Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:07


      

 

 

 

Hezbollah - Une guerre avec Israël pour sauver Assad
par Gerard Fredj 
 

 

Nous en parlions hier d'une manière un peu differente

La Finul au Liban a reçu des informations sur l'intention des terroristes de tirer des roquettes sur Israël

Le hezbollah paniquant hier lors de l'exercice civil israélien en prévision d'attaques, a massé des troupes un peu partout le long de la frontière libanaise et a fait savoir par son porte parole   


« Ces manœuvres de vengeance ne font que confirmer la défaillance d’Israël devant la résistance, et les Israéliens n’ont qu’à attendre les surprises et les prochains discours du sayyed », a affirmé hier le vice-président du comité exécutif du Hezbollah, cheikh Nabil Kaouk. Il a également dénoncé « les manœuvres internes du 14 Mars contre le nouveau gouvernement qui se prépare pourtant à de grands accomplissements pour la patrie ». 
lorientlejour

De son coté Mouallem le ministre des Affaires étrangères syriennes menace au vu des sanctions de l'Europe contre la Syrie - Walid Al-Mouallem n’est pas content et il le fait savoir! Comme s’il n’était pas complice du bain de sang qui ses déroule impunément dans son pays, le ministre passe à l’offensive et prend l’Europe à partie, après la décision de l’UE d’aggraver les sanctions commerciales contre la Syrie et de prendre des mesures personnelles contre des « dignitaires » du régime syrien: « Nous oublierons que l’Europe se trouve sur la carte », déclare-t-il avec aplomb.! - Shraga Blum

 

Selon des sources proches du Hezbollah, l'organisation chiite pourrait être tentée par une prochaine aventure militaire pour soulager la pression qui s'exerce sur Bachar al Assad.

La milice islamiste regarde avec effroi le Président syrien subir les coups de boutoirs de la rue, et les pressions qui s'exercent de toutes parts, y compris en provenance d'anciens alliés tels la Turquie, afin qu'il quitte le pouvoir.

Si le Hezbollah a soutenu les mouvements populaires qui ont fait tomber des leaders arabes soutenus par les pays occidentaux, il pourrait décider de ne pas attendre passivement la chute du dictateur syrien. L'enjeu est d'importance : à travers la survie d'Assad, l'organisation terroriste joue sa propre survie. 

Le Hezbollah est, par ailleurs, persuadé que le soutien des occidentaux et notamment des USA vise à remplacer Assad par un leader plus disposé à négocier avec Israël.

Depuis le début de la révolte populaire syrienne, on ne compte plus les témoignages qui relatent la participation de miliciens du Hezbollah à la répression sanguinaire qu'exerce le pouvoir en toute impunité. 

Deux hypothèses sont plausibles : 
* une guerre qui opposerait à Israël la Syrie et le Liban, dirigé par un gouvernement dominé par l'organisation chiite, avec le soutien actif de l'Iran,
* un conflit déclenché par le Hezbollah qui affronterait seul Israël soutenu par les Etats-Unis, ce qui semble être l'hypothèse la plus probable : aucun état n' intérêt à un large conflit régional conventionnel avec l'état hébreu (il est une chose de lancer des missiles au dessus d'une frontière, il en est une autre de lancer des armées régulières dans des opérations dont l'histoire a montré qu'elle ne leur ont pas réussi). 

Si Assad tombe et qu'il est remplacé par un gouvernement démocratiquement élu, nul doute que celui-ci aura à cœur de faire payer au Hezbollah le soutien sans faille accordé au dictateur syrien.
Assad tombé, cela pourrait être la fin d'un maillon important de la filière d'armement qui approvisionne aujourd'hui l'organisation chiite au Liban.

Il n'est pas sur non plus que les dirigeants du Hamas, Khaled Meshal en tête, aujourd'hui réfugiés en Syrie, puissent y demeurer. 

Quand à l'Iran, il perdrait sa seule tête de pont solide dans la région. Assad est la clé de voute d'un axe chiite Téhéran – Hamas – Hezbollah qui s'effondrerait avec lui.

Les forces de l'ONU présentes sur la frontière israélo libanaise et au sud Liban se sont révélées incapables d'empêcher les trafics d'armes qui ont abouti au renforcement de l'arsenal du Hezbollah, qui lui permettrait d'envisager un affrontement avec Israël.

 


-------

ISRAËL - Eilat serait à la portée de nouveaux missiles Scud du Hezbollah
par Gerard Fredj


Durant la guerre du golfe de 1990-1991, les israéliens fuyaient les tirs de scuds irakiens en directions d'Eilat. 
Plusieurs dizaines de milliers de réfugiés avaient alors gagné la ville.


Le quotidien New York Times avait révélé en 2010 que la Syrie avait transféré des missiles Scud de type D au Hezbollah (ces missiles balistiques ont une portée allongée à 700 kms, atteignant ses cibles avec une précision de 50 m).

Selon plusieurs services de renseignements occidentaux, rapportés par Yedihot Aharonot, le Hezbollah pointerait désormais ces missiles à longue portée sur la ville d'Eilat, afin de montrer aux israéliens qu'ils ne sont en sécurité nulle part dans le pays.

D'autant que Tel Aviv serait alors largement à portée des tirs de la milice chiite; les spécialistes estiment que 4000 missiles basés au Liban et en Syrie ciblent Tel Aviv. 

Leur nombre augmenterait de 1000 têtes supplémentaires en 2012.

israel-infos

 

Une nouvelle guerre Israël-Hezbollah pour sauver Assad ?

Un drapeau du Hezbollah libanais et un portrait du président syrien Bachar al Assad se confondent dans une manifestation. Selon une source proche du mouvement chiite, ce dernier pourrait relancer les hostilités contre Israël afin de détourner l'attention de la communauté internationale de la répression des manifestations en Syrie. (Reuters/Khaled al-Hariri)

 

Le Hezbollah libanais envisage de se lancer dans un nouvelle confrontation armée avec Israël pour détourner les pressions occidentales en faveur du renversement du président syrien Bachar al Assad, son allié et protecteur, dit-on de source proche du mouvement chiite.

Ses dirigeants, qui disposent d'une milice solide, armée à la fois par Damas et Téhéran, s'inquiètent du soulèvement populaire entamé à la mi-mars en Syrie et sont décidés à tout faire pour empêcher les Etats-Unis et leurs alliés d'encourager la contestation pour obtenir le départ d'Assad.

"Le Hezbollah n'interviendra jamais en Syrie. Il s'agit d'une affaire intérieure pour le président Bachar. Mais, quand il voit l'Occident s'en mêler pour le renverser, il ne peut pas se contenter du rôle de spectateur", explique un responsable libanais idéologiquement proche du mouvement pro-iranien.

"Il s'agit d'une bataille existentielle pour le groupe et le moment est venu de rendre la politesse (du soutien syrien). Il le fera en détournant une partie de la pression internationale."

Les puissances occidentales ont perdu un allié de poids avec le renversement d'Hosni Moubarak en Egypte et s'efforcent désormais de redessiner la carte stratégique du Proche-Orient en poussant Assad vers la sortie pour le remplacer par quelqu'un de mieux disposé à l'égard d'Israël et hostile au Hezbollah, estiment les dirigeants du mouvement.

"La région est en guerre, une guerre entre le bien et ce qui est soutenu par Washington (...) La Syrie est le bien", résume un responsable arabe proche de Damas basé au Liban.

Si une guerre ouverte entre Syrie, Iran et Liban d'un côté, et Israël de l'autre semble exclue, l'hypothèse d'un nouvel embrasement avec le seul Hezbollah l'est beaucoup moins.

"Des conflits limités sont envisageables ici ou là mais personne n'a intérêt" à une guerre régionale, confirme l'observateur libanais Oussama Safa. "La région va évidemment vers des changements radicaux (...) On ne sait pas très bien comment ce sera géré et où cela mènera."

Fondé il y a près de trente ans pour combattre l'occupation israélienne du Sud-Liban, le Hezbollah a livré il y a cinq ans à l'Etat hébreu une guerre de 34 jours qui n'a pas modifié le rapport de forces.

Ses roquettes ont infligé de sérieux dégâts en Israël et l'incursion de Tsahal en territoire libanais ne l'a pas empêché de poursuivre ses tirs.

Depuis, son arsenal, alimenté via la frontière syrienne, s'est encore enrichi, malgré la vigilance des casques bleus de la Finul, selon les services de renseignement occidentaux.

"Aucun allié de la Syrie n'accepterait sa chute, même si cela rebat les cartes (...) La guerre avec Israël pourrait être une option", poursuit le responsable arabe.

Tout est possible, jugent certains analystes, "y compris l'ouverture de fronts sur le plateau du Golan et au Sud-Liban",

A Beyrouth, les alliés de Bachar al Assad ont d'ores et déjà accompli un premier geste en sa faveur. Après cinq mois de vacance du pouvoir, le Premier ministre Nadjib Mikati a formé la semaine dernière un gouvernement qui fait la part belle à la coalition pro-syrienne emmenée par le Hezbollah.

Najbi Mikati a été désigné après la démission en janvier de Saad Hariri, dont le gouvernement d'union nationale n'a pas résisté au départ des ministres issus du Hezbollah.

Le mouvement chiite s'en est retiré après lui avoir demandé en vain de prendre ses distances avec le Tribunal sur le Liban (TSL) chargé de faire la lumière sur l'assassinat de son père, Rafic Hariri, ancien premier ministre tué en février 2005 dans un attentat à Beyrouth.

Le TSL va probablement prononcer l'inculpation de plusieurs membres du Hezbollah et certains pensent que l'absence prolongée de gouvernement était délibérée. Il s'agissait, disent-il, d'éviter une nouvelle crise politique lorsque l'acte d'inculpation tombera.

"Les nôtres ont d'abord pensé que le vide était dans notre intérêt mais, après les événements de Syrie, nous avons constaté qu'il était néfaste", explique le responsable libanais.

"Dans sa forme nouvelle, le gouvernement ne permettra pas que le Liban soit utilisé contre la Syrie et (s'opposera) à ceux qui font le jeu des Etats-Unis à ses dépens", ajoute-t-il.

Par Reuters relayé par  
lexpress.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis