Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 20:06

Israël et le repli mondial de l’Amérique  

Par ISI LEIBLER  

 

Jerusalem Post 06/11/2013

 

http://www.jpost.com/Opinion/Columnists/Candidly-Speaking-Israel-and-Americas-global-retreat-316213

 

Adaptation française de Sentinelle 5773 ©

 

Le déclin mondial des USA est profondément troublant pour Israël ;

Il se produit parallèlement à la montée en puissance de la Chine.

  

ShowImage.ashx

Le président des USA Barack Obama et sa nouvelle équipe de politique étrangère

se retirant d’une estrade après un discours (Photo Reuters).

 

La nomination de Samantha Power comme ambassadrice de l’Amérique à l’ONU, associée à de récentes déclarations de politique étrangère des USA, accélère leur politique de repli mondial, négociant plutôt que se confrontant aux Etats voyous, tout en cherchant le compromis avec l’extrémisme islamique.

 

Le pouvoir atteint un sommet préoccupant de démission sur la menace nucléaire iranienne.


De plus, tout en favorisant une plus grande affirmation des USA sur la question des droits de l’homme, elle semble avoir une approche relativiste de mauvais aloi, mettant dans le même sac les « crimes » israéliens et palestiniens. En une occasion, elle a même appelé les USA à intervenir militairement au nom des Palestiniens contre l’Etat juif.

 
De fait, dans un article publié il y a 10 ans, intitulé « Pourquoi nous haïssent-ils ? », Samantha Powers a comparé de façon perverse le comportement des USA à celui de nazis. Tout en décrivant l’ancien chancelier Willy Brandt s’agenouillant devant le ghetto de Varsovie en signe de rédemption pour les crimes des nazis pour « anoblir et opérer une catharsis pour l’Allemagne », elle laissa entendre que les USA devraient  présenter de pareilles excuses pour leur politique mondiale.

 
Eu égard à ses condamnations précédentes excessivement sévères d’Israël, le soutien enthousiaste à sa nomination par des inconditionnels d’Israël, comme l’ancien sénateur Joe Lieberman, le dirigeant d’ADL (Anti Defamation League) Abel Foxman et Alan Dershowitz laisse perplexe. Espérons que leurs prédictions confiantes qu’elle fera face aux attaques en cours contre Israël à l’ONU se réaliseront. Mais considérant ses précédentes déclarations sur le sujet, on se serait attendu à plus de circonspection dans leur jugement.

Le président Barack Obama était toujours franc sur son intention de réduire le rôle interventionniste mondial de l’Amérique et de « discuter » plutôt que de se confronter avec les Etats voyous. Le choix récent de son personnel le reflète bien.

 

Le secrétaire d’Etat John Kerry, ami d’Israël, a des antécédents de politique étrangère désordonnée et en dents de scie, y compris un effort désastreux juste avant le déclenchement de la guerre civile en Syrie, pour réhabiliter Bashar Assad qu’il considérait comme un dirigeant raisonnable à l’esprit ouvert.  

 

Ses efforts naïfs pour promouvoir le processus de paix sont tolérés avec respect par les Israéliens et rencontrent un mépris absolu de la part des Palestiniens, qui se sont moqués du projet d’investissement privé de 4 milliards de dollars qu’il a récemment dévoilé.

 

Le mois dernier, Kerry a tranquillement renoncé aux requêtes des USA sur « l’exécution par l’Egypte des politiques assurant la liberté d’expression, d’association et de religion » ; il a approuvé pour l’Egypte une garantie de 1.3 milliards de dollars d’armes.

Quelques semaines plus tard, les Egyptiens ont montré leur appréciation en condamnant 43 employés d’ONG, dont 16 Américains, à des peines de prison de cinq ans pour financement de groupes pro-démocratie.

 

Le ministre de la défense d’Obama, Chuck Hagel, était un isolationniste qui avait des opinions anti-Israël et John Brennan, qui dirige la CIA, est le principal architecte de la politique de compromis avec l’Islam.

 

Le soi-disant « printemps arabe », accueilli avec enthousiasme par l’administration Obama, a remplacé des dictateurs autoritaires – certains pro-occidentaux – par les fanatiques les plus extrémistes des ‘Frères Musulmans’ et autres islamistes radicaux qui, malgré la confiance du soutien américain, montrent un mépris total des préoccupations des USA.


L’absence de pression internationale de la superpuissance des USA dans la guerre civile catastrophique en Syrie a renforcé les extrémistes des deux côtés, avec désormais pour résultat probable un régime d’Assad dominé par le Hezbollah ou dirigé par des extrémistes des ‘Frères Musulmans’ soutenus par al Qaïda.

 

La compromission des USA avec l’extrémisme islamique exige aussi maintenant d’exclure la critique du terrorisme islamique du lexique des porte-parole de l’administration.


Ainsi, il est interdit d’assimiler le rôle du fondamentalisme islamique avec des actes de terrorisme orchestrés par des éléments jihadistes.

 
Malgré le fait que 95 % du terrorisme mondial a pour origine des sources extrémistes islamiques, nous sommes continuellement bombardés de clichés insignifiants tels que « l’islam est une religion de paix », conçus pour minimiser et couvrir l’élément extrémiste islamique.


Pour aller à son maximum, l’administration Obama a maintenant conçu une campagne « d’assistance » aux groupes de ‘Frères Musulmans aux USA, en y intégrant même des éléments sous investigation sous des accusations de soutien au terrorisme.

 
Cela sape bien sûr la réputation et l’influence des musulmans modérés.
Ces développements ont des ramifications sévères en Israël. Les Etats Unis sont l’un des rares pays dont le public demeure un soutien puissant sur une base bipartisane. La manifestation démonstrative de chaleur d’Obama envers Israël au début de son second mandat, démontrée pendant sa visite à l’Etat juif, a été sans doute largement influencée par les sentiments des Américains de base.

 
Le déclin mondial des USA est profondément troublant pour Israël. Il se produit parallèlement à la montée en puissance de la Chine, qui partage peu de valeurs avec nous et maintient une relation purement pragmatique, lourdement influencée par la puissance économique et politique du bloc arabe.

Les dirigeants russes, à l’opposé de leurs anciens homologues soviétiques, ne sont pas antisémites, mais maintiennent une forte alliance avec la Syrie et même l’Iran.

 

La plus grande préoccupation d’Israël est de savoir si, avec l’échec probable des sanctions, les USA maintiendront leur garantie de recourir à une action militaire pour empêcher l’Iran de devenir une puissance nucléaire.

 

La volonté répétée de « négocier » avec des Etats voyous est considérée par beaucoup d’observateurs comme un prélude à la substitution de la politique des USA d’empêcher l’Iran d’acquérir la bombe par une approche de contention fadasse qui ouvre la voie à une hégémonie régionale iranienne ou oblige d’autres Etats arabes à chercher à obtenir des installations nucléaires. 


Pourtant, en dépit de leur déclin mondial, les USA demeurent la plus grande superpuissance mondiale et leur relation avec Israël demeure cruciale pour nous.

 
Il nous incombe donc de reconnaître et de travailler sur deux objectifs. Le premier est de rester conscients que dans ce nid régional de scorpions, il n’y a pas de merci pour le faible, et nous devons ne compter que sur nos propres ressources et notre force pour dissuader ces Etats – shiite autant que sunnites – qui ont pour seule obsession de nous détruire.

 

Que Tsahal soit aujourd’hui plus puissante qu’elle ne l’a jamais été est la plus grande réassurance pour la nation. Nous ne pouvons jamais nous reposer sur une tierce partie et le chaos actuel avec ‘l’U.N.DORF’ sur les hauteurs du Golan, avec les Russes offrant de se substituer au retrait autrichien souligne l’impératif de l’autosuffisance pour nous défendre.

 
Le second objectif doit être de maintenir et de renforcer notre relation avec le Peuple et le Congrès américains. S’ils continuent de soutenir nos efforts pour résister aux barbares à nos portes, l’administration US sera encline à continuer de nous apporter le soutien militaire et technologique nécessaire.

 

Pour atteindre ces objectifs, nous devons nous imposer une plus grande discipline ainsi qu’à nos politiciens. Nous devons parler d’une seule voix, en particulier en ces temps de direction palestinienne intransigeante, où dans l’avenir prévisible, un réel progrès dans le processus de paix est virtuellement inconcevable. C’est le sommet de l’irresponsabilité pour un ministre adjoint de la défense que de proclamer qu’une solution à deux Etats est hors de question ou d’appeler à l’annexion de tous les territoires. De tels éclats ne font que donner une pâture à ceux qui cherchent à éloigner les USA d’Israël.


Le gouvernement  doit poursuivre sa politique nuancée de renforcement de la relation avec les USA, sans concession sur les questions qui se plient à la stratégie de nos adversaires pour saper l’Etat par étapes et enhardir les extrémistes islamiques.

 

Nous espérons que nos soutiens et amis juifs aux Etats Unis continueront d’encourager l’administration à tous les niveaux pour soutenir la lutte d’Israël dans son combat contre ses adversaires jihadistes islamiques.


 
Le site Internet de l’auteur :  www.wordfromjerusalem.com.

Son mail : ileibler@leibler.com




 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis