Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 21:47


 


 

 

Dora Marrache-copie-1

Merci Dora, 

 

ISRAËL : HARCÈLEMENT ET DÉLÉGITIMATION (3&4/4)

Par Dora Marrache

 © 2011 www.aschkel.info

Ecouter Dora >>>logo radio shalom


Parties précédentes :

ISRAËL : HARCÈLEMENT ET DÉLÉGITIMATION (2/4) 

 

ISRAËL : HARCÈLEMENT ET DÉLÉGITIMATION (1/4) 

 

Tags :Boycott_, apartheid


>Message adressé aux enfants du sud d'Israël par Dora Marrache


Israël, avons-nous dit, est un État qui suscite la haine de ses voisins, mais aussi de la quasi-totalité de la planète. Alors, ses ennemis, animés par la jalousie et la convoitise, tentent de le délégitimer. Comme ni l’action militaire ni le terrorisme n’ont eu raison du peuple juif  qui en a vu d’autres, reste la délégitimation qui a pour pré-requis l’isolement. Une campagne de diffamation et  le boycott sont les moyens préconisés pour isoler cet État

 

 2. Le boycott 

 

Objectif : Isoler Israël sur la scène internationale

 

Il correspond dans le domaine du harcèlement à la violence économique On l’appelle BDS (boycott, désinvestissement, sanctions)

C’est un appel lancé aux hommes de bonne volonté du monde entier – exception faite de ceux de Gaza naturellement !- pour

 qu’ils cessent d’acheter les produits israéliens et qu’ils refusent tout ce qui a rapport avec la culture israélienne (expositions, livres, etc. (B)

 qu’ils cessent d’investir de quelque façon que ce soit en Israël et qu’ils retirent leurs investissements ; (D)

 que, à l’exemple de l’Afrique du Sud, Israël soit l’objet de sanctions internationales (rupture des relations diplomatiques, annulations de contrats, etc.)

 

Évidemment, le mouvement  BDS n’est pas sans rappeler l’époque nazie où les magasins juifs étaient boycottés. Et c’est ce même mouvement qui a commencé à assimiler Israël à l’Afrique du Sud.

 

Le boycott est un moyen très efficace pour  délégitimer l’État d’Israël: comme il ne peut plus communiquer, qu’il n’a plus sa place au sein des nations, il cesse d’exister.


3. Isolement et délégitimation

 

Le boycott et la campagne de diffamation auront permis finalement aux États arabes d’atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixé :l’isolement de l’État d’Israël. Isoler, c’est là un des principes du harcèlement pour réussir à déstabiliser l’autre dont on envie des particularités qui le rendent différent des autres.

 

Et l’ONU contribue largement à cet isolement. N’est-ce pas étrange que le pays qui ait fait l’objet depuis 2003 du plus grand nombre de résolutions soit Israël avec 40,1% ? Au second rang vient le Congo avec 6,6% ; le Soudan, 6,4, la Côte d’Ivoire, 4,1 et la Somalie 4,1 (Source : EYE on the UN)

 

Si bien que, comme dans la relation pervers-victime, même les nations qui accordaient leur soutien à Israël commencent à douter et à proclamer à leur tour Israël coupable. Tous les pays se sont mobilisés pour faire front commun contre Israël. Même le gouvernement américain ne lui accorde plus son soutien indéfectible comme ce fut toujours le cas. Qui plus est, on peut même noter une certaine hostilité – qui se changera peut-être en une hostilité certaine- du gouvernement actuel vis-à-vis de l’État hébreu. Bientôt- je dis bientôt parce que je refuse d’envisager que c’est déjà le cas- bientôt les Palestiniens n’auront plus face qu’un seul et unique adversaire : Israël. « Cette spirale, cette contagion, comme le dit Girard, va donc aboutir à la situation de tous contre un ».

 

Avec les accusations de colonialisme, de génocide et d’apartheid, avec le boycott économique et universitaire, Israël est désormais seul sur la scène internationale. Quand s’y ajoutent la Convention de Durban en 2001 et le Rapport Goldstone en 2009, tout est en place pour lancer une campagne de délégitimation d’Israël, arme ultime des Palestiniens. Mais  ce n’est plus, comme au premier temps du conflit, l’apanage des pays arabes dont on pourrait à la limite comprendre les motivations (démocratie au cœur d’États totalitaires). Même dans les pays occidentaux, cette campagne bat son plein et on entend de plus en plus dire qu’Israël est un État dont on ne reconnaît plus la légitimité, donc un État qui n’est plus reconnu en droit, avec toutes les conséquences que cela implique, en particulier en matière de sécurité .


Dans ce contexte de délégitimation, il est facile à l’UNESCO de décreter que les lieux saints ne sont pas juifs, mais musulmans, que le tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches sont des mosquées ! En fait l’idée avait déjà été lancée par Arafat à propos du tombeau de Rachel et les chefs d’état de l’époque n’avaient alors rien trouvé à redire. Quant au Caveau des Patriarches, si les Juifs autorisaient les Musulmans à s’y rendre, dit-on, c’est bien parce qu’ils savent qu’ils n’y ont aucun droit

Pourtant, il n’existe, selon Joseph Farah, journaliste arabo-américain, aucun lieu saint de l’Islam à Jérusalem. Pourtant, il n’existe, selon Joseph Farah, journaliste arabo-américain, aucun lieu saint de l’Islam à Jérusalem. Alors que le nom de Jérusalem apparaît 669 fois dans la Bible, dans le Coran il n’est mentionné nulle part, mais les noms de La Mecque et de Médine y apparaissent « un nombre incalculable de fois ».

 

La vérité importe peu pour l’UNESCO dont le but est de répandre la rumeur que les Juifs n’ont rien à faire en Israël, qu’Israël, c’est la Palestine.  Et si Israël n’est plus un État légitime, c’est du même coup le droit d’un État national pour le peuple juif qui est dès lors remis en question.

 

 

Face à l’image d’Israël on ne peut plus négative que diffusent les medias, image qui contribue largement à remettre en question son droit à l’existence,  et face au regain d’antisémitisme à travers tout l’Occident, on assiste, comme dans le cas des victimes de harcèlement psychologique, à la multiplication de cas d’autoaccusation.

Las  de se sentir perçus négativement, certains Juifs –les self hating jews- vont se détester et développer une haine parfois implacable pour Israël, convaincus que les accusations contre leur pays sont fondées. C’est la réaction des Juifs de gauche qui imputent toujours la faute à Israël. Toute la Gauche israélienne est habitée par ce sentiment de culpabilité et consentirait même à donner la totalité de l’État aux ennemis de son pays.

 

Ces Juifs honteux vont donc se joindre aux ennemis d’Israël et « promouvoir » la délégitimation de leur propre pays ! On trouve parmi eux évidemment toutes les organisations qui se disent pour la paix, mais aussi des universitaires israéliens, des journalistes, des cinéastes, etc.

 

Certains, en majorité des Juifs israéliens, vont contribuer au boycott. On sait aujourd’hui que, pour convaincre Vanessa Paradis d’annuler son spectacle qui était prévu pour février 2011,  on lui a remis une lettre signée par 19 artistes et intellectuels israéliens du mouvement Boycott From Within(Boycott de l’Intérieur), lettre dans laquelle ils affirment

qu’Israël pratique l’Apartheid.

 

D’autres remettent en question le droit d’Israël à exister

- Shlomo Sand décrète  haut et fort que le peuple juif n’a jamais existé, qu’il a été inventé de toutes pièces et son livre sulfureux « Comment le peuple juif fut inventé » a été un best-seller ;

- Tony Judt, historien juif américain d’une grande notoriété, considère que l’État d’Israël est anachronique et il proposait, dans un article publié en 2006, de l’abolir pour le remplacer par un Etat binational .

- Le Centre Romain Gary, à Jérusalem, a organisé tout récemment une projection-débat pour donner à tous les ennemis d’Israël la possibilité de s’exprimer et de crier leur haine du peuple juif.

- Et on vient d’apprendre que lundi 21 mars, le représentant de l’Union européenne pour les territoires palestiniens, en visite dans une école de Cisjordanie, a déclaré aux habitants que les réfugiés palestiniens « sont victimes d’une longue injustice, un injustice qui, 62 ans après, doit être corrigée ». Et il a éprouvé semble-t-il le besoin d’ajouter qu’il souhaite les voir rentrer chez eux « aussi rapidement que possible ». S’il ne faut pas y voir le désir d’anéantir l’État hébreu, alors que l’Union européenne nous éclaire sur les propos de son représentant.

 

On espère ainsi que, comme l’Afrique du Sud, Israël ne résistera pas à la pression exercée par l’isolement, le boycott et la délégitimation et que les Israéliens abandonneront leur Terre au profit des Palestiniens.

 


LA SOLUTION

 

Les mots dont on se sert : Apartheid, génocide, colonialismesont des mots qui ne servent nullement à promouvoir la paix, il sont un appel aux armes. Par conséquent, il ne faut pas que la paix devienne une obsession et il faut se dire que si en 60 ans on n’a pas réussi à l’obtenir, il faudra peut-être y renoncer.

 

D’ailleurs, seul l’État d’Israël est en faveur du principe de deux états pour deux peuples. Les Palestiniens n’en ont jamais voulu et l’Article 13 de la Charte du Hamas est très clair à ce sujet: « Il n’existe pas de solution à la question palestinienne, excepté le Jihad. » Selon Omar Barghouti, il faudrait envisager de créer un État laïque, donc la suppression de l’État juif.

 

Quant à la Gauche, elle partage ce point de vue ou encore elle prône l’idée d’un état binational.

 

Aujourd’hui, Israël est dans une impasse. Ni la droite ni la Gauche n’ont réussi à mettre fin à cet état de ni guerre ni paix. Reste donc le statu quo avec des cessez-le-feu que l’on renouvellera jusqu’à ce que les Palestiniens soient prêts à reconnaître l’existence d’un État juif comme voisin, ce qui n’est pas pour demain. Mais sait-on jamais ?

 

Dora Marrache

Chroniqueuse radio-Shalom

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> Il ni a cas lire les livres de prières, la Thora, le Talmud, tous les livres écrit depuis plus de 4.000 ans au moins, pour savoir si Israel a appartenu au peuple juif. Israel est citée des milliers<br /> de fois, alors que dans le coran, il n'en est pas question. Voila l'argument a cité à ceux qui osent dire qu'Israel n'a jamais appartenu au peuple juif.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis