Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 23:40

 

 

Guerre urbaine : le nouveau conflit
Par YAAKOV KATZ 
31.05.10

 

 


http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1272465575862&pagename=JFrench/JPArticle/ShowFull

 

Cette dernière année a été particulière pour Tsahal. Un simple tour d'horizon des frontières israéliennes prouve à quel point la situation actuelle est tendue : le Hamas s'arme à un rythme sans précédent dans la bande de Gaza, le Hezbollah en fait de même au Liban et la Syrie entraîne ses forces armées dans l'éventualité d'un futur conflit. L'événement déclencheur de cette future guerre reste encore incertain. Parmi les possibilités envisagées : une frappe aérienne israélienne sur les infrastructures nucléaires iraniennes, ce qui déboucherait sans aucun doute sur un conflit avec le Hezbollah, le Hamas et même la Syrie.

Les forces terrestres israéliennes s’adaptent à la nature des prochains conflits qui les attendent : la guerre urbaine. 
PHOTO: ARIEL JEROZOLIMSKI , JPOST

Autre hypothèse : que le Hezbollah parvienne - après bon nombre de tentatives vaines - à se venger de l'assassinat de son commandant militaire, Imad Moughniyeh, attribué à l'Etat hébreu. Si le groupe devait faire exploser un avion El Al ou une ambassade, Israël se sentirait dans l'obligation de riposter. Une guerre pourrait également éclater si Israël décidait d'attaquer un convoi syrien d'armement destiné à la milice chiite. Une éventualité qui n'est pas complètement irréaliste puisque Damas a récemment été accusée de transférer un certain nombre de missiles Scud et M-600 au Hezbollah. De fabrication syrienne, le missile M-600 a une portée de 250 km et une ogive de 500 kg. Il est également équipé d'un système de guidage très sophistiqué.

Quoi qu'il en soit, un dénominateur commun unit ces trois fronts, à savoir : leur processus d'urbanisation. Dans le cas de la Syrie, par exemple, Damas vient d'effectuer de récents investissements dans ses commandos d'élite, ses missiles antichars, ses capacités de déploiement rapide et la construction de plusieurs villes fantômes le long de sa frontière avec l'Etat hébreu. Le tout, destiné à piéger les soldats de Tsahal.

Le Hezbollah a eu la même initiative. Lors de la seconde guerre du Liban, l'armée israélienne s'était trouvée confrontée à des ennemis dissimulés à la fois dans les infrastructures civiles et dans les dites "réserves naturelles" - des zones forestières où le groupe creusait des bunkers et tirait des roquettes Katiyousha.

Une nouvelle "boussole" pour les forces terrestres

Selon les dernières estimations israéliennes des services de renseignements, la situation aurait aujourd'hui empiré. Le Hezbollah est presque entièrement posté dans les villes et les villages du Liban. Par conséquent, si un prochain conflit devait éclater, il ne se déroulerait pas dans les hauteurs de l'arrière-pays libanais, mais dans les rues de Bint Jbail, Maron a-Ras ou Hirbet Selm.

Idem en ce qui concerne le Hamas : après l'opération Plomb durci, le groupe terroriste a entrepris une enquête interne approfondie, sous l'égide iranienne, et a décidé de renforcer sa présence dans les infrastructures civiles. Ainsi, si le mouvement de résistance islamique avait pu se cacher dans une dizaine de ces infrastructures durant l'hiver 2008-2009, ce nombre risque bien de se voir multiplier par deux en cas d'un prochain conflit armé.

Un homme est chargé de préparer les soldats israéliens à la guerre urbaine qui les attend : Sami Turgeman, le commandant des forces terrestres. Dès la fin de la seconde guerre du Liban, Tsahal avait déjà mis en place une nouvelle doctrine spécialement conçue pour ses forces d'infanterie. Processus qui a seulement pris fin il y a six mois, avec la validation de l'état-major.

Actuellement, la marine et l'armée de l'air sont en train de modifier leurs propres doctrines. Rédigé par plusieurs officiers, sous la houlette de l'un des adjoints de Turgeman, Ilan Peretz, le document servira de référence à l'armée de terre sur la manière de préparer l'infanterie, les troupes blindées, l'ingénierie de combat et les forces d'artillerie. Objectif : préparer toutes ces unités à affronter une prochaine guerre, qu'elle soit de nature conventionnelle ou non. "Ce document est notre boussole", explique un officier. "Nous avons analysé ce qui risque de caractériser le prochain conflit et ce à quoi nous devons obligatoirement nous préparer."
La guerre urbaine, par exemple, se distingue par deux difficultés majeures : d'abord, l'environnement permet plus facilement à l'ennemi de dissimuler sa position et son arsenal.

Par ailleurs, il est très difficile pour une armée conventionnelle de distinguer avec certitude les civils, des combattants - généralement habillés en civils. Par conséquent, l'entraînement à la guerre urbaine est désormais une obligation pour les forces terrestres israéliennes. "Nous ne nous entraînons pas pour des opérations spécifiques, mais nous donnons les bons outils aux soldats quelle que soit la mission qui leur est confiée", ajoute un responsable militaire.

"Avec cela, nous avons également dû augmenter le nombre de centres d'entraînement de ce type." Il existe aujourd'hui environ 20 centres de ce genre en Israël - le plus grand étant celui de Tzeelim, dans le Néguev. Et Tsahal prévoit d'en multiplier le nombre par deux d'ici l'année prochaine. L'armée a également entrepris la construction d'un village d'entraînement dans le Néguev, conçu à l'image de zones urbaines de la bande de Gaza et du Sud-Liban, où, selon Tsahal, le Hamas et le Hezbollah ont piégé des maisons et creusé des tunnels sur des dizaines de kilomètres.

Une autre initiative consisterait à former de nouvelles brigades regroupant à la fois des soldats d'infanterie, des forces blindées et des unités d'ingénierie. "Nous parlons ici d'inter- opérabilité", précise un officier. "Tous les commandants devront savoir comment avoir recours, de manière efficace, à la grande variété de troupes sous leur autorité."

Par ailleurs, pour les opérations de grande envergure faisant appel à l'aviation, chaque commandant de brigade recevra l'aide d'un officier de liaison. Ce dernier aura à sa disposition son propre appareil et servira de principal consultant du commandant de brigade. "Le commandant de brigade peut dire qu'il veut frapper telle cible, par exemple, mais ne sait pas forcément avec quel avion, ni avec quelle arme. Ce sera alors à l'officier de liaison de le lui faire savoir." Enfin, les forces terrestres ont demandé à l'état-major de faire passer de 13 à 17 le nombre de semaines d'entraînement obligatoires tous les deux ans. Rien ne permet encore d'affirmer de quoi demain sera fait, mais Tsahal semble bien décidé à se parer à toute éventualité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis