridique Rached Hussein ) et de la non-stratégie indéfinie d'accommodement avec le pire. Les Barbares sont aux portes de Jérusalem. Il est minuit moins une. De toute évidence, l'évaluation de Moshé Ya'alon, affirmant que les rebelles tiennent encore 60% du territoire syrien, contre 40% à Bachar, relève de la surestimation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis