Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:25

 

 

1812485 3 9ba0 des-refugies-palestiniens-du-camp-de-yarmouk

Réfugiés palestiniens du Camp de Yarmouk (Syrie). 

 

 

En Syrie, les Palestiniens se font tuer, blesser, déporter.

Les Arabes, les Organisations des Droits de l’Homme, les Médias bayent aux corneilles.

par Khaled Abu Toameh
10 mai 2013 at 5:00 am

Ce ne sont pas seulement les gouvernements Arabes et palestiniens qui ferment les yeux, face aux déplacements de masse des Palestiniens. Les Organisations des Droits de l’Homme et les médias grands publics en Occident ignorent, aussi, la situation particulièrement critique des Palestiniens. Ce n’est, après tout, qu’un problème auquel manque un angle d’attaque anti-israélien.

Plus de 55.000 Palestiniens ont été constraints de fuir la Syrie vers le Liban et la Jordanie, au cours des deux dernières années, selon des statistiques diffusées par l’Agence de Travail et d’Aide des Nations-Unies [UNRWA].

Selon les sources palestiniennes, plus de 2000 Palestiniens ont été tués en Syrie, la plupart au cours des derniers mois, autant par les rebelles que par l’armée syrienne.

La plupart des Palestiniens qui ont fui la Syrie ont trouvé refuge au Liban voisin, où plus de 500. 000 Palestiniens vivent dans plusieurs camps de différentes régions du pays.

Il est important de noter que les Palestiniens au Liban font l’objet de lois d’apartheid [discriminatoires] qui leur interdisent l’accès aux aides à l’emploi, à la santé et aux droits sociaux, ainsi que toute liberté de mouvement.

L’UNRWA estime, à présent, qu’approximativement 235 000 Palestiniens ont été déplacés à l’intérieur même de la Syrie, depuis le début du conflit, il y a deux ans.

Il y a tout juste deux ans, quelques 6.000 Palestiniens ont été expulses de leurs maisons, à Ein al-Tal, un camp de réfugiés près d’Alep, au nord de la Syrie.

Cela n’était pas le seul ni le dernier camp dirigé par l’UNRWA en Syrie, à être la cible, aussi bien de l’opposition que des forces fidèles au Président Bachar al Assad.

“Ein al-Tal n’est que le dernier lieu de manifestation d’un cycle de violence catastrophique, où la conduite de toutes les parties a transformé les camps de réfugiés en théâtres de conflits, où il est fait usage d’armes lourdes, ayant pour conséquence de graves souffrances infligées aux civils palestiniens »., a affirmé l’UNRWA dans une déclaration. « Les réfugiés palestiniens en Syrie se font tuer, blesser et déporter en plus grand nombre que jamais auparavant ».

Et qu’ont fait les deux gouvernements palestiniens – le Hamas, dans la Bande de Gaza et l’Autorité Palestinienne en Cisjordanie- pour aider ces Palestiniens déplacés ? Presque rien, selon les familles déportées.

Qu’ont fait les pays arabes pour aider les Palestiniens fuyant la Syrie? Presque rien.

Pas plus ces différents gouvernements palestiniens que ceux des pays arabes n’ont même soulevé la question d’une session d’urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU, afin de discuter de la nouvelle tragédie palestinienne.

Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas est trop occupé à faire le toyr du monde et à se battre contre son Premier Ministre, Salam Fayyad.

Le gouvernement du Hamas est trop occupé à inciter les Palestiniens et à se préparer pour la nouvelle vague d’attentats terroristes contre Israël.

Tout comme les pays arabes, qu’en auraient-ils à faire des Palestiniens, quand des centaines de Syriens sont tués chaque jour et que personne, dans le monde arabe, ne semble en avoir cure ?

Ce n’est un secret pour personne que la plupart des gouvernements arabes méprisent les Palestiniens et continuent de les traiter comme des résidents de troisième catégorie et une menace potentielle pour la sécurité nationale des Arabes.

Les ministres des affaires étrangères de la Ligue Arabe, qui ont, récemment, rencontré le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, à Washington ne se sont même pas tracassés de soulever le problème des centaines de milliers de Palestiniens qu’on a forcé à quitter leur maison, en Syrie.

Pour tous ces ministres, autant que pour l’Autorité Palestinienne et le Hamas, un aménagement dans une implantation israélienne de la Bande Occidentale de Judée-Samarie/Cisjordanie est infiniment plus urgent que la vie de milliers de Palestiniens et de Syriens.

Mais, ce ne sont pas seulement les gouvernements Arabes et palestiniens qui ferment les yeux, face aux déplacements de masse des Palestiniens. Les Organisations des Droits de l’Homme et les médias grands publics en Occident ignorent, aussi, la situation particulièrement critique des Palestiniens. Ce n’est, après tout, qu’un problème auquel manque un angle d’attaque anti-israélien.


 

Syrie: 100.000 Palestiniens quittent le camp de Yarmouk (19/12/2012)

http://www.gatestoneinstitute.org/3706/palestinians-syria-killed-injured-displaced

Adaptation : Marc Brzustowski. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis