Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:12

 

Nathalie Rheims

Le Point.fr - Publié le 23/05/2013 à 16:16

Ils inspirent crainte et terreur, mais leur puissance et leurs ramifications restent largement inconnues. Un reportage lève le voile sur les Frères musulmans.

Le président égyptien Mohamed Morsi, son vice-président (à gauche), son Premier ministre et le grand cheikh d'al-Azhar (à droite), en août 2012.Le président égyptien Mohamed Morsi, son vice-président (à gauche), son Premier ministre et le grand cheikh d'al-Azhar (à droite), en août 2012. © Egyptian Presidency / Sipa

 

Par 

Dans le cadre d'une soirée consacrée aux révolutions du monde arabe, France 3 diffusait hier, 22 mai, un document réalisé par Michaël Prazan présentant une remarquable enquête sur les Frères musulmans. On connaît mal cette "confrérie" ayant accédé au pouvoir dans certains pays ou en train d'y parvenir, dans la dynamique du Printemps arabe et des élections qui l'ont suivi. Les journalistes ont réussi à obtenir des entretiens avec des personnalités majeures de ce mouvement, tenant des discours souvent très différents mais dont se dégage un fil rouge tout à fait passionnant.

Créée en 1928, après l'effondrement de l'Empire ottoman, cette confrérie souhaite un retour au fondamentalisme religieux et une lutte contre l'occupation occidentale, rejetant le modèle diffusé par les puissances coloniales. Les révolutions arabes ont fait ressurgir le rêve, dont était porteuse son idéologie, d'un nouveau califat islamique. En remontant ainsi aux origines de cette démarche, ce document permet de comprendre comment elle a réussi à tirer profit du vent de liberté qui a soufflé sur ces pays après la chute des chefs de gouvernements totalitaires, Ben Ali, Moubarak et Kadhafi, dont les Frères musulmans furent les victimes, souvent pourchassés et persécutés par leurs régimes.

Implantés dans 80 pays !

Au moment du tournant que représente l'accession au pouvoir de Nasser en Égypte, berceau de la confrérie, s'appuyant sur eux pour ensuite les réprimer, après, il est vrai, un attentat contre lui dont il les soupçonne d'être les commanditaires, on assiste à une certaine radicalisation de penseurs comme Sayyid Qubt, qui propose une interprétation des textes sacrés légitimant le djihad.

Quatre-vingt-cinq ans après sa fondation, la confrérie est implantée dans 80 pays, son expansion ne s'explique pas uniquement par la question palestinienne qui permet surtout de désigner Israël comme l'obstacle au rétablissement d'un vaste califat islamique. Ce conflit israélo-palestinien devient la clef de voûte de cette construction. Pour avoir signé un traité de paix, Anouar el-Sadate en subira les conséquences, assassiné par une mouvance salafiste dont le chef, al-Zawahiri, deviendra numéro un d'al-Qaida à la mort de Ben Laden.

Mais, derrière la complexité des divers courants, on devine la cohérence idéologique qui repose sur une conception unique et absolue de la loi, la loi sacrée,celle de Dieu. C'est elle qui fonde la pratique de la solidarité, permettant l'intervention sociale auprès d'un peuple vivant dans la misère. C'est donc elle qui est à la source de la popularité du mouvement qui lui permet de jouer le jeu de la démocratie et souvent de l'emporter. C'est aussi cette loi qui justifie, tant qu'elle ne sera pas appliquée, que l'on combatte pour son avènement. Si l'on entre dans cette logique, il n'y a pas de limite à ce combat et, pour certains, seul un califat mondial a un sens.

Le rôle important joué par des puissances financières et spirituelles, comme l'Arabie saoudite ou le Qatar, est également esquissé dans cette passionnante enquête. Au terme de ce documentaire particulièrement pédagogique, Michaël Prazan fait part de son inquiétude et s'interroge : la confrérie, portée par son succès humanitaire, va-t-elle choisir la voie démocratique, renonçant à son rêve d'État islamique mondial ? Ou bien...?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis