Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 10:37

TSAHAL EXCLUSIF : Les femmes israéliennes dans l’armée. Interview du général Gila Kalifi-Amir, conseillère de l’état-major pour les Affaires féminines.

www.israelvalley.com


Mar 201131

Par Maxime Perez, à Tel Aviv
Rubrique: Tsahal
Publié le 31 mars 2011

 

Gila Kalifi-Amir Depuis juillet 2009, le général Gila Kalifi-Amir occupe la fonction de conseillère de l’état-major de Tsahal pour les Affaires féminines (« Yo’alan »). Le bureau qu’elle dirige remplace le corps féminin de l’armée israélienne, qui exista de 1949 à 2001. Gila Kalifi-Amir, 47 ans, revient sur la situation des jeunes israéliennes dans l’armée.

ISRAELVALLEY: En quoi la problématique des femmes servant dans Tsahal est-elle si importante ?

Gila Kalifi-Amir : Cette question est d’abord importante pour la société israélienne. L’armée occupe une place prépondérante dans notre pays et sait à quel point son rôle est fondamental, notamment sur le plan de l’égalité des chances. Ce principe, dès lors qu’il est appliqué dans l’armée, a un impact direct pour toute la société israélienne. C’est pour cette raison que Tsahal a aussi le devoir d’être à la pointe de la lutte contre la discrimination féminine. Ces préoccupations sont essentielles car ici en Israël, le service militaire est obligatoire, tant pour les hommes que pour les femmes. Si les femmes ne sont pas bien accueillies dans les différents corps où elles servent, cela affecte durablement leur motivation. Et par là même Tsahal, puisque 33% de l’armée israélienne se compose de recrues féminines.

Quelle a été l’évolution récente des jeunes israéliennes dans l’armée ?

Depuis 2000, grâce à la modification de la Loi sur la défense nationale, la condition des femmes israéliennes dans l’armée s’est nettement améliorée. Aujourd’hui, les femmes ont accès à de très nombreuses fonctions et unités qui, pendant longtemps, leur ont été fermées. Il y a un an et demi, un palier supplémentaire a été franchi avec l’adoption d’une méthode intitulée Gender Mainstreaming (« approche intégrée de l’égalité », en français). Nous l’avons tirée de l’Union européenne et de plusieurs armées étrangères, en tenant compte de nos besoins propres, lié à notre situation sécuritaire. Le Gender Mainstreaming est une stratégie qui intègre l’idée que chaque homme et femme présente des aptitudes différentes. Tsahal, comme du reste beaucoup d’autres armées, a été bâti selon des critères masculins. Nous avons donc entamé un remodelage de certaines fonctions au sein de l’armée qui permettent une meilleure intégration des femmes et qui sont également profitables aux hommes.

Gila Kalifi-Amir, devant la Kyria à Tel Aviv

Comment s’articule votre mission ?

Mon rôle est avant tout celui d’une conseillère. Je suis rattaché à l’état-major de Tsahal, ce qui me permet d’avoir des échanges constants avec l’échelon politique et militaire. Il n’y a aucune structure exécutive et mon rôle se limite à la mise en place de politiques concernant les femmes dans l’armée, notamment en vue de favoriser l’égalité des chances. Dans mon service, nous observons de près toute évolution au sein de Tsahal, et veillons à ce qu’aucune mesure discriminatoire ne puisse toucher les soldates. Pour celles qui sont déployées sur le terrain, nous transmettons des consignes aux commandants. Nous leur faisons parvenir également des brochures afin qu’elles aient une adresse où se tourner en cas de problème. Notre but est de faciliter leur tâche au quotidien. C’est l’objet du Gender Mainstreaming que je viens d’évoquer avec vous.

Pouvez-vous donner quelques exemples concrets ?

Prenons le système d’arme télécommandé à distance « Vise et tire » (déployé autour de la bande de Gaza, NDLR). Le joystick relié au système est conçu pour une main d’homme alors que ce type de mitrailleuse automatique est géré depuis une salle de contrôle par des femmes. Dans l’armée de l’air, les équipements et munitions d’un chasseur F-16 sont particulièrement lourds. Il y a pourtant des techniciennes en charge de l’entretien ou du ravitaillement de ces avions. Par exemple, l’échelle qui permet d’accéder au cockpit pèse 32 kilos, tandis qu’une caisse de munitions atteint en moyenne 28 kilos. Dans ce cas précis, nous avons demandé des échelles en aluminium, plus légères, et des caissons à roulettes pour transporter les munitions. Voilà qui permet aux jeunes soldates de travailler sans fournir d’efforts physiques disproportionnés. Je peux également citer les bottes pour les combattantes, plus souples et plus légères que celles portées par les hommes.

Quelles sont les femmes qui ne servent pas dans l’armée israélienne ?

En principe, les femmes mariées ou avec des enfants sont exemptées de service militaire, de même que celles se définissant comme traditionalistes, c’est-à-dire qu’elles respectent la loi juive. Elles sont issues pour la plupart du courant orthodoxe. Je peux rajouter que d’après nos estimations, 8% des jeunes appelées utilisent ce type d’argument “religieux” pour échapper au service militaire.

Etes-vous en faveur d’une évolution du service militaire en Israël ?

Je considère qu’il faut encore modifier la Loi sur la défense nationale. Il ne s’agit pas uniquement des femmes, mais de savoir quel type d’armée nous voulons être dans dix ans, et par extension, quel modèle de société nous voulons reproduire. Aujourd’hui, Tsahal se revendique comme une armée du peuple. Pourtant, 28% des jeunes israéliens échappent aujourd’hui à l’armée et ne servent donc pas leur pays. Le défi est majeur et nécessite une réponse urgente. Il nous faut réaffirmer nos valeurs, Israël n’est pas un pays comme les autres.

Propos recueillis par Maxime Perez

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis