Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 17:13


Manfred Gerstenfeld interviewe Frits Bolkestein

 

bolkestein mauvaiscoup-677222 (Copier)

Frits Bolkestein

 

 

De 1999 à 2004, Frits Bolkestein a été haut-commissaire de l’Union Européenne, responsable du marché intérieur, de la taxation et de la clientèle de l’union. Avant cela, il fut ministre hollandais de la Défense et dirigeant du Parti Libéral, le VVD. En 2005, il est devenu professeur – avec son expérience intellectuelle des évolutions politiques – simultanément à l’Université de Leiden et à l’Université technique de Delft.

 

Bolkestein observe : “Le “dossier” israélien est difficile à soutenir devant la Commission Européenne, parce qu’il y a tant de facteurs qui entrent en jeu. Au cours des dernières années, Israël a, indubitablement, perdu une bataille de la guerre des images. Cela n’est, cependant, qu’un des facteurs qui jouent un rôle. Une autre de ces variables dépend du fait que les gens s’en remettent aux grands nombres. Il y a des centaines de millions d’Arabes et moins de huit millions d’Israéliens. Troisièmement, il y a le problème du pétrole. Les contrats pétroliers sont négociés au cours d’accords bilatéraux, ce qui les rend hautement politiques. Les Arabes disposent d’une abondance de pétrole et sont capables, un jour ou l’autre, d’imposer un nouvel embargo. Les Pays-Bas en ont eu l’amère expérience en 1973.

 

“Un quatrième facteur correspond à l’influence de tant de Musulmans européens, armés de leur poids électoral [pour peser] sur la politique étrangère. J’ai rencontré Dominique de Villepin, lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères de la France, lors d’une conférence organisée par Bilderberg et je lui demandé jusqu’à quel point la politique étrangère française était altérée par la présence de cinq à six millions de Musulmans. Il m’a répondu : « pas du tout ! ». Ce n’était pas très convaincant.

 

“Un cinquième élément, qui complique encore plus le tableau, relève d’un complexe de culpabilité envers les Juifs et Israël. Cela s’applique, d’abord et avant tout, à l’Allemagne. Mais il est, également, lourd de conséquences aux Pays-Bas, principalement parce qu’environ 75% des Juifs Hollandais sont morts durant la Shoah. De nos jours, ce sentiment s’est plutôt dissipé et je ne crois pas vraiment qu’il soit aussi significatif dans d’autres pays européens.

 

“En sixième point vient l’antisémitisme, qui peut aussi influencer la sphère politique en Europe. Il est fréquemment revêtu des habits neufs de l’antisionisme. Une fois, David Pryce-Jones a discuté en détail, dans un article de Commentary, l’antisémitisme à peine masqué du service des affaires étrangères français [le Quai d’Orsay] -1-.

 

“Je ne suis pas suffisamment expert pour évaluer si c’est vrai. Cela dit, je me rappelle très bien De Gaulle, désignant les Juifs comme « un peuple arrogant [« sûr de lui-même »] et dominateur », en 1967. On ne fait pas de telles remarques innocemment. Si les Français clament, en le prenant quelque peu à cœur : « Nous ne sommes pas antisémites, et notre Ministère des Affaires étrangères ne l'est certainement pas », c’est quelque chose qui m’interroge. Je me souviens bien de la caricature du quotidien Le Monde, à cette occasion, montrant un Juif en tenue rayée de déporté dans un camp de concentration, se tenant dans une posture provocatrice, à l'image de Napoléon, un pied posé sur un fil de fer barbelé ».

 

Bolkestein s’est exprimé, lors d’une cérémonie à Amsterdam, pour le 65 ème anniversaire de la « Nuit de Cristal », en novembre 2003, où il a déclaré :

 

« Le cœur du conflit au Moyen-Orient, c’est l’absence de volonté arabe d’accepter l’existence d’Israël. Le terrorisme musulman contre l’Europe n’est pas la conséquence du conflit palestino-israélien. Il est dirigé contre la culture occidentale, que beaucoup de Musulmans perçoivent comme une menace ».

 

Selon Bolkestein, on doit aborder tous les thèmes mentionnés plus haut dans le contexte des problèmes actuels de l’Europe.  Ce qu’il appelle la « haine de soi » européenne est l’un des sujets qui le préoccupent le plus. Lors de la conférence inaugurale pour l’obtention de son poste de Professeur, il a déclaré : « Une question importante consiste à se demander pourquoi et quand les Européens d’Occident en général, et les Hollandais en particulier, ont perdu leur confiance en eux-mêmes. De mon point de vue, cela remonte à la 1ère Guerre Mondiale, la confusion de l’entre-deux guerres, la Seconde Guerre Mondiale et le massacre des Juifs. Tout cela n’a fait que se renforcer, du fait de la révolution culturelle de 1968 et des années qui ont suivi ».

 

Il ajoute : “En se fondant selon les normes de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la civilisation dominante de l’Europe, à présent, est supérieure à la civilisation islamique. Toutes les civilisations se fondent sur des jugements. Je pense que la civilisation de Rome était supérieure à celle de la Gaule. Je considère également l’Amérique Unioniste comme supérieure à la confédération des partisans de l'esclavage, et l’Allemagne de l’Ouest démocratique d’après-guerre, supérieure à l’Allemagne de l’Est communiste ».

 

Bolkestein remarque : “ Au sein de la Commission Européenne, j’ai tenté par deux fois de soulever le problème de la société multiculturelle  et des risques liés à une immigration musulmane illimitée. Mes collègues avaient dix ans de retard sur les Pays-Bas, sur ce sujet et ne voulaient pas débattre de cela. J’ai dit à un commissaire qu’ils m'avaient presque considéré comme un raciste. Il m’a répondu : « Tu peux retirer le mot « presque ».

 

En 2010, j’ai cité Bolkestein dans mon nouveau livre : "La décadence : Juifs dans une Hollande sans gouvernail”. Il avait déclaré : « Les Juifs doivent réaliser qu’il n’y a pas d’avenir pour eux aux Pays-Bas et ils feraient mieux de conseiller à leurs enfants de partir vers les Etats-Unis ou en Israël ». Il en est arrivé à ces conclusions du fait des problèmes qu’il prévoyait aux Pays-Bas, spécifiquement à cause de l’échec de l’intégration de beaucoup d’immigrants musulmans et des difficultés que cela créerait aux Juifs conscients -2-.  Cela avait provoqué un tollé public de grande ampleur. Simultanément, on publiait de nombreux articles décrivant le harcèlement continuel des Juifs identifiables à leur aspect extérieur, aux Pays-Bas.

 

 

Ceci est la version courte d’une interview parue en néerlandais, dans le livre bestseller de Manfred Gerstenfeld : The Decay: Jews in a Rudderless Netherlands (2010).     

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation Marc Brzustowski


-1- David Pryce-Jones, “Jews, Arabs, and French Diplomacy,” Commentary, May 2005.

-2- Manfred Gerstenfeld, Het Verval: joden in een stuurloos Nederland. (Amsterdam, Van Praag , 2010), 109. [Dutch]

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis