Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 09:23

 

gbu-31-bomb-blu-117-B-penetrator (Copier)

 

24conversation (Copier)

Comme une épée de Damoclès? 

 

Le lendemain matin du jour où Binyamin Netanyahou a promis, devant la convention de l’AIPAC pro-israélien, qu’il saurait parer à la menace d’anéantissement d’Israël par un Iran nucléarisé, et l’accord passé, au cours de leurs échanges à la Maison Blanche, avec le Président Barack Obama de s’en tenir à leurs désaccords, Catherine Ashton, pour l’Union Européenne, s’est, soudain, littéralement jetée dans la rédaction frénétique d’une proposition à Téhéran, demandant à relancer les négociations sur le nucléaire avec les six grandes puissances, restées longtemps au point mort. Elle a proposé son offre, au nom de la Chine, de la France, de l’Allemagne, de la Fédération de Russie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

 

Poursuivant le même scénario qu’Ashton, Téhéran a fait connaître sa volonté de permettre aux inspecteurs internationaux de visiter la base militaire de Parchin, que l’on soupçonne fortement d’abriter les tests d’explosion nucléaire.

 

Juste après ce message de coopération bilatérale, Téhéran tergiversait en annonçant :

 

« Considérant le fait qu’il s’agit d’un site militaire, en autoriser l’accès requiert un processus qui prend énormément de temps et cela ne pourra pas, non plus, être autorisé de façon répétée. Malgré cela, cette autorisation sera apportée, dès que l’Agence Internationale à l’Energie Atomique soumettra le plan de travail adopté pour les problèmes que cela concerne ».

 

Lundi 5 mars, le Directeur Général de l’AIEA, Yukiya Amano s’est refusé à exprimer clairement le soupçon que les Iraniens avaient besoin de ce temps pour transférer les preuves d’activité nucléaire loin de Parchin. « Mais, je peux vous dire que nous sommes au courant qu’il y a des activités à Parchin et que cela nous amène à penser qu’il est préférable de s’y rendre le plus tôt possible, plutôt que trop tard », a laissé entendre Amano.

 

 

Debkafile avait rapporté par le passé que cette base militaire était utilisée pour les tests secrets d’explosions nucléaires et de déclencheurs de têtes nucléaires.

 

Nos sources à Washington ajoutent que le renseignement américain savait certainement ce qui se trame là-bas. Ainsi que le Président Obama, lorsqu’il s’est exprimé devant la convention de l’AIPAC et qu'il a promis « d’empêcher, et pas seulement de contenir » l’acquisition par l’Iran d’une bombe nucléaire. Mais aussi Netanyahou, lorsqu’il a rencontré le Président à la Maison Blanche, lundi.

 

Pourtant, la question de Parchin n’est apparue à aucune de ces occasions.

 

Le Premier Ministre savait qu’il n’y avait aucun point réel à discuter, puisqu’Obama avait déjà fermement lancé le processus de négociation diplomatique avec l’Iran et les six grandes puissances – probablement à Istanbul, le mois prochain, comme Téhéran l’a proposé – sans attention particulière pour toute autre considération. Il serait permis à Téhéran de montrer ses muscles militaires avant de se joindre à la table des négociations en position de force, en tant que puissance nucléaire.

 

 (Le 18 février, Debkafile a révélé en exclusivité que cet accord avait été passé avant de relancer ces pourparlers). Netanyahou s’est exprimé en toute connaissance de cause, lorsqu’il a déclaré : « Israël doit être seul maître de son destin » et « La pression (sur l’Iran) s’accroît, mais le temps restant s’amenuise ».  

 

Il a fait savoir clairement qu’il n’avait aucune confiance dans l’option diplomatique, qui n’avait apporté aucun changement probant. Comme par le passé, Téhéran emploierait des « tactiques de Bazaar » pour esquiver, amender, tergiverser et marchander, tout en utilisant ces pourparlers comme couverture la plus sûre pour pouvoir continuer en toute impunité les mêmes processus mis en discussion.

 

Ainsi, quelques heures à peine après l’impasse des échanges entre Obama et Netanyahou, Washington et Téhéran ont donné un coup de cravache à leur stratagème diplomatique, de façon à contrecarrer les plans militaires israéliens. L’hypothèse de travail est qu’Israël ne se risquerait pas à attaquer l’Iran alors qu’il s’est enfermé dans un processus de négociations internationales.


Mais Netanyahou a déjà résisté à cette diversion en faisant cette promesse. Israël pourrait, par conséquent, saisir sa chance, lorsque le processus diplomatique, inévitablement, roulera sur les bosses de ce cheminement escarpé, puis sera, à nouveau bloqué.

 

Le Secrétaire américain à la Défense, Léon Panetta, a fait écho au Président Obama, en s’exprimant devant la conférence de l’AIPAC, mardi : il a promis que les Etats-Unis lanceraient une action militaire pour empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire, si jamais, comme c’est probable, la diplomatie échoue.

 

“L’action militaire est la dernière alternative, lorsque tout le reste a échoué”, a t-il expliqué au groupe d’intérêt pro-israélien. « Mais, ne vous y trompez pas, nous agirons si nous devons le faire ».

 

Il a, par précaution, éludé toute référence au moindre calendrier. Aussi n’y a-t-il aucune garantie que l’Iran ne soit pas déjà en possession de l’arme atomique, à l’époque où Washington s’apprêterait à déterminer si, oui ou non, la diplomatie a, bel et bien, échoué.

 

Des bombes américaines anti-Bunker, du ravitaillement en vol pour Israël, tout en poursuivant le processus diplomatique envers l’Iran.

  
gbu-31-bomb-blu-117-B-penetrator (Copier)

La bombe anti-bunker GBU-31 américaine

 

Des sources américaines ont dévoilé mardi 6 mars, que le Président Barack Obama avait décidé de permettre à Israël de disposer de systèmes d’armement adaptés à des opérations de longue distance et à des frappes contre des cibles souterraines. Ils comprennent quatre avions KC-35 de ravitaillement, doublant ainsi leur nombre déjà présent dans l’inventaire de l’armée de l’air israélien, et des bombes GBU-31, dotés de munitions d’attaque directe-JDAM, du type de celles utilisées par les bombardiers américains, particulièrement ceux stationnés sur des porte-avions. Ces nouvelles arrivent en même temps que l’annonce que Catherine Ashton, pour l’Union Européenne a proposé à l’Iran que reprennent les négociations nucléaires longtemps bloquées avec les Six Puissances mondiales.

 

DEBKAfile Reportage spécial 6 mars 2012, 9:25 PM (GMT+02:00)

 

http://www.debka.com/article/21799/

 

 

Adaptation : Marc Brzustowski. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis