Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 19:46

obama-puppet-teleprompter-george-soros-junkie-sad-hill-news

Une nouvelle "mine" derrière la doctrine d’Obama en Libye

 

Publié le : 29 Mars 2011, 7:38 pm Eastern

Par Aaron Klein


© 2011 WorldNetDaily

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele   


http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=281065

Vous ne le croiriez jamais si on vous disait qui a contribué à conseiller la politique mise en oeuvre par le Président


 

 
Hanan Ashrawi

 

 

TEL AVIV – Une négationniste acharnée qui a longtemps servi comme adjointe de Feu le leader de l’OLP, Yasser Arafat, a, également, participé à la Commission qui a inventé la doctrine militaire appliquée par le Président Obama comme  principale justification aux frappes aériennes américaines et internationales contre la Libye.


Comme WND l’a rapporté en exclusivité, le philanthrope milliardaire Georges Soros est le tout premier fondateur, financeur et la principale force de proposition du Centre pour la Responsabilité Globale de Protection, l’organisation dominante qui milite pour l’application de cette doctrine militaire. Plusieurs des principaux concepteurs de cette doctrine siègent à de multiples directions en compagnie de Soros.

 

George Soros

La doctrine et ses fondateurs, comme le rapporte WND, sont étroitement liés à Samantha Power, l’assistante d’Obama, qui, d’après ce qui a été rapporté, a lourdement influencé Obama, lors de ses consultations qui ont conduit à la décision de bombarder la Libye. Power est la conseillère spéciale du Conseil National de Sécurité auprès d’Obama pour les droits de l’homme.


A présent, il se révèle que la députée palestinienne Hanan Ashrawi a servi au bureau du Conseil de la commission 2001, qui est à l’origine de la fondation de "Responsabilité de Protection".


Cette commission est appelée la Commission sur l’Intervention face à la Souveraineté des Etats. C’est elle qui a inventé la notion de « Responsabilité de Protection » et en a défini les lignes directrices.


Ashrawi est une abominable avocate du terrorisme palestinien. Son père, Daoud Mikhail, était un des cofondateurs de l’OLP avec Arafat. L’OLP a été impliqué dans un nombre incalculable d’actes terroristes et a été désigné comme groupe terroriste par les Etats-Unis en 1987.


Durant la Première Intifada, ou guerre de “résistance” contre Israël, en 1988, Ashrawi a rejoint le cercle qui s’est fait connaître sous le nom de Comité Politique de l’Intifada, qui visait à faire progresser les objectifs palestiniens à la fois sous l’angle « politique » et sous celui de la « résistance » [guerre de harcèlement]. Elle en a fait partie jusqu’en 1993.


En 1991, Arafat a nommé Ashrawi au poste de Ministre de l’OLP pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Le système scolaire palestinien est notoire pour sa glorification du « Martyr » ou attentats-suicide, et a longtemps prêché contre l’existence d’Israël.


La rubrique “Découvrir les réseaux” remarque qu’Ashrawi a longtemps défendu le groupe terroriste Hamas en tant que composante légitime du “spectre politique” palestinien.


Elle a déclaré qu’elle “n’envisageait pas que le Hamas puisse être un groupe terroriste”.


“Nous nous coordonnons politiquement [avec le Hamas]”, affirmait-elle en avril 1993, « les gens que nous connaissons et avec lesquels nous discutons ne sont pas des terroristes ».


En 1998, Ashrawi a fondé MIFTAH, une ONG qui cherche à saper la légitimité d’Israël et fait référence à la création de cet Etat Juif en 1948 comme représentant « Al Nakba » ou « la Grande Catastrophe ».


Ashrawi a un long passé de négationniste de la Shoah. Le 2 juillet 1998, dans Al-Hayat al-Jadeeda, l’édition du journal officiel de l’Autorité Palestinienne, elle a publié un article désignant la Shoah comme « un mythe trompeur, que les Juifs ont… exploité pour s’aliéner la sympathie [du monde] ».  


En 2001, Ashrawi est devenue la porte-parole de la Ligue Arabe.


De façon notable, Amr Moussa, le Secrétaire Général de la Ligue Arabe a tenu un rôle de conseiller de la même commission 2001, qui a inventé la doctrine de « La Responsabilité de Protection ».


Ashrawi, pendant ce temps, était la protégée et plus tard, la collègue et amie proche du futur Professeur de l’Université Columbia, Edward Saïd, un autre célèbre promoteur du terrorisme palestinien.


Saïd a été remplacé par Rashid Khalidi, un ami personnel proche d’Obama.

 

Soros a financé la doctrine


Avec Ashrawi au bureau du Conseil, la Commission Internationale pour l’Intervention et la Souveraineté des Etats a, tout d’abord, défini la doctrine de “Responsabilité de Protection”.


Dans son Discours à la Nation de lundi, Obama a spécifiquement cité cette doctrine militaire comme constituant la principale justification des frappes aériennes américaines et internationales contre la Libye.


Assurément, les bombardements en Libye ont été perçus très largement comme un test pour “Responsabilité de Protection”.


“Responsabilité de Protection”, ou “Responsabilité d’agir”, tel que l’a renommée Obama, est une batterie de principes, désormais soutenue par les Nations Unies, fondée sur l’idée que la souveraineté des Etats n’est pas un privilège, mais une responsabilité qui peut être révoquée si un pays est accusé de « crimes de guerre », « de génocide », de « crimes contre l’humanité » ou de « nettoyage ethnique ».


Le terme de “crimes de guerre” a parfois été employée de façon indiscriminée par divers organismes soutenus par l’ONU, comprenant la Cour Pénale Internationale, ou CPI, qui l’a mentionné, par exemple, à propos des opérations anti-terroristes d'Israël dans la Bande de Gaza. On a même craint que le CPI puisse être utilisé pour poursuivre les troupes américaines (en Irak).


Le Centre Global pour la Responsabilité de Protection est le champion mondial de cette doctrine militaire.


Deux des membres du bureau du groupe de conseil, Ramesh Thakur et Gareth Evans, sont les fondateurs originels de la doctrine de “Responsabilité”, avec le duo déjà mentionné pour avoir misé sur la notion de « Responsabilité de Protection ».


La Société Ouverte de Soros est une des seulement trois ONG qui financent le Centre Global pour la Responsabilité de Protection. Les gouvernements qui parainnent le projet comprennent l’Australie, la Belgique, le Canada, les Pays-Bas, la Norvège, le Rwanda et la Grande-Bretagne.


Les membres du Bureau du Groupe comprennent l’ancien Secrétaire-Général de l’ONU, Kofi Annan, l’ancienne Présidente de l’Irlande, Mary Robinson et le militant sud-Africain Desmond Tutu. Robinson et Tutu ont récemment effectué des visites de solidarité dans la Bande de Gaza contrôlée par le Hamas, en tant que membres d’un groupe appelé « les Sages », qui comprenait l’ancien Président Jimmy Carter.


Annan est connu pour avoir déclaré, une fois, que : “La souveraineté des Etats, dans son sens le plus élémentaire, est en voie d’être redéfinie – au moins par les forces de la globalisation et de la coopération internationale. Les Etats… sont les instruments au service de leurs peuples et non l’inverse ».


Obama a cité cette doctrine à de multiples reprises.  


En plus de sa citation directe de la doctrine de “Responsabilité” lors de son discours expliquant pourquoi les Etats-Unis sont entrés en action contre la Libye, Obama a fait allusion à cette doctrine au moins quatre autres fois durant son allocution :


Suivent, ici, les extraits mis en exergue de ce discours, faisant référence à la “Responsabilité” des Etats-Unis


  • Dans cet effort, les Etats-Unis n’ont pas agi seuls. Au lieu de quoi, nous avons été rejoints par une coalition forte et croissante. Elle comprend nos plus proches alliés –des nations comme la Grande-Bretagne, la France, le Canada, le Danemark, la Norvège, l’Italie, l’Espagne, la Grèce et la Turquie – toutes ayant combattu à nos côtés depuis des décennies. Et cela comprend des partenaires arabes comme le Qatar et les Emirats Arabes Unis, qui ont choisi d’aller au-devant de leur responsabilité de défendre le peuple libyen.

 

  • La nuit dernière, l’OTAN a décidé de prendre en charge la responsabilité supplémentaire de protéger les civils libyens.
  • Balayer de côté la responsabilité de l’Amérique, en tant que pays leader et –plus profondément- nos responsabilités envers les êtres humains, nos semblables, en de telles circonstances, aurait constitué une trahison de ce que nous sommes.
  • La tâche que j’assigne à nos forces –de protéger le peuple libyen de tout danger immédiat et d’établir une zone d’exclusion aérienne – exigée par le mandat de l’ONU, avec le soutien international. Aussi, quel qu’en soit le prix de notre partage des responsabilités pour ce faire [est une question qui] vient ensuite.

 

Soros: Le Droit d’ingérence à l’intérieur des frontières des Etats-Nations.


Soros en personne a tenu à dessiner les grandes lignes de « Responsabilité de Protection », dans un article du magazine Politique Etrangère intitulé : « la Souveraineté des peuples : comment une entorse à une idée surranée peut protéger les populations les plus vulnérables de la planète ».


Dans le corps de l’article, Soros déclare : “la véritable souveraineté appartient au peuple, qui, en retour la délègue  à son gouvernement ».


“ Si les gouvernements abusent de l’autorité qui leur a été confiée et que les citoyens n’ont pas la moindre occasion de corriger de tels abus, une ingérence extérieure est justifiée”, écrit Soros. «  En spécifiant que cette souveraineté est fondée sur le peuple, la Communauté internationale peut franchir les frontières des Etats-Nations afin de protéger les droits des citoyens ».


“En particulier, le principe de la souveraineté du peuple peut aider à résoudre deux défis modernes : les obstacles à apporter effectivement une aide à des états souverains et les obstacles à l’action collective confrontée à des états faisant l’expérience d'un conflit interne », conclut-il.


D’autres proches de Soros


Les fondateurs de “Responsabilité”, Evans et Thakur ont co-présidé, avec Gregorian, le bureau du Conseil de la Commission Internationale sur l’Intervention face à la Souveraineté des Etats, qui a inventé la notion de “Responsabilité de Protection”.


Parmi ses attributions en tant que co-président, Evans a aussi joué un rôle-pivot en initiant le basculement fondamental de la notion de souveraineté en tant que droit à celle de « souveraineté en tant que responsabilité ».


Evans a présenté la “Responsabilité de Protection”, le 23 juillet 2009, à l’Assemblée Générale des Nations Unies, qui était conviée à prendre connaissance du principe.


Evans a siégé à de multiples bureaux directeurs en compagnie de Soros, comme au sein de l’Initiative Globale Clinton.


Thakur est titulaire au Centre International pour l’Innovation en Gouvernance, qui fonctionne en partenariat avec un institut économique fondé par Soros.


Soros fait partie du Bureau exécutif du Groupe de Crise Internationale –International Crisis Group- , “une organisation de gestion de crise » au sein de laquelle Evans a été Président d’honneur (Emeritus)


WND a, précédemment, rapporté  de quelle façon le groupe avait fait campagne pour que les Etats-Unis normalisent leurs relations avec les Frères Musulmans, le principal parti d’opposition en Egypte, où l’allié de longue date des Etats-Unis, Hosni Moubarak, a récemment été renversé.


 Aux côtés d’Evans et Soros, le groupe comprend à son bureau directeur, le dirigeant de l’opposition égyptienne, Mohammed El Baradei, et bien d’autres personnalités qui promeuvent le dialogue avec le Hamas, une extension violente des mêmes Frères Musulmans.


WND rapporte également que le “Groupe de Crise” a aussi fait campagne pour que le gouvernement algérien cesse ses activités militaires « excessives » contre les groupes affiliés à al Qaeda et pour permettre aux organisations cherchant à créer un état islamique de participer au gouvernement algérien.


L’Institut pour une Société Ouverte appartenant à Soros a financé des groupes d’opposition à travers le Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont bien des organisations impliquées dans le chaos actuel.


 “Un seul ordre du Monde”


WND a également rapporté  que le fondateur de la doctrine, Thakur, a récemment plaidé pour un « rééquilibrage global » et une « redistribution internationale » des pouvoirs pour créer un « Nouvel Ordre Mondial ».


Thakur, dans une chronique : “Vers un nouvel ordre mondial”,  dans le Journal du Citoyen d’Ottawa, a écrit : « Les Occidentaux doivent changer leur mode de vie et soutenir la redistribution internationale ».


Là, il faisait référence à un traité international sur le climat négocié par les Nations Unies, pour lequel il argumentait que « les pays développés devaient réorienter la croissance dans des directions moins polluantes et plus vertes ».


Dans cette rubrique d’opinion, Thakur discutait ensuite des récents engagements militaires et comment la crise financière avait eu un impact sur les Etats-Unis.


“L’approche brutale de l’Occident dans le développement des nations ne fonctionne plus – une puissance globale est en train de surgir d’Asie”, écrit-il.


“Une morale globale rééquilibrant l’ensemble des rapports est plus que jamais nécessaire”, ajoutait-il.


Thakur continuait ainsi : “Les Occidentaux ont perdu leur capacité préalable à imposer des normes et des règles de comportement pour le monde entier. A moins qu’ils ne reconnaissent cette réalité, il y a peu de perspective de réaliser des progrès significatifs à travers des négociations internationales verrouillées ».


Thakur prétendait que : “La démonstration des limites à la puissance des Etats-Unis et de l’OTAN en Irak et en Afghanistan ont laissé la plupart moins effrayés face à la supposée puissance “supérieure” de l’Occident ».


La proximité du Pouvoir permet à la doctrine d’avancer


Evans, le co-fondateur de la doctrine, est simultanément, étroitement lié à l’assistante d’Obama, Samantha Power.


Evans et Power ont été, conjointement, des conférenciers principaux durant des évènements lors desquels ils se sont faits, ensemble, les hérauts des principes de « Responsabilité de Protection », comme lors du Forum de Philanthropie Globale de 2008, auquel participait également Tutu.


En novembre dernier, ensuite, lors du Symposium International sur la Prévention des Génocides et des Atrocités de masse, Power, participant en tant que représentante de la Maison Blanche, s’est prononcé en faveur de la « Responsabilité de Protection », aux côtés d’Evans.

Grâce à une recherche documentaire de Chris Elliott

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cat Ola Hadacha 31/03/2011 13:33


Enorme. Stupéfiant.
J'ai du mal à comprendre et à admettre ce que je lis, ici.
C'est révoltant, et il faut que ça se sache. Heureusement qu'Obama ses "conseillers" n'ont plus que quelques mois, non à vivre, mais à nuire.


andre 31/03/2011 08:39


(pas pour publication). Priere de corriger le contresens:

« un mythe trompeur, que les Juifs ont… exploité pour s’aliéner la sympathie [du monde] ».

(''s'aliener'' est a changer en ''attirer'')


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis