Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 21:38

 

 

Alors qu'Obama a adressé ses voeux de "bonne année" aux dirigeants iraniens, souvenons-nous du discours de Bush à la Knesset et souhaitons que l'actuel Président en conserve une copie sur le Bureau ovale.

 

 

George W., reviens, ils sont devenus fous !

Traduction de Gilles Raphel

Pour aschkel.info et lessakele.

Texte préparatoire à l’allocution du Président Bush prononcée le 15 mai 2008 devant la Knesset lors du 60ème anniversaire d’Israël.

(Source : Maison Blanche, Bureau du Secrétaire de presse)

 

bush.png

                                      

Shalom,


Laura et moi sommes ravis d'être de retour en Israël. Nous avons été profondément émus par les célébrations de ces deux derniers jours. Et cet après-midi, j'ai l'honneur de paraître debout devant l’une des plus grandes  assemblées démocratiques du monde et d’exprimer la volonté du peuple américain.


C'est un rare privilège pour un président américain de faire face à la Knesset. Bien que le Premier ministre m'a dit qu'il existait quelque chose d'encore plus rare – le fait d'avoir une seule personne parlant à la fois dans cette enceinte. Mon seul regret est que l'un des plus grands dirigeants d'Israël ne soit pas là pour partager ce moment. Il est un soldat de légende, un homme de paix, et un ami cher. Les prières de tous les Américains vont à Ariel Sharon.

Nous sommes réunis pour marquer un évènement mémorable. Il y a soixante ans à Tel-Aviv, David Ben - Gourion proclamait l'indépendance d'Israël  fondée sur le "droit naturel du peuple juif à être maître de son propre destin ". Ce qui s’ensuivit fut plus que la mise en place d'un nouveau pays. Ce fut le rachat d'une ancienne promesse faite à Abraham, Moïse et David - une patrie pour le peuple élu en Eretz Israël.


Onze minutes plus tard, sur ordre du Président Harry Truman, les États-Unis ont été fiers d'être le premier pays à reconnaître l'indépendance d'Israël. Et à l’occasion de cet anniversaire historique, l'Amérique est fière d'être le plus proche allié d'Israël et son meilleur ami dans le monde.


L'alliance entre nos gouvernements est inaltérable, mais la source de notre amitié est plus profonde que n’importe quel traité. Elle repose sur la volonté commune de nos peuples, les liens du Livre, les liens de l'âme. Lorsque William Bradford est descendu du Mayflower en 1620, il a cité les paroles de Jérémie : « Que soit accomplie à Sion la Parole de Dieu. » Les fondateurs de mon pays y ont vu une nouvelle terre promise et ont donné à leurs villes des noms tels que Bethléem et Nouvelle Canaan. Et depuis lors, de nombreux Américains sont devenus les défenseurs passionnés de l’Etat Juif.


Des siècles de souffrances et de sacrifices devaient s'écouler avant que ce rêve ne soit accompli. Le peuple Juif a enduré les meurtres des pogroms, la tragédie de la Grande Guerre, et l'horreur de l'Holocauste - ce que Elie Wiesel a appelé « le royaume de la nuit. » Des hommes sans conscience ont emporté des vies et ont détruit des familles. Pourtant, ils n’ont pas pu détruire l'esprit du peuple Juif et ils n'ont pas pu briser la promesse de Dieu. Quand la nouvelle d’un Israël libre est enfin arrivée, Golda Meir, une femme courageuse qui a grandi dans le Wisconsin, n’a pu retenir ses larmes. Plus tard, elle a déclaré : « Depuis deux mille ans, nous avons attendu notre délivrance. Maintenant qu'elle est arrivée, l’évènement est si grand et si merveilleux qu’il dépasse la parole des hommes. »


La joie de l'indépendance a été amoindrie par le déclenchement de la guerre, une lutte qui se poursuit depuis six décennies. Pourtant, en dépit de la violence, au mépris des menaces, Israël a construit une démocratie prospère au cœur de la Terre Sainte. Vous avez accueilli des immigrants venus des quatre coins du monde. Vous avez forgé une société libre et moderne fondée sur un amour de la liberté, une passion pour la justice et le respect de la dignité humaine. Vous avez travaillé sans relâche pour la paix. Et vous avez combattu vaillamment pour la liberté.


L'admiration de mon pays pour Israël ne s'arrête pas là. Quand nous, les Américains, regardons Israël, nous y voyons un esprit de pionnier qui a permis un miracle agricole et mène maintenant une révolution high-tech. Nous y voyons des universités de classe mondiale et un chef de file international dans le monde des affaires, de l'innovation et des arts. Et enfin, nous y voyons une ressource plus précieuse que le pétrole ou l'or - le talent et la détermination d'un peuple libre qui refuse de se laisser arrêter par tout obstacle dressé sur la voie de son destin.


J'ai eu la chance d’observer le caractère d'Israël de près. J'ai touché le Mur Occidental, vu le soleil se refléter sur la mer de Galilée, et ai prié à Yad Vashem. Plus tôt aujourd'hui, j'ai visité Massada, un monument qui évoque le courage et le sacrifice. Sur ce site historique, les soldats israéliens prêtent serment : « Massada ne tombera pas une nouvelle fois. » [NDLT :  מצדה לא תיפול שוב Matzada lo tipol shouv]. Peuple d'Israël : Massada ne tombera pas une nouvelle fois, et l'Amérique sera toujours avec vous.


Cet anniversaire est l'occasion de réfléchir sur le passé. Il est aussi l’occasion de regarder vers l'avenir. Progressant ensemble, notre alliance sera guidée par des principes clairs - convictions partagées, ancrées dans la clarté morale et non influencées par des sondages de popularité ou l’évolution des opinions des élites internationales.


Nous croyons en la valeur incomparable de chaque homme, femme et enfant. Ainsi, nous insistons pour que le peuple d'Israël ait le droit à une vie décente, normale et paisible, tout comme les citoyens de toutes les autres nations.


Nous pensons que la démocratie est le seul moyen de garantir les droits de l'homme. Donc, nous considérons qu'il est honteux que l’Organisation des Nations Unies vote plus souvent des résolutions sur les droits de l’homme contre la démocratie la plus libre du Moyen-Orient que contre toute autre nation dans le monde.


Nous croyons que la liberté religieuse est fondamentale pour une société civilisée. Donc, nous condamnons l'antisémitisme sous toutes ses formes - qu'il s'agisse de ceux qui mettent ouvertement en question le droit d'Israël à exister, ou de ceux qui, discrètement, les excusent.


Nous estimons que les peuples libres devraient lutter et se consacrer à la paix. Aussi, nous saluons les choix que les courageux dirigeants d'Israël ont faits. Nous croyons également que les nations ont le droit de se défendre et qu'aucune nation ne devrait jamais être forcée à négocier avec les tueurs qui œuvrent à sa destruction.


Nous estimons que le fait de prendre des vies innocentes pour atteindre des objectifs politiques est inacceptable, toujours et partout. Donc, nous sommes unis contre le terrorisme et l'extrémisme, aussi, nous ne baisserons la garde ni n’abandonnerons notre détermination.


La lutte contre le terrorisme et l'extrémisme est le plus grand défi de notre époque. C’est plus qu'un choc des armes. Il s'agit d'un choc des visions, d’une vaste lutte idéologique. D'un côté, ceux qui défendent les idéaux de justice et de dignité avec la puissance de la raison et la vérité. De l'autre côté sont ceux qui poursuivent une vision étroite de la cruauté et de la domination en assassinant, en répandant la peur, et en propageant des mensonges.


Cette guerre est menée avec la technologie du 21ème siècle, mais à sa base, il s’agit du combat antique entre le bien et le mal. Les tueurs revendiquent l’esprit de l'Islam mais ils ne sont pas croyants. Celui qui prie le Dieu d'Abraham ne pourrait attacher une ceinture d'explosifs à un enfant innocent, ou massacrer des convives innocents lors d’un Seder de Pessa’h, ou lancer des avions dans des immeubles de bureaux remplis de travailleurs sans méfiance. En vérité, les hommes qui accomplissent ces actes barbares n’ont pas d’autres d'objectifs que leur propre désir de pouvoir. Ils n’acceptent aucun Dieu supérieur à eux-mêmes. Et ils nourrissent une haine particulière à l’endroit des plus ardents défenseurs de la liberté que sont les Américains et les Israéliens.


C'est pourquoi la charte fondatrice du Hamas appelle à l'élimination d'Israël. C'est pourquoi les adeptes du Hezbollah chantent « Mort à Israël ! Mort à l'Amérique ! » C'est pourquoi Oussama ben Laden enseigne que «l'assassinat des Juifs et des Américains est l'un des plus grands devoirs. » Et c'est pourquoi le président de l'Iran rêve de ramener le Moyen-Orient au Moyen-âge et appelle à ce qu'Israël soit rayé de la carte.


Il y a des gens bons et honnêtes qui ne prennent pas la mesure des ténèbres de ces hommes et tentent de justifier leurs paroles. Ceci est naturel mais leur attitude est totalement erronée. En tant que témoins du mal des temps passés, nous portons la solennelle responsabilité de prendre ces paroles au sérieux. Juifs et Américains ont connu les conséquences de négliger les déclarations des dirigeants qui répandent la haine. Et c'est une erreur que le monde ne doit pas répéter au 21èmesiècle.


Certains semblent penser que nous devrions négocier avec les terroristes et les radicaux, comme si quelque argument ingénieux parviendrait à les persuader qu'ils ont tort depuis le début. Nous avons déjà entendu cette folie auparavant. Pendant que les chars nazis entraient en Pologne en 1939, un sénateur américain a déclaré : « Seigneur, si seulement j'avais pu parler à Hitler, tout cela aurait pu être évité. » Nous avons l'obligation de dire à quoi cela correspond : au faux confort de l'apaisement, qui a été maintes fois discrédité par l'histoire.


Certaines personnes suggèrent que si les Etats-Unis rompaient les liens avec Israël, tous nos problèmes au Moyen-Orient s'en iraient. Cet argument usé est pris dans la propagande de nos ennemis, et l'Amérique le rejette absolument. La population d'Israël s’élève peut-être à un peu plus de 7 millions de personnes. Mais quand vous devez faire face à la terreur et au mal, vous êtes 307 millions de fois plus forts  car l'Amérique est à vos côtés.


L'Amérique est à vos côtés pour briser les réseaux terroristes et éliminer les sanctuaires des extrémistes. Et l'Amérique est avec vous fermement opposée aux ambitions nucléaires de l’Iran. Permettre au principal commanditaire de la terreur dans le monde de posséder l'arme la plus mortelle de la planète serait une trahison impardonnable à l’encontre des générations futures. Dans un souci de paix, le monde ne doit pas permettre à l'Iran de posséder l’arme nucléaire.


En fin de compte, pour l'emporter dans cette lutte, nous devons offrir une alternative à l'idéologie des extrémistes en élargissant notre vision de justice et de tolérance, de liberté et d'espoir. Ces valeurs représentent le droit évident de tous les peuples, de toutes les religions, dans le monde entier parce qu'elles sont un don de Dieu Tout-Puissant. Garantir ces droits est aussi le plus sûr moyen de garantir la paix. Les dirigeants qui sont responsables devant leur peuple ne recherchent pas l'affrontement sans fin ni les effusions de sang. Les jeunes qui possèdent une place dans leur société et qui peuvent s’exprimer sur leur avenir sont moins susceptibles de rechercher un sens dans le radicalisme. Et les sociétés où les citoyens peuvent exprimer leur conscience et leur culte, et prier leur Dieu, ne recourront pas à  la violence, elles seront des partenaires pour la paix.


La leçon fondamentale du 20ème siècle est que la liberté apporte la paix. Désormais, notre tâche consiste à appliquer cela pour le 21ème siècle. Nulle part cette entreprise est plus urgente qu'ici au Moyen-Orient. Nous devons être avec les réformateurs qui œuvrent à briser les vieux schémas de la tyrannie et du désespoir. Nous devons donner une voix aux millions de gens ordinaires qui rêvent d'une vie meilleure dans la liberté. Nous devons affronter le relativisme moral qui considère que toutes les formes de gouvernement sont toutes aussi acceptables et qui, de ce fait,  condamne des sociétés entières à l'esclavage. Surtout, nous devons avoir foi en nos valeurs et en nous-mêmes et conserver toute confiance afin de poursuivre l'expansion de la liberté qui ouvre la voie à un avenir pacifique.


Cet avenir transformera spectaculairement le Moyen-Orient d'aujourd'hui. Alors que nous célébrons les 60 ans de la fondation d'Israël, nous imaginons déjà la région dans 60 ans. Cette vision ne réalisera pas facilement ni en une nuit, et elle rencontrera une violente résistance de la part de nos ennemis. Mais si nous-mêmes, les futurs Présidents et les futurs élus de la Knesset poursuivent notre détermination et notre foi en nos idéaux, voici le Moyen-Orient tel que nous pourrons le voir :


Israël célébrera son 120ème anniversaire en tant que l'une des grandes démocraties du monde, une patrie sûre et prospère pour le peuple juif. Le peuple palestinien aura la patrie dont il a longtemps rêvé et méritée - un Etat démocratique régi par la loi, respectant les droits de l'homme et rejette le terrorisme. Du Caire à Riyad et de Bagdad à Beyrouth, les gens vivront dans des sociétés libres et ouvertes, où un désir de paix sera renforcé par des liens de la diplomatie, du tourisme et du commerce. L'Iran et la Syrie seront des nations pacifiques, où l'oppression d'aujourd'hui n’est plus qu'un lointain souvenir et les gens y seront libres de s'exprimer et de développer leurs talents. Et Al-Qaïda, le Hezbollah et le Hamas seront vaincus, les musulmans de la région ayant reconnu la vacuité de la vision des terroristes et l'injustice de leur cause.


Globalement, le Moyen-Orient sera caractérisé par une nouvelle période d'intégration et de tolérance. Cela ne signifie pas qu'Israël et ses voisins seront les meilleurs amis du monde. Mais lorsque les dirigeants de la région répondront aux désirs de leur peuple, ils  concentreront leurs énergies sur le développement des écoles et de l’emploi, non pas sur les attaques à la roquette ou les attentats suicides. Dans cette évolution, Israël ouvrira un chapitre nouveau de son histoire avec l’espoir que son peuple puisse vivre une vie normale, et que le rêve de Herzl et des fondateurs de 1948 puisse être pleinement et finalement réalisé.


Il s'agit d'une vision audacieuse, et certains diront qu'elle ne se concrétisera jamais. Mais pensez à ce que nous avons déjà vécu. Quand l'Europe a été elle-même détruite par la guerre totale et le génocide il était difficile d'imaginer que le continent, six ans plus tard, serait libre et en paix. Lorsque les pilotes Japonais lançaient des missions suicides contre les cuirassés américains, il semblait impossible que six décennies plus tard le Japon soit une démocratie, une clé de voûte de la sécurité en Asie, et l'un des plus proches amis de l'Amérique. Et quand les vagues de réfugiés sont arrivées ici dans le désert, démunies, encerclées par des armées hostiles, il était presque inimaginable qu’Israël puisse devenir l’une des nations les plus libres et plus prospères du monde.


Pourtant, chacune de ces transformations ont eu lieu. Et cette transformation future est aussi possible au Moyen-Orient, aussi longtemps que la nouvelle génération de dirigeants conservera le courage de vaincre les ennemis de la liberté,  fera les difficiles choix nécessaires à la paix et restera ferme sur le roc inébranlable des valeurs universelles.


Il y a soixante ans, à la veille de l'indépendance d'Israël, les derniers soldats britanniques sur le départ se sont arrêtés à Jérusalem devant un bâtiment dans le quartier juif de la Vieille Ville. Un officier a frappé à la porte afin de rencontrer le Grand Rabbin. L'officier lui a présenté une courte tige de fer - la clé de la porte de Sion - et a dit que c'était la première fois en 18 siècles que la clé de la porte de Jérusalem appartenait à un Juif. Les mains tremblantes, le rabbin a offert une prière d'action de grâce à Dieu, «  Qui nous avait accordé la vie et nous a permis d’atteindre ce jour. » Puis il s’est tourné vers l'officier, et a prononcé des mots que les Juifs n’avaient attendu depuis si longtemps : «J'accepte cette clé au nom de mon Peuple. »


Tout au long de ces six dernières décennies, le peuple Juif a créé un Etat qui rendrait fier l’humble rabbin. Vous avez développé une société moderne sur la Terre Promise, une lumière pour les nations qui préserve l'héritage d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Et vous avez construit une démocratie puissante qui durera à jamais et qui pourra toujours compter sur l'Amérique à ses côtés.

Que Dieu bénisse Israël.

Partager cet article
Repost0

commentaires

gerard.David 04/09/2010 22:21


Oui bientôt la paix règnera au moyen-orient, et tous les états, démograthique, ou règne la vie, seront heureux de vivrent en paix avec tous ces voisins.Finis les meurtres, les attentats, les
tueries de civils, tous vivent avec amour et joie de vivre. Oui, pourquoi pas, jusqu'a quand les gens vont-ils se battrent et se tuer?? Celà suffit, humains du monde, vivez en paix.Amen


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis