Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 22:07

 

antisemitisme en norvège (Copier)

 

 

 

La Norvège est de loin beaucoup plus antisémite que ne le suggèrent les conclusions de l’étude : “De l’Antisémitisme en Norvège? –L’attitude de la Population Norvégienne envers les Juifs et d’Autres Minorités -1- ». On peut le déduire des propres données de ce même document. Ce rapport – publié le mois dernier par le Centre d’études sur la Shoah et les Minorités Religieuses d’Oslo – fournit une information intéressante. Pourtant, il ne répond pas à plusieurs problèmes essentiels. L’un pourrait être que le Premier ministre de Norvège et plusieurs autres membres du Gouvernement sont des antisémites à temps partiel. Pour le vérifier, il suffit simplement d’évaluer leurs actes et déclarations selon la définition de l’antisémitisme commune à l’Europe -2-.

 

L’étude trouve que huit pour cent des Norvégiens ne veulent pas de Juifs comme voisins, ni dans leur cercle d’amis -3-. Presque 11% ressentent de l’antipathie envers les Juifs -4- et on peut considérer que 12, 5% de la population éprouvent des préjugés significatifs contre les Juifs-5-. Treize pour cent pensent que les Juifs sont responsables de leur propre persécution -6-. Le résumé de l’étude en anglais conclut que la prévalence de l’antisémitisme en Norvège a une portée « limitée » et « apparentée » avec celui qui existe en Grande-Bretagne, au Danemark et en Suède. Cela pourrait mieux se formuler par : « Il y a des antisémites en Norvège, mais ce phénomène est commun à toute l’Europe de l’après-guerre et nous n’en avons pas autant que certaines personnes  nous accusent d’en avoir »

 

La critique de l’étude, dans le pays lui-même, a porté l’attention sur l’absence de données concernant l’antisémitisme parmi les Norvégiens musulmans. L’échantillon de plus de 1500 sondés utilisé aurait dû être suffisamment large pour apporter des conclusions sur ce point, si les Musulmans avaient été interrogés dans la même proportion que leur présence représente en Norvège. Leur nombre dans l’échantillon est, cependant, négligeable.

 

Les sondés ont expliqué leurs attitudes négatives envers les Juifs principalement de deux façons. L’une était la référence au rôle joué par Israël dans le conflit au Moyen-Orient. Cela donne une indication de ce qu’on devrait explorer un peu plus : qui sont ceux parmi les élites, qui manipulent l’opinion publique norvégienne de façon à ce qu’Israël soit désigné comme le méchant, alors qu’on occulte l’approche génocidaire et la glorification des meurtriers par les Palestiniens ? Une autre raison apportée à l’antisémitisme parmi les sondés consistaient en des catégorisations stéréotypées des Juifs s’alignant sur l’antisémitisme occidental classique. Une étude précédente trouvait qu’à Oslo, un tiers des enfants juifs dans les lycées faisaient l’objet d’attaques verbales ou physiques, au moins, deux ou trois fois par mois -7-.

 

Le nouveau rapport trouve que l’argument de la Shoah est également employée contre Israël et à un degré moindre contre les Juifs en général. D’un côté, il y a une forte croyance en Norvège que l’enseignement sur la Shoah est nécessaire. D’un autre côté, presque deux tiers des participants à l’étude s’accordent sur la déclaration suivante : « Je suis déçu de la façon dont les Juifs, avec leur histoire si particulière, traitent les Palestiniens -8-». 38% des individus sondés inversent les responsabilités dans la mise en œuvre de la Shoah. Ils considèrent que le traitement des Palestiniens par les Israéliens est identique au traitement des Juifs par les Nazis, au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Selon la définition précédemment mentionnée de l’antisémitisme, il s’agit d’une déclaration antisémite. En se fondant sur ce critère, on peut conclure que le nombre de Norvégiens antisémites est proche d’1, 5 million d’individus.

 

Ces Norvégiens sont plus que des antisémites à temps partiel. Ce sont aussi des criminels idéologiques, parce qu’ils accusent mensongèrement Israël du crime le plus extrême qu’on puisse imaginer. En même temps, ils préfèrent regarder ailleurs, lorsqu’il s’agit des composantes nazies dans l’attitude et dans l’histoire palestinienne. On en a des exemples connus dans le rôle du principal dirigeant palestinien d’avant-guerre, Haj Amin al-Husseini, lorsqu’il établit des unités SS en Bosnie et au Kosovo, les intentions –manquées-  des Palestiniens et de leurs alliés arabes de massacrer les Juifs Israéliens durant la guerre de 1948, et la charte du Hamas qui appelle au génocide des Juifs. La négligence envers ces thèmes est une conséquence directe des reportages faits par de nombreux médias norvégiens, des actes biaisés de la part de ministres antisémites à temps partiel, des déclarations des dirigeants d’unions syndicales, de plusieurs évêques, autant que d’universitaires de haut vol. La communauté juive, qui a toujours fait profil bas, a annoncé, à présent, que la moitié de ses membres a dû subir l’antisémitisme -9-. Elle a aussi accusé les médias de propager l’antisémitisme.  

 

Ce dont on a besoin maintenant, n’est pas seulement d’une meilleure diplomatie publique israélienne. Ce que dit Israël sera filtré sélectivement par presque tous les médias norvégiens. Il n’y a que le gouvernement israélien qui peut financer une étude qui complète l’actuelle étude norvégienne. Elle devrait enquêter sur les distorsions de la presse norvégienne, les nombreuses fois où elle mentionne les implantations israéliennes, comparées aux très rares fois –quand elles existent- où elle mentionne la charte génocidaire du Hamas ou la glorification, par l’Autorité Palestinienne, des terroristes qui ont assassiné des civils, y compris des femmes et des enfants. Elle devrait aussi informer sur l’attention médiatique négligeable apportée à l’antisémitisme extrême qui sévit dans le monde arabo-musulman. L’éminent universitaire sur les questions d’antisémitisme, Robert Wistrich, a analysé à quel point ce dernier équivaut à l’antisémitisme nazi -10-.

 

Une telle étude fournirait une information vitale à propos du deux-poids-deux mesures pratiqué à l’encontre d’Israël par de vastes parties de l’élite norvégienne. Ces normes à deux vitesses sont définies comme des actes antisémites selon la définition européenne de l’antisémitisme. Une telle étude nouvelle porterait aussi l’éclairage sur un antisémitisme norvégien bien plus profondément ancré que celle-ci, pourtant récente, l’a montré.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a preside pendant 12 ans . Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski

“Antisemitism in Norway?- The Norwegian Population’s Attittude torwards Jews and other  Minorities”, Report from the Center for Studies of Holocaust and Religious Minorities, May 2012.

fra.europa.eu/fraWebsite/material/.../AS-WorkingDefinition-draft.pdf

  Antisemitism in Norway? 32

Ibid, 24

Ibid, .55

Ibid, 50

“Religious racism shocks officials,” 8 June 2011, www.newsinenglish.no/2011/06/08/religious-racisim-shocks-officials.

Antisemitism in Norway? 67

Sigbjørn Kiserud, ”Gir pressen skylda for jødehat”, Vårt Land, 5 june 2012, www.vl.no/samfunn/gir-pressen-skylda-for-jodehat/

Robert S. Wistrich, Muslimischer Antisemitismus: Eine aktuelle Gefahr, (Berlin: Edition Critic, 2011), 109 [German].

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis